AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 NOAM + y'aura pas de destin, plus rien à sauver

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar





in haven hills since : 17/02/2018
messages : 180
faceclaim : Alexis Ren.
multinicks : Jules & Kate.
nickname : NIRVANA.
credits : Ganseys. (avatar), ALPHA (signature), tumblr (gif)
address : west side.
uptown funk : Célibataire, bisexuelle.
picture of you :

take me to church
relationships:
available?: oui

MessageSujet: NOAM + y'aura pas de destin, plus rien à sauver   Lun 28 Mai - 21:20

Noam & Faustine
T’es pas retournée au travail depuis trois jours. Tu mens depuis plusieurs jours pour ne pas venir, tu prétextes un mal de ventre, des rendez vous importants, t’as peur de partir faut bien l’avouer. C’est de te retrouver à la rue qui te fout la trouille mais tu vas bientôt partir, tu es sûre de ça, t’es même certaine. T’as décidé de faire quelque chose de ta vie, t’as beaucoup réfléchie finalement. Tu repenses à la discussion que t’as eu avec Noam quelques jours auparavant. T’as pas osé lui reparler, t’as trop honte de tout ce qu’il sait sur toi maintenant, alors t’attends qu’il parte pour sortir de ta chambre, tu vérifies toujours avant de rentrer dans l’appartement qu’un autre colocataire se trouve là aussi pour pas te retrouver seule en sa compagnie. Tu sais, tu devrais avoir honte, mais tu le fais pas exprès, tu te sens petite face à lui, t’as peur qu’il te regarde différemment même si il t’a affirmé que non, au contraire, il te regarderait toujours comme si rien n’avait changé.

Tu soupirais repoussant la couette qui étouffait ton corps frêle.  Tu jettes un œil rapide sur ton téléphone, remarque les différents messages de ton travail, mais tu ne réponds pas. Tu le feras plus tard, même si tu sais que tu commences à tirer un peu trop sur la corde. T’es encore toute endormie et t’as bien dû mal à émerger mais ce matin tu t’es promise d’aller faire des courses. C’est pas ton tour mais ça pourrait faire plaisir à tes colocataires et t’as envie de faire des efforts avec eux. Tu te rends compte que parfois t’es exécrable. Tu le sais bien. Tu voudrais montrer que t’es capable de faire des choses. De vraies choses.

T’écoute à la porte. Pas de bruits. Tu souffles un bon coup pour l’entrouvrir. Personne, du moins, t’as pas l’impression. Au pire des cas, Noam serait dans la douche, alors t’as le temps de prendre des clés et de t’enfuir à toutes jambes. T’as pas envie de le croiser, vraiment tu serais pas quoi lui dire. Tu veux juste aller chercher un truc à manger dans la cuisine et revenir en courant dans ta chambre pour te changer. Tu marches sur la pointe des pieds, t’essaye d’être aussi légère qu’une plume. T’arrives dans la cuisine, tu récupères un bol et des céréales et tu repars dans l’autre sens. Tu regardes autour de toi, t’es un peu paranoïa. Tu fais tellement pas attention que tu fonces tête baissée, et tu te prends le genou dans le meuble de l’entrée. Tu retiens un cri de douleur mais tu fais tomber ton bol qui s’écrase en milles morceaux. Putain de merde, la discrétion c’est foutue. Tu masses un peu ta jambe avant de poser tes yeux sur le meuble. Y a un papier qui traine, c’est bizarre t’étais pas au courant que la facture d’électricité était arrivée. Tu te mords la lèvre. Si t’avais su, t’aurais été bossée finalement.

Tu jettes un œil sur la facture, finalement y a trop d’écritures pour que ce soit une facture. T’es trop curieuse, tu sais que tu devrais arrêtée mais tu vois le nom de Noam et tu peux pas t’empêcher de lire. T’as les mains qui tremblent. Tu sais que tu devrais lâcher le papier, laissé tomber mais tu ne t’attendais pas à découvrir qu’il préparait un divorce. Tu sais que Noam te cachait des choses, tu l’avais toujours su à dire vrai. Mais tu croyais pas que c’était d’une telle envergure. Et puis tu t’arrêtes pas de lire, et tu découvres la vérité.

Une femme, une fille, une famille. Tu trembles totalement. Pourquoi il est là ? Pourquoi, t’as des centaines de questions mais tu défailles. Tu reposes le papier en vrac sur le meuble, tu ramasses tes conneries. Quand tu te relèves, ton regard est attiré vers la porte de la salle de bain. Il est là. Il te regarde. Tu sais déjà qu’il sait.

T’as peur, tu vois son regard noir, tu sais déjà qu’il va sûrement exploser, t’engueuler, te dire que t’es qu’une gamine insupportable mais t’es pas prête à entendre tout ça. Tu veux juste garder en tête la chaleur que t’avait ressentie dans ses bras. Ca t’avait rassurée, calmée, ça t’avait fait tellement de bien. T’as pas trente six options. Alors tu te met à courir, pour t’enfermer dans ta chambre, comme une gamine qui aurait découvert les conneries à son père. Sauf que là, c’était Noam. Et tout était différent.
"Ils n’étaient pas toujours d’accord, en fait ils n’étaient jamais d’accord sur rien, ils se bagarraient tout le temps et ils se testaient mutuellement mais en dépit de leurs différences ils avaient une chose très importante en commun ils étaient fous l’un de l’autre....(@kaakok// beerus)
y aura pas de destin, plus rien à sauver.

_________________
❝ BAL DE FUNAMBULES. ❞
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar





in haven hills since : 03/04/2018
messages : 108
faceclaim : charlie weber
multinicks : solal, aaron, harry, ugo, allan
nickname : ranochja (lucie)
credits : ranochja (avatar)
address : West side, avec faustine
uptown funk : en cours de divorce
picture of you :

MessageSujet: Re: NOAM + y'aura pas de destin, plus rien à sauver   Mar 29 Mai - 9:33

T'as toujours su que ce serait difficile de retrouver un travail alors que tu n'as pas fait d'études et que la seule chose que tu sais réellement c'est tenir une arme et tirer au milieu d'autres balles, mais tu pensais pas que ce serait à ce point. Tu sais déjà que sans Erin et son aide financière pour te tenir à distance, tu serais à la rue mais t'as de la chance d'avoir épousé une femme qui tendrait la main pour le diable même et visiblement en ce moment à ses yeux, le diable, c'est toi.

C'est en tous cas ce que tu as compris quand t'as reçu ce courrier recommandé à ton nom. T'as tout de suite compris de quoi il s'agissait, t'es pas con, tu connais parfaitement ta situation personnelle et tu sais qu'Erin ne veut plus de toi, c'est dur à supporter mais malheureusement, t'as pas spécialement ton mot à dire, tout ça est uniquement ta faute et tu dois assumer les conséquences de tes actes, c'est pas toujours évident mais c'est ce que font les adultes. Mais pour le moment t'as pas spécialement envie de te rendre compte que c'est la fin, que ces mots noirs écrits sur du papier blanc signent la fin d'une grande part de ta vie et le plus douloureux, c'est la partie sur ta fille que tu ne verras plus. Plus du tout en réalité, sous prétexte que t'es un trop mauvais père pour la voir, trop dangereux même. Tu peux pas nier ça, t'as été le pire père du monde ces derniers temps, ces dernières années mais est-ce vraiment ta faute ? Comme toujours, pourquoi l'Etat ne t'aide pas à t'en remettre plutôt que de t'enfoncer dans ta peine. T'as pas les réponses à ces questions en vérité, tu dois juste te contenter d'un silence pesant et de papiers à signer qui signeront la fin d'un beau mariage, d'une vie de famille.

Alors pour éviter de trop y penser, tu files sous la douche, t'as franchement pas envie de signer ça tout de suite ou de laisser les mauvaises pensées infiltrer ton esprit et y rester pour toujours, c'est trop douloureux pour le moment et l'eau de la douche te fait du bien, te permet de te remettre les pensées au clair. Mais t'as pas le temps de vraiment te reposer que t'entends un bruit d'objet cassé dans la cuisine. Tu soupires et coupe l'eau avant d'attraper une serviette, tu te sèches rapidement et sort comme ça, pour voir ce qui s'est passé. C'est là que tu la vois, Faustine, elle s'est cachée ces derniers jours mais là elle se dessine clairement devant toi, ton courrier dans les mains. T'as le visage fermé et tu masques autant que tu le peux la colère qui monte en toi, elle n'avait pas le droit de lire quelque chose d'aussi personnel, et bien sûr que c'est ta faute puisque tu avais laissé ça en évidence mais ta colère est entièrement dirigée vers elle. Et sûrement qu'elle doit le sentir parce qu'elle court s'enfermer dans sa chambre comme une enfant prête à se faire gronder alors tranquillement, t'y vas et toque à sa porte. Pas besoin de te cacher, assume un peu tes conneries et le fait que tu lis des choses plus que personnelles dans le seul but de satisfaire ta curiosité. que tu lâches d'une voix monotone.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar





in haven hills since : 17/02/2018
messages : 180
faceclaim : Alexis Ren.
multinicks : Jules & Kate.
nickname : NIRVANA.
credits : Ganseys. (avatar), ALPHA (signature), tumblr (gif)
address : west side.
uptown funk : Célibataire, bisexuelle.
picture of you :

take me to church
relationships:
available?: oui

MessageSujet: Re: NOAM + y'aura pas de destin, plus rien à sauver   Mar 29 Mai - 21:38

Noam & Faustine
Tu l’entends, ses pas qui avancent vers sa porte et tes mains qui tremblent encore. Les mots sont encrés dans ton esprit, tu n’arrives pas à t’en défaire. Tu repenses à la demande de divorce, la découverte de sa fille, tu sais pas pourquoi il est là, mais tu penses à elle. Tu essayes de l’imaginer et une image se forme dans ton cerveau. T’as vu son prénom, sa date de naissance. Katie,  huit ans. Ton cœur tambourine contre ta poitrine. T’as pleins de questions qui explosent dans ta tête, tu sais pas par quoi commencer mais t’as l’impression d’avoir voler son père à cette gamine. Tu sais bien que t’as aucune relation existante avec Noam. Mais savoir qu’il est là, alors qu’elle n’avait pas de père ça te foutait la nausée.

Sa voix forte résonne dans tes tympans et tu es incapable de te lever. Tu sais que t’as fait une connerie mais t’as vraiment cru que c’était une facture ou une connerie pareille. Ca fait des jours que t’évite tout le monde alors tu pouvais pas savoir. Tu serres tes jambes contre ton corps frêle et t’attends. Le silence s’installe, tu voudrais qu’il parte, mais tu sais qu’il est toujours là, derrière ta porte.  Katie. Pourquoi il est ici si il a une fille quelque part ? Sa femme tu t’en fous, si il veut la quitter, qu’il le fasse, mais sa fille, sa petite fille pourquoi elle se retrouvait entre ses deux là ? Qu’est ce que Noam avait fait de si horrible pour vouloir abandonner femme et enfant et arriver ici dans cette colocation ?

Tu te relèves, et ouvre la porte. Il est toujours là, ses yeux sombres sur ta peau. T’as les poings serrés, tu voudrais t’excuser mais en même temps, tu voudrais l’engueuler. Une fille ça a besoin d’un père. Tu le sais plus que personne, t’as eu besoin de ton père et il t’a lâchement laissé sur le coté. Même si tu crois encore que tu le hais au dessus de tous, faut pas te leurrer. Le jour où il reviendra pour te retrouver, tu le laisseras rentrer et lui offrira le café. T’as besoin de ton père. Katie aussi. Il doit quitter l’appartement. Tu dois le virer c’est obligé.

Tu te sens petite et fragile face à lui, mais tu dois être plus forte pour une fois. Faut que tu lui prouves que t’as raison. Qu’il doit partir pour son bien à lui. « Ironique de la part d’un père qui se cache de sa fille. » Tu sais que t’es méchante et que tu brises tout ce que tu avais acquis auprès de lui. T’avais apprécié sa chaleur et ses bras mais fallait bien que tu l’avoues, il fallait que tu fasses quelque chose. Tu croisais les bras sur ta poitrine, tu tentais de te montrer plus forte et digne. « C’est dingue ce qu’on peut découvrir sur les autres sans chercher à fouiller. La prochaine fois tu rangeras tes papiers. Enfin, y aura pas de prochaines fois. Tu t’en vas. » Tu serrais les poings, tes ongles s’enfonçaient dans ta peau mais tant pis. Il fallait que tu le fasses réagir. Il pouvait pas laisser sa fille loin de lui. Elle avait besoin de lui. « Tu t’en vas Noam. » Fallait que tu te le répètes une fois ou deux pour que ce soit réel. Tu savais que t’avais raison. C’était le meilleur pour lui. Pour elle, pour Katie.

"Ils n’étaient pas toujours d’accord, en fait ils n’étaient jamais d’accord sur rien, ils se bagarraient tout le temps et ils se testaient mutuellement mais en dépit de leurs différences ils avaient une chose très importante en commun ils étaient fous l’un de l’autre....(@kaakok// beerus)
y aura pas de destin, plus rien à sauver.

_________________
❝ BAL DE FUNAMBULES. ❞
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar





in haven hills since : 03/04/2018
messages : 108
faceclaim : charlie weber
multinicks : solal, aaron, harry, ugo, allan
nickname : ranochja (lucie)
credits : ranochja (avatar)
address : West side, avec faustine
uptown funk : en cours de divorce
picture of you :

MessageSujet: Re: NOAM + y'aura pas de destin, plus rien à sauver   Mer 30 Mai - 9:00

T'aurais du être plus prudent c'est certain, mais tu pensais franchement pas que Faustine allait fouiner dans ton courrier de la sorte, alors que ton nom est très clairement écrit sur le devant bien en évidence, visiblement, tu aurais du être un peu plus méfiant, ça te servira de leçon pour la prochaine fois, toi qui tente tant bien que mal de garder ta vie privée entièrement secrète, justement pour éviter des réactions un peu trop poussées alors qu'aucun d'eux ne connaît toute l'histoire. Alors tu la suis jusque dans sa chambre où elle s'enferme, tu dois lui expliquer ou l'engueuler comme tu le fais si bien ou peu importe mais tu ne peux pas laisser la situation telle qu'elle, tu dois agir et vite.

Un père qui se cache de sa fille, si seulement c'était aussi simple. Qu'est-ce que tu ne donnerais pas aujourd'hui pour la voir ta fille justement, mais t'as plus le droit, c'est écrit noir sur blanc, même les vacances ne te sont pas autorisées, sait-on jamais la colère que tu pourrais ressentir vis-à-vis de ton enfant. ça te rend triste et l'entendre de la bouche de Faustine, c'est pire en réalité, voilà pourquoi tu tenais à garder cette histoire secrète, cela ne concerne personne d'autre que toi.

Tu t'en vas c'est tout ce que t'entends en fait, serait-elle capable de te foutre à la porte sans connaître l'histoire toute entière ? Tu la regardes, ou plutôt tu la fixes, cherchant à la déstabiliser et à la faire se rétracter sur cette très mauvaise idée. Et je m'en vais où ? tu demandes sèchement, continuant de la fixer sans bouger le regard. Tu me fous à la porte ? t'as du mal à croire qu'elle en soit capable et en même temps, ça commence à te faire stresser. Tu iras où toi après ? Dans la rue ? Plus aucune chance de trouver un travail, plus aucune chance de récupérer ta fille, si un jour t'en as vraiment envie, plus aucune chance d'aller mieux en fait. Tout ça parce qu'elle n'essaie même pas de connaître la vérité. J'ai du mal à comprendre pourquoi tu veux me foutre dehors en fait, d'autant que tu connais rien à l'histoire. Après tout, tu sais pas ce qu'elle a vu, si c'est le fait de te savoir marié qui lui donne envie de te mettre dehors, si c'est ta fille ou si elle a vu plus loin, ton traumatisme clairement exprimé en quelques lignes pour justifier la perte de la garde de Katie, t'en sais rien mais quoiqu'il en soit, ça te fait chier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar





in haven hills since : 17/02/2018
messages : 180
faceclaim : Alexis Ren.
multinicks : Jules & Kate.
nickname : NIRVANA.
credits : Ganseys. (avatar), ALPHA (signature), tumblr (gif)
address : west side.
uptown funk : Célibataire, bisexuelle.
picture of you :

take me to church
relationships:
available?: oui

MessageSujet: Re: NOAM + y'aura pas de destin, plus rien à sauver   Mer 30 Mai - 20:34

Noam & Faustine
Tu peux pas lâcher. Tu dois pas le laisser faire la seule connerie qu’il ne regrettera jamais de toute sa vie. T’as pas tout lu, il t’a pris sur le fait trop rapidement mais tu penses à sa fille, tu ne penses qu’à elle, à sa vie loin de son père, t’imagine qu’elle ne l’oublie pas, qu’elle aimerait le revoir. Tu sais pas si il a le droit, mais tu dois lui foutre un coup de pied au cul et la seule façon que tu imagines c’est de le mettre à la porte, le pousser vers la sortie même si ça te brise le cœur parce que même si vous n’avez rien en commun, ça te faisait tout de même quelque chose au fond de toi. Tu voulais pas être méchante, tu voulais juste qu’il réagisse.

Tu recules d’un pas, tu sens que tu vas flancher mais tu tiens le coup, tu dois tenir le coup. Il doit partir pour faire vraiment quelque chose de sa vie. Ici, il était pas capable de se construire un avenir et rien pour sa fille et tu pouvais pas rester sans rien faire. Tu savais que tu reportais sur cette gamine la pauvre vie que t’avais pas eu. Que tu voulais sauver sa vie qu’elle avait pas encore vraiment entamée avant qu’elle doit définitivement détruite.

T’étais surprise de sa répartie. Tu restais même con face à sa remarque. Il en savait tellement plus que la plupart des gens et il n’arrivait pas à comprendre ? Il se foutait de qui ? De toi sûrement. T’étais tellement en colère, contre lui, contre tout le monde mais sûrement, surtout contre lui. Tu sais plus quoi faire, tu arrives plus à savoir ce que tu dois dire pour le raisonner, simplement te taire peut-être, mais t’es pas capable, et tu sais que t’es sûrement stupide mais tu lui en veux. « Tu nous dis rien ! Tu t’étonnes qu’on ne connaisse rien de l’histoire mais je le découvre en pensant lire une facture qu’on a oublié de payer ! » Tu sens que ta colère prend le dessus mais tant pis, c’est comme ça, Noam il te cherche depuis tellement longtemps et t’as essayé de faire des efforts, de te montrer gentille et discrète, mais tu laisses tomber les efforts, t’arrête, c’est terminé. « Tu dégages, tu vas retrouver ta fille et tu fais ce que tu as à faire ! Prend tes responsabilités, et devient un père putain ! » T’avais le cœur qui explosait dans ta poitrine, les mains qui tremblaient, tu voulais plus qu’il soit là, tu voulais qu’il parte loin de toi, il te faisait exploser et délirer et t’avais besoin de stabilité, pas de partir dans tous les sens. « Je comprend même pas ce que tu fais ici, tu nous prends tous pour tes gosses mais va t’occuper d’elle, va t’occuper de Katie parce qu’elle mérite certainement pas de grandir sans son père et vaut mieux un père présent et un peu con, plutôt qu’il soit totalement absent de son existence et qu’elle passe toutes ses nuits à pleurer en pensant à toi... » T’as pas de leçons à lui donner, tu sais, t’as rien à lui dire et tu aurais dû simplement hausser les épaules et c’est tout mais tu pouvais pas t’empêcher de prendre cette histoire à cœur, ça te bouffait ton énergie et encore plus. Tu voulais plus le voir, tu voulais que tout ça s’arrête. « Dehors !. » Tu claquais la porte de ta chambre sans plus t’intéresser à lui tellement la douleur dans ta poitrine était puissante et tu fis pas attention si elle était bien fermée, tu pensais pas non plus à la verrouiller que tu t’écroulais dans ton lit, te cachait sous ta couette en cherchant désespérément à t’enfuir de ce monde de merde.


"Ils n’étaient pas toujours d’accord, en fait ils n’étaient jamais d’accord sur rien, ils se bagarraient tout le temps et ils se testaient mutuellement mais en dépit de leurs différences ils avaient une chose très importante en commun ils étaient fous l’un de l’autre....(@kaakok// beerus)
y aura pas de destin, plus rien à sauver.

_________________
❝ BAL DE FUNAMBULES. ❞
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar





in haven hills since : 03/04/2018
messages : 108
faceclaim : charlie weber
multinicks : solal, aaron, harry, ugo, allan
nickname : ranochja (lucie)
credits : ranochja (avatar)
address : West side, avec faustine
uptown funk : en cours de divorce
picture of you :

MessageSujet: Re: NOAM + y'aura pas de destin, plus rien à sauver   Jeu 31 Mai - 9:40

Elle ne peut pas comprendre et ça te met hors de toi de voir qu'elle essaie tout de même de te convaincre de quelque chose alors qu'elle ne connait probablement rien à l'histoire. T'aimes pas qu'on te surveille comme ça, qu'on te donne des ordres, qu'on joue au plus intelligent avec toi, qu'on se mêle des affaires des autres et là, c'est exactement ce que Faustine est en train de faire, ce qui n'est pas censé se passer dans une colocation. Toi, tu l'as jamais jugée pour tout ce qu'elle fait, tu lui as jamais reproché quoique ce soit et tu te retrouves pourtant avec ses reproches dans la tronche, d'une histoire qui ne l'implique en rien et dont elle ne devrait pas se soucier. Mais je vous dis rien parce que ça ne vous regarde pas Faustine putain ! On est des colocs, pas les meilleurs amis du monde, j'ai le droit de ne pas vous parler de certaines choses ! t'avais toujours été clair avec toi-même là-dessus, tu ne dévoilerais rien, déjà parce que ça ne les regarde pas mais aussi pour éviter ce genre de comportement et de réaction, tu te doutais que ça pourrait se passer ainsi. Après tout, vivre avec des gamins impliquent qu'ils aient des réactions typiquement enfantines et c'est ce qui t'arrive en ce moment avec Faustine qui ne peut absolument rien comprendre à la situation.

T'hallucines devant ses mots, devant sa colère. Tu veux bien comprendre qu'elle a eu une relation difficile avec son père mais c'est pas une raison pour tout reporter sur toi, tu n'as rien demandé et surtout, ce n'est sûrement pas la même histoire, déjà parce que toi, t'es pas du même côté que son père, toi tu t'es fait avoir par lui et tous ces cons du gouvernement et c'est à cause d'eux que t'es dans cette situation de merde aujourd'hui, tout part d'eux et de leurs promesses à la con. Elle finit par te claquer la porte au nez, elle est franchement énervée tu peux le voir et le sentir alors tu décides de faire retomber la tienne, de colère. Tu vas être l'homme mature que tu peux être parfois. Tu soupires, souffle un coup et ouvre finalement la porte non verrouillée. Une nouvelle grande inspiration te permet de lui expliquer calmement une part de la situation. Je ne suis pas autorisé à approcher ma fille, je n'ai pas le droit de la voir, de lui parler, de la regarder. C'est ta faute bien sûr, c'est toi qui a vu en elle une menace terrible et qui a refusé de ne serait-ce que l'approcher pendant des mois, ce qui a causé une grande souffrance chez elle, elle la prunelle de tes yeux, l'unique amour de ta vie que tu as désormais perdu. Je ne te demande pas de comprendre ou quoique ce soit, juste d'accepter que j'ai ma vie, aussi chaotique qu'elle soit et de ne pas me juger, parce que j'ai accepté ta vie sans jugement pour ma part. T'estimes qu'il est temps qu'elle te rende la pareille, parce que t'as essayé de l'aider, t'as jamais vu du mauvais en elle malgré tout ce que tu as appris et tu ne veux pas qu'elle le fasse pour toi, qu'elle porte un jugement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar





in haven hills since : 17/02/2018
messages : 180
faceclaim : Alexis Ren.
multinicks : Jules & Kate.
nickname : NIRVANA.
credits : Ganseys. (avatar), ALPHA (signature), tumblr (gif)
address : west side.
uptown funk : Célibataire, bisexuelle.
picture of you :

take me to church
relationships:
available?: oui

MessageSujet: Re: NOAM + y'aura pas de destin, plus rien à sauver   Jeu 31 Mai - 20:15

Noam & Faustine
Putain ça fait mal. Tu souffres tellement face à son indifférence parce que oui, tu le trouves tellement indifférent et toi, t’essaye de t’intéresser à lui, de le comprendre un peu plus mais il est tout le temps renfermé et tu comprends pourquoi. Toi non plus t’es pas fière de ton passé, tu en souffres et t’as honte et tu crois que pour lui c’est pareil, c’est pour ça que tu le pousses vers la sortie, tu veux pas qu’il gâche la relation inexistante avec sa fille, faut pas qu’il perde la face, faut qu’il la retrouve, c’est la vie qu’il doit mener, ça te brûle l’âme de penser comme ça, mais tu sais que c’est la vérité, tu sais qu’il doit retrouver sa femme et sa fille, parce que c’est ça, sa vie.

Il a raison sur tout, et ça t’énerve encore plus. Tu sais bien que tu devrais la fermer, tu sais qu’il a raison et que t’as aucune raison de lui demander des comptes mais t’es frustrée de pas savoir plus de choses sur Noam, t’es frustrée de pas plus le comprendre et quant-il te regarde, t’as l’impression d’être qu’une stupide gamine. T’es que ça dans ses yeux et ça te brise le cœur, tu sais pas pourquoi maintenant t’as besoin d’être un peu plus importante à ses yeux. T’as cru que ce soir là, vous aviez partagé quelque chose de fort, mais tu t’étais certainement trompée. T’avais partagé, tu lui avais avoué la vérité et il t’avait jamais regardé différemment. Au final, il te regardait toujours de la même manière et cette indifférence te bouffait. Il aurait pu venir te demander si  ça allait. Il aurait pu.

Tu sens que ton sang bout à l’intérieur de toi, et t’arrives pas à te calmer, ton palpitant continue d’augmenter alors tu stoppes la conversation, tu arrêtes tout, tu veux plus l’écouter. Tu te caches sous la couette comme une sale gosse. Quand tu entends sa voix, t’es surprise, tu pensais pas qu’il viendrait jusqu’à toi. Tu ressors ta tête de ton lit, tu sais que t’es bête et tu dois bien avouer que tu t’attendais pas à ça. Tu croyais qu’il l’avait décidé, que c’était son choix. Mais ce n’était que la conclusion de stupides décisions et ça, tu connaissais. Tu savais ce que c’était les mauvaises décisions. Il te sermonne, tu sais que t’as mal réagi, qu’il a raison, alors tu soupires, tes épaules s’abaissent. Tu te sens toujours stupide. Stupide. « Je… Pardon. » Tu détournes le regard, t’as pas envie d’ajouter autre chose parce que tu te sens tellement con. Il a raison après tout, lui il t’a pas regardé autrement après que tu lui es avoué des choses horribles. Et toi, tu jouais l’adulte, tu le sermonnais, mais tu te prenais pour qui pour faire ça ? Il le méritait pas, il avait sûrement besoin de soutien. « T’es tellement difficile à comprendre. Je comprends rien chez toi et tu veux pas t’ouvrir. Mais je voulais pas découvrir ça comme ça. C’est vrai.  » T’aurais cent fois préféré qu’il te dise qu’il avait une femme et une fille, une famille qui l’attendait encore et qui comptait sur lui. Mais tu sais que si t’avais pas ouvert ce courrier, tu l’aurais jamais su. Il aurait jamais rien avoué.

T’attrape sa main et tu l’attires pour qu’il s’assoit sur le lit. Tu t’éloignes un peu, il est toujours en colère, alors tu lui laisses de l’espace. « Elle est jolie ? » Tu ne sais pas comment tu dois l’imaginer, physiquement. T’arrive pas à savoir si elle est ressemble à son père ou si elle a les traits de sa mère.  Tu sais pas quel genre de femme peut attirer Noam. T’arrive pas à l’imaginer du coup et tu fronces tes sourcils. «Katie. » Tu précises après tout, c’est pas sa femme qui t’intéresse. Pourtant tu peux t’empêcher d’avoir milles questions. Pourquoi ils se sont séparés ? Est-ce qu’ils s’aimaient ? Est-ce qu’il l’aime encore ? Ca tourne dans ta tête, ça tourne encore et encore et t’ose rien dire. Rien ajouter.
 


"Ils n’étaient pas toujours d’accord, en fait ils n’étaient jamais d’accord sur rien, ils se bagarraient tout le temps et ils se testaient mutuellement mais en dépit de leurs différences ils avaient une chose très importante en commun ils étaient fous l’un de l’autre....(@kaakok// beerus)
y aura pas de destin, plus rien à sauver.

_________________
❝ BAL DE FUNAMBULES. ❞
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar





in haven hills since : 03/04/2018
messages : 108
faceclaim : charlie weber
multinicks : solal, aaron, harry, ugo, allan
nickname : ranochja (lucie)
credits : ranochja (avatar)
address : West side, avec faustine
uptown funk : en cours de divorce
picture of you :

MessageSujet: Re: NOAM + y'aura pas de destin, plus rien à sauver   Jeu 31 Mai - 20:37

T'avais pas envie de t'ouvrir comme ça mais c'est comme si tu n'avais pas le choix, t'as pas envie qu'elle te déteste alors tu préfères lui parler, lui expliquer, lui avouer la vérité. Pas totalement évidemment, t'as tellement honte de tout ce que t'as pu faire que tu seras sûrement jamais capable de l'exprimer à voix haute. T'as les souvenirs qui te reviennent, les cris, la peur, l'envie de tout envoyer valser, les questions de Katie avant tes hurlements parce que tu ne pouvais pas supporter ne serait-ce que sa voix d'ange. T'as tout qui te revient comme une claque quand t'essaies de lui expliquer avec tes mots vagues. Tu t'attends à rien de sa part, tu veux juste qu'elle sache, qu'elle sache que si t'avais le choix, tu serais avec elles, avec les deux femmes de ta vie. T'as besoin qu'elle comprenne que t'es pas comme son père, que toi t'aimerais la serrer dans tes bras ta fille, t'aimerais lui lire une histoire et lui dire qu'elle est ta princesse, t'as juste plus le droit de le faire et c'est ta faute, tu l'assumes même si c'est dur.

Elle te présente des excuses, tu t'attendais pas vraiment à ça mais en réalité, ça te fait chaud au coeur, et t'as presque l'impression de t'être retiré un poids en parlant, peut-être que c'est ça la solution en fin de compte, tu n'en sais trop rien. C'est rien. Je préfère simplement pas déballer ma vie comme ça, on se connaît pas vraiment tu sais. Pas spécialement juste elle et toi mais vous tous dans cette colocation, tu les apprécies bien sûr, mais pas suffisamment pour vouloir leur confier tes doutes et tes échecs, pas suffisamment pour leur parler de ta femme et de ta vie, de la vie que t'as mené, de la guerre et de la prison. Ils ne comprendraient pas de toute façon, comment le pourraient-ils ?

Tu la laisses t'attirer à elle et t'assieds à bonne distance sur son lit. Si ça venait de toi, jamais tu n'aurais parlé, dévoilé quoique ce soit de ta vie d'avant, ni ta vie d'après d'ailleurs puisque tu n'as plus aucune idée de ce que tu vas bien pouvoir faire. Mais elle te pose cette question que tu ne comprends pas alors tu fronces les sourcils en la regardant, cherchant plus d'explications qu'elle te donne finalement. Un sourire vient orner tes lèvres. Si elle est belle ? C'est plus que ça encore, c'est la prunelle de tes yeux, t'as eu du mal à t'en rendre compte pendant un moment mais maintenant que t'es séparé d'elle, ça ne fait aucun doute, c'est une des merveilles du monde. Elle est magnifique, vraiment. Je dis pas ça parce que c'est ma fille hein, je dis ça parce qu'elle est vraiment belle et tout le monde le dit. Elle a des grands yeux comme sa mère mais une petite frimousse de canaille. Et puis c'est dingue, mais c'est un parfait mélange de sa mère et de moi, genre vraiment, y'a pas de doute sur ses parents quoi. Puis elle est intelligente, c'est fou comme elle réfléchit vite et bien, elle a beaucoup d'imagination d'ailleurs, sa mère est pareille en même temps. Et on ne t'arrête plus, c'est ton bébé, ta chair. T'as attendu son arrivée avec impatience et c'est l'envie de la revoir qui te donnait le courage de te battre quand t'étais loin.

Tu réfléchis, fronce les sourcils et te lève. Tu retournes jusqu'à ta chambre et récupère ton pantalon, en sort le portefeuille que tu ouvres. Tu souris à nouveau, elle est là cette photo de vous deux. Katie et toi au photomaton, toi faisant une grimace et Katie riant aux éclats, elle avait quatre ans sur cette photo. C'était juste avant le déclin. Tu retournes alors sur tes pas et te rassied à ta place avant de lui tendre la photo. Regarde comme elle est belle. tu lui dis alors en lui tendant la photo. T'es pas peu fier de ta fille toi, t'es même complètement gaga d'elle, y'a pas de doute.

Tu lui laisses la photo, une vague de tristesse t'envahit, elle te manque c'est certain. Ta famille te manque et tu donnerais tout ce que tu as pour revenir en arrière mais ce qui est fait est fait et désormais, ce qu'il te reste c'est tes photos et une colocation de jeunes, c'est pas plus mal en soit. Tu regardes Faustine, elle est ton réconfort sans le savoir. Au fond, même toi tu le sais pas en réalité, tu t'es persuadé peu à peu que tu devrais refouler cette attirance que tu ressens mais en ce moment de mélancolie et de souvenirs, d'ouverture même, tout te revient. Et tu peux pas t'en empêcher, tu te penches doucement et vient chercher ses lèvres. C'est tout ce dont tu as besoin, ses lèvres contre les tiennes. Tu vas peut-être te prendre une gifle mais franchement, tu t'en fiches, tu sens ses lèvres et ça fait du bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar





in haven hills since : 17/02/2018
messages : 180
faceclaim : Alexis Ren.
multinicks : Jules & Kate.
nickname : NIRVANA.
credits : Ganseys. (avatar), ALPHA (signature), tumblr (gif)
address : west side.
uptown funk : Célibataire, bisexuelle.
picture of you :

take me to church
relationships:
available?: oui

MessageSujet: Re: NOAM + y'aura pas de destin, plus rien à sauver   Jeu 31 Mai - 22:31

Noam & Faustine
Tu veux vraiment faire des efforts et tenter de te faire pardonner par Noam. T’as pas voulu lui faire du mal, t’as pas voulu regarder ses foutus papiers et peut-être que tout aurait été si simple si tu n’avais pas regardé. Tu t’engageais dans trop compliqué, impossible et t’arrivais pas à faire machine arrière, tu continuais à t’engouffrer plus bas que terre et tu trouvais pas le moyen de faire demi-tour. C’était pas la solution, tu le savais et pourtant, l’envie irrépressible de mieux connaitre Noam balayait tout sur son passage. Tu voulais, tant avait besoin. Ca te blesse un peu ses mots, mais c’est légitime. Il a raison, vous ne vous connaissez pas. Du moins jusqu’à quelques jours, quelques mots échangés, et voilà qu’il savait sur toi tellement plus que les autres. Tu pouvais pas en dire autant, ça te blessait évidemment mais tu haussais simplement les épaules en tentant d’avoir un air dégagé. « Toi, tu connais plus de choses sur moi, que les autres. » T’essayais d’être la plus détachée possible, mais c’était la vérité, la pure et simple vérité.

Tu vois l’étincelle s’allumée dans les yeux de Noam quand tu lui parles de sa fille. Tu t’engages sur un terrain dangereux, tu sais pas si c’est une bonne idée de remuer le couteau dans la plaie et pourtant, tu penses à cette petite fille, elle qui aurait tant besoin de son père et qui pourtant, se retrouve loin de lui. T’écoute ses paroles, tu comprends qu’elle a une place si importance dans son cœur, tu n’as jamais remarqué ce bonheur sur le visage de Noam. C’est la première fois qu’il te parait épanoui en te parlant de quelque chose et tu comprends c’est son enfant, sa chair, son sang, tu supposes que tu ressentirais ça aussi, peut-être, un jour. T’oses pas le couper, tu l’écoutes Il parle de sa femme aussi, tu l’écoutes parce que tu connais rien de ses deux personnes qui font qu’il sourit un peu. Tu imagines qu’il repense aux beaux moments passés avec elles, tu sais que tu peux rien faire, que tous ses souvenirs le font s’éloigner de toi, mais tu le laisses faire. Il en a besoin, il a besoin de repenser à elles, parce que ça fait sûrement trop longtemps qu’il tente de les oublier.

Lorsqu’il se lève, tu crois un instant qu’il veut plus parler de tout ça, que ça le fait trop souffrir et qu’il a besoin d’oublier tout ça. Mais il revient, photo à la main pour appuyer sa parole. Il te tend les minuscules images du photomaton et tu souris. T’aurais aimé avoir un père comme lui. Elle est belle, effectivement et tu confirmes, elle ressemble si bien à son père, mais quelque chose voile ton jugement, un air que tu reconnais pas, sûrement celui de sa mère. Elle a un sourire à te faire immédiatement sourire à ton tour et t’es certaine qu’elle a un rire cristallin qui donne envie de rire avec elle. Elle est si belle, Katie. Tu comprends sa fierté, sa force, tu sais pourquoi il cherche à se trouver un travail et faire quelque chose de sa vie. Lui, il a un but, il sait pourquoi il avance. Et toi ? Toi, pourquoi t’es encore là aujourd’hui ?

T’es pas capable de détacher tes yeux de la photo, et tu penses, tu réfléchis trop et t’es tellement attendrie par cette gamine qui doit attendre son père et sa père, simplement à ses cotés pour retrouver le bonheur perdu. Et à peine tu relèves tes yeux, que tu vois Noam se pencher vers toi et déposer ses lèvres sur les tiennes. T’as le cœur qui explose, et tu résistes pas, t’es incapable et t’as aucune idée du pourquoi. T’as pas envie qu’il te lâche, tu crois qu’au final, t’as besoin de lui. T’as besoin qu’il t’aide et ça te fait tellement souffrir de te dire qu’il est pas à toi, qu’il le sera jamais parce que tu veux pas briser tout ce qu’il entreprend, et qu’il a quelque chose à récupérer. Il a un but à atteindre.

Tu t’éloignes un peu et attrape sa main. Tu déposes doucement la photo de Katie au creux de ses doigts. «Tu dois la retrouver. Tu dois les retrouver, tu peux pas rester avec nous pour toujours. Alors qu’avec elles, oui. » Il peut pas détruire sa famille comme ça, tu peux pas lui laisser le choix. Non c’est sûr, tu le mettras pas dehors, et tu l’aideras sûrement à trouver du travail pour elle, mais tu sais qu’il s’est perdu, tu sais qu’il a cherché du réconfort, comme tous les autres et toi, t’es bonne qu’à ça. Donner du réconfort le temps de quelques baisers et caresses, simplement pour oublier. Tu souffres mais tu veux rien dire. Tu montres rien, tes vieux démons au fond du cœur, tu t’éloignes de lui. « Je suis sûre qu’elles ont besoin de toi. Toutes les deux. » Ca te brise de l’intérieur de l’avouer à voix haute, mais tu réalises. Tu peux pas faire ça. Tu peux pas les détruire.



"Ils n’étaient pas toujours d’accord, en fait ils n’étaient jamais d’accord sur rien, ils se bagarraient tout le temps et ils se testaient mutuellement mais en dépit de leurs différences ils avaient une chose très importante en commun ils étaient fous l’un de l’autre....(@kaakok// beerus)
y aura pas de destin, plus rien à sauver.

_________________
❝ BAL DE FUNAMBULES. ❞
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar





in haven hills since : 03/04/2018
messages : 108
faceclaim : charlie weber
multinicks : solal, aaron, harry, ugo, allan
nickname : ranochja (lucie)
credits : ranochja (avatar)
address : West side, avec faustine
uptown funk : en cours de divorce
picture of you :

MessageSujet: Re: NOAM + y'aura pas de destin, plus rien à sauver   Jeu 7 Juin - 10:33

C'est ton rêve, retrouver ta fille, et c'est pour ça que tu fais tout pour te battre contre tes démons, c'est compliqué parfois, souvent, mais tu dois la faire parce que cet enfant sur le papier mérite que tu te battes de toutes tes forces pour elle et c'est ce que tu tentes de faire malgré les nombreuses difficultés mises sur ta route. Certaines choses peuvent être réparées, tu en es persuadé, malheureusement pas tout, tu ne peux pas sauver ton couple avec Erin, c'est une chose dont tu commences à être de plus en plus certain et c'est pour ça que tu te permets d'offrir un baiser à Faustine, jamais tu n'aurais fait une telle chose s'il te restait encore un espoir pour ton mariage. Tu sais que c'est terminé avec ta femme, les papiers du divorce sont très clairs à ce sujet et c'est difficile à accepter au quotidien même si tu as l'impression d'y arriver un peu plus jour après jour.

Non...

Tu sens combien elle te repousse avec ses mots, et pourtant aucune gifle ne suit ses mots, ce à quoi tu t'attendais. Sûrement qu'elle le voulait aussi, ton baiser, tu te plais à le penser en tous cas. Mais ces mots-là, ils sont difficiles à encaisser, tu ne peux pas les retrouver, tu as tant essayé déjà. Et tu ne peux pas lui expliquer, à Faustine, les raisons pour lesquelles tout est terminé, tu n'en as pas la force et tu voudrais simplement qu'elle accepte cela.

Je peux pas et je suis même pas sûr de vouloir. Enfin, retrouver ma fille si, c'est sûr que je veux mais je suis pas certain de vouloir sauver mon mariage, tu comprends ça ?

Sûrement que non, elle n'a sûrement jamais été mariée avant de voir son couple devenir beaucoup trop compliqué pour être supportable. Et tu sais bien que c'est ta faute mais tu n'es pas sûr qu'un retour arrière soit possible, tu ne te vois pas retrouver Erin après tout ce que tu as pu faire et dire, après tout le mal que tu lui as causé. D'autant plus quand tu es aux côtés de Faustine, et de tout ce qu'elle te fait ressentir malgré toi. Tu as essayé d'arrêter ça avant qu'il ne soit trop tard mais maintenant que tu as senti ses lèvres, tu n'as plus aucune envie de partir d'ici, tu veux juste te fondre dans ses bras.

Ne me repousse pas, s'il te plaît.

Tu demandes alors, tu réclames même. Tu ne supporterais pas qu'on continue de te repousser malgré tous les efforts que tu mets en oeuvre pour arriver à quelque chose, bien que tu ne saches pas réellement quoi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: NOAM + y'aura pas de destin, plus rien à sauver   

Revenir en haut Aller en bas
 
NOAM + y'aura pas de destin, plus rien à sauver
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» NUMÉRO QUATRE - Le Destin de Dix
» Rien n'égale la soupe au giraumon de ma mère.
» Il n'y a rien de nouveau sous le soleil Lavalas
» On ne contrôle pas le destin !
» Quand Steven Bénoit ne trouve rien à dire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Haven Hills :: West Side :: Habitations-
Sauter vers: