AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 help me, i'm so close to giving up - jolisa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


Wrap me up



in haven hills since : 09/03/2018
messages : 323
faceclaim : Phoebe Tonkin.
multinicks : (isla) la tarée qu'a foutu le feu à sa baraque.
nickname : chocolate.
credits : (ava' by atlatis)
address : #1223, south side.
uptown funk : veuve, a fait un déni de grossesse, se retrouve avec un petit garçon sur les bras, hétéro.
picture of you :

take me to church
relationships:
available?: yup.

MessageSujet: help me, i'm so close to giving up - jolisa   Sam 19 Mai - 1:06

Jamais elle n'aurait pensé qu'avoir un bébé serait aussi éprouvant. Son fils pleurait sans cesse. Rare étaient les moments ou il restait calme. Ses nuits étaient désastreuse, elle n'en pouvait plus, elle n'y arrivait pas. Et ça n'était que le début. Les enfants elle adorait ça pourtant, elle en avait même fait son métier. Sa progéniture était une sorte d'abomination, elle ne parvenait pas à l'accepter, ni même à l'aimer. Et tous ces sentiments négatifs à son égard la rongeait. Quelle pitoyable mère elle faisait.

Un biberon. Changer sa couche. Une berceuse. Rien n'y fait, Caleb, pleure, cri. Talisa le prend dans ses bras, au bord des larmes. Elle aimerait tout lâché, tout abandonner et partir loin. Son fils se porterait certainement mieux sans elle. Aucun doute là-dessus, un enfant ressent tout, elle le sait. Viendrait le jour où il la détesterait à son tour. Viendrait le jour où il aurait préféré la voir morte, plutôt que son père. Son défunt mari la hanterait jusque la fin de ses jours. Aujourd'hui encore, elle se rendait compte de l'emprise qu'il avait sur elle. Au point de penser qu'il aurait été préférable qu'il soit présent à sa place. Qu'il se serait certainement mieux occupé de leur fils. En réalité, bien qu'elle déteste se l'avouer, elle aurait souhaité qu'il soit là.

Les messages envoyés à Josh' ne mèneraient à rien, elle le savait, elle était allé trop loin. C'est pourquoi elle décida de se rendre chez lui, non seulement pour s'excuser, mais aussi et surtout pour qu'il l'aide avec Caleb. C'était son oncle après tout, il était tout aussi responsable qu'elle. En partie ? Pas du tout ? Peu importe, si elle restait une nuit de plus sans sommeil, elle finirait certainement par devenir dingue.

Talisa toqua un peu brutalement, Caleb ne s'était pas calmé entre temps, quelques minutes à peine durant le trajet en voiture, puis c'était reparti pour un tour.  Rien ne sert de faire le mort, je sais que t'es là, j'ai vu la lumière du salon... elle prend appuie sur la poussette et donne la tétine à son fils qui la refuse, puis recommence à pleurer. Son but n'est pas de réveillé les voisins, ni même la fille de son beau-frère, mais s'il continue à s'attarder c'est l'immeuble entier qui finira par gueuler.

_________________

❝ 'til we got nothing to lose ❞
trying just to figure it out. Go on and let your gun burst. Living on the outskirts, trying just to figure it out. Talking like a deadbeat, I just wanted you to see. Everything that I could see. Walking in the night sky, I'm always on your side. You are really saving me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar





in haven hills since : 11/03/2018
messages : 207
faceclaim : Kit Harrington(DANDELION)
multinicks : NA
nickname : Yoshii
credits : night sky
address : East side
uptown funk : Séparé+Bisexuel
picture of you : NA

take me to church
relationships:
available?: non

MessageSujet: Re: help me, i'm so close to giving up - jolisa   Mar 22 Mai - 0:41

Ma famille était chaotique. Mon frère était mort, mon frère cadet s'isolait et on s'était souvent chicanés récemment. Je plongeais un peu trop dans l'alcool et confiait plus souvent qu'autrement ma petite à la nounou. Par chance, j'avais beaucoup d'économie, une sécurité d'emplois et une femme de ménage. Je n'avais pas trop à me botter les fesses. Rien ne pressait. Les funérailles avaient eu lieu, je n'avais le goût de voir personne, j'étais en arrêt de travail... Ma famille était éclatée et mes parents endeuillés, comme nous tous. Quant à Talisa, je m'étais vivement chamaillé avec elle et je n'avais pas réellement pris contact avec elle. J'avais appris pour ce bébé. Sous le choc encore, je ne comprenais toujours pas comment se faisait-il qu'on ne l'est pas su, ni elle, ni nous. Après, j'avais beaucoup d'appréhension pour elle, comment allait-elle pour l'élever seul, endeuillé, alors que l'enquête avait toujours lieu? Dans tous les cas, pour le moment, je me tenais à distance, ne sachant pas trop quoi faire ni pour elle, ni pour ma propre vie. Je ne savais pas même où me figurer dans cette situation. Je me sentais trop coupable et honteux, sans trop savoir non plus pourquoi. Je répondais à peine à ses messages, parfois seulement. Lorsqu'elle insistait où elle me chercher, me piquer à des endroits qui faisait mal, bien qu'elle ne le sache pas. Je ne doutais plus tellement de ses mauvaises intentions. Je la sentais plutôt en détresse. Elle et moi, nous nous étions jamais réellement aimé.

Il était tard. J'étais dans mon lit à réfléchir et lire un livre de chevet. Je n'étais pas tellement attentif. La télé était ouverte sur le canal de sport. La petite dormait à point fermé dans sa chambre. La soirée avait été calme. Je n'étais pas sortie ce soir et ne l'avait pas fait garder pour aller picoler. Je n'avais pas même rencontrer quiconque de passage depuis un moment. J'essayais de me calmer, bien que l'alcool était encore un refuge bien ancré. La nounou dormait souvent à la maison, avec salaire à l'appuie, car elle savait que je buvais brutalement le soir. Je me sentais seul, sans mes frères, sans cette famille uni. Je ne me rapportais pas à mes parents. Je ne me sentais plus utile. Je n'étais pas le père que j'espérais, j'étais un homme seul qui avait été abandonné par la mère de sa fille...

Puis, on toqua à la porte. J'étais lent à réagir, dans le néant et confus.  Rien ne sert de faire le mort, je sais que t'es là, j'ai vu la lumière du salon... entendis-je. C'était la voix de Talisa. Que faisait-elle ici, pensais-je? Je me ramenai à la porte, bouclai ma robe de chambre, l'air hésitant et irrité. J'ouvris la porte et la vis elle et ce bébé... son bébé. Il hurlait. Quoi???!Fis-je très désemparé. Je la regardais, elle et puis le bébé, à tour de rôle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Wrap me up



in haven hills since : 09/03/2018
messages : 323
faceclaim : Phoebe Tonkin.
multinicks : (isla) la tarée qu'a foutu le feu à sa baraque.
nickname : chocolate.
credits : (ava' by atlatis)
address : #1223, south side.
uptown funk : veuve, a fait un déni de grossesse, se retrouve avec un petit garçon sur les bras, hétéro.
picture of you :

take me to church
relationships:
available?: yup.

MessageSujet: Re: help me, i'm so close to giving up - jolisa   Mar 22 Mai - 2:10

Dépassée par les événements, c'est bien ce qu'elle ressentait à l'heure actuelle. Plus les jours passaient, plus elle avait l'impression que sa descente aux enfers ne faisait que commencer. Pourtant Talisa en avait déjà bavé et pas qu'un peu. Dans un premier temps, elle s'était fait battre par celui qu'elle avait qualifié d'être l'amour de sa vie. Son mari celui auquel elle s'était entièrement rattaché, au point de voir sa vie ne dépendre que de lui l'avait quitté succombant rapidement à ses blessures. On lui avait alors collé l'étiquette de meurtrière, une étiquette dont elle ne parvenait pas à se défaire. Et comme si tout ça ne suffisait pas, il s'est avéré qu'elle était enceinte faisant un déni de grossesse et se retrouvait à présent avec le fils de l'homme qu'elle avait fini par détester.

Quelques heures plus tôt la jeune maman s'était décidé à enfin envoyer un message à son beau-frère. D'une part pour lui rappeler son absence à la maternité, ce qui il faut l'avouer l'avait malgré elle blessée. Mais aussi et surtout parce qu'elle se sentait désespérée, en détresse et lamentable. Peut-être que son beau-frère n'y changerait pas grand chose, peut-être faisait elle une erreur en débarquant chez lui comme si de rien était surtout après tout ce qu'il s'était passé. Il pouvait être en colère après elle, il était dans son bon droit, même si elle ne s'attendait pas qu'il lui soit si rancunier. Talisa qui avait un égo démesurée, avait finalement fait le premier pas. Un peu par profit certes, mais à ce jour, si elle n'agissait pas de la sorte, une catastrophe pourrait vite arriver. Et les scandales, elle avait assez donné.

Le temps qu'il met pour lui ouvrir la porte l'agace. Elle s'impatiente, d'autant plus qu'il n'a même pas pris la peine de lui répondre à son message alors qu'elle avait justement fait le premier pas et que ça l'avait presque tuée ! Oui, sa fierté finirait par la tuer un jour, mais dernièrement, elle était parvenu à la mettre de côté, laissant son côté "raisonnable" prendre le dessus. Finalement, rien de tout ça ne l'avait réellement aidé, bien au contraire. Joshua était entre autre la dernière personne qui elle le savait pourrait l'aider. Peut-être se trompait-elle, et bien qu'il pouvait se montrer dur parfois, Talisa était certaine qu'il agissait ainsi pour se donner un genre. C'est vrai après tout il avait changé par rapport à avant, elle avait déjà moins l'envie de lui foutre son poing au visage. C'était courant autrefois, il l'insupportait, elle ne pouvait pas se le voir. Mais il avait changé...

Joshua changé ? Tu parles... Quoi???! lui dit-il sur un ton qui lui fit grincer des dents. Talisa le regarde avec des yeux ronds, la bouche entrouverte comme si elle s'appétait à lui dire ses quatre vérités. Cependant, elle le sait, s'énerver lui apporterait rien, si ce n'est des problèmes... Intérieurement, elle s'était enflammée, en une fraction de seconde elle avait imaginé tout ce qu'elle aurait eu envie de lui balancer à la figure au lieu de ça elle prit sur elle. Tu ne répondais pas aux messages, j'me suis dit qu'il était peut-être temps que tu vois le fils de ton frère... lui lança-t-elle un brin de reproche dans la voix en jetant un oeil à son portable. Merde ! J'viens de voir que tu m'as répondu... J'ai dû avoir un bug... Peu importe, le destin fait bien les choses pas vrai ?  elle feint un sourire, au summum de l'hypocrisie. Oui, elle lui en voulait, mais elle ne comprenait même pas d'où cette rancune pouvait provenir d'autant plus qu'elle était en faute et pas l'inverse.

Le regard de son beau-frère jonglait entre le bébé et elle. Je sais c'est dur d'y croire, pourtant il est bien là... sa voix se veut tout de suite beaucoup plus douce sans doute parce que Caleb s'est enfin tût...

_________________

❝ 'til we got nothing to lose ❞
trying just to figure it out. Go on and let your gun burst. Living on the outskirts, trying just to figure it out. Talking like a deadbeat, I just wanted you to see. Everything that I could see. Walking in the night sky, I'm always on your side. You are really saving me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar





in haven hills since : 11/03/2018
messages : 207
faceclaim : Kit Harrington(DANDELION)
multinicks : NA
nickname : Yoshii
credits : night sky
address : East side
uptown funk : Séparé+Bisexuel
picture of you : NA

take me to church
relationships:
available?: non

MessageSujet: Re: help me, i'm so close to giving up - jolisa   Mar 22 Mai - 3:28

Comment se pouvait-il que la famille Prescott tourne mal de cette façon? C'était tous des gens assez bien, éduqués et sensibles. Leurs parents avaient fait un bon boulot en les élevant. Bon après, ils étaient loin d'être parfaits, comme tout le monde. Néanmoins, moi-même je me demandais comment ma propre vie allait tourner. Ça allait bien, j'étais posé au travail et avec ma puce. Certes, pas en amour ni dans mes relations. Ma famille ça allait, jusqu'à récemment... Maintenant, je me sentais seul, désemparé. Tout risquait de tourner au vinaigre.

À cela, s'ajoutait que ma belle-soeur veuve et monoparentale qui se sortait vraisemblablement d'un déni de grossesse venait cogner à ma porte. Je n'avais su quoi lui répondre. J'avais été brusque, sans mauvaise intention. Je n'y pouvais rien, j'étais froid avec elle. Pourtant, j'aurais voulu bien m'entendre avec elle, mais je ne pouvais m'en empêcher. Elle était parfois naïve, souvent gentille, mais elle avait du caractère! Elle semblait complexe, tout un manège, selon ce que j'en avais déduis!  Je n'avais jamais chercher à la comprendre ni à la connaître davantage. J'étais proche de mes frères, jamais tellement plus avec leur copine, comme jamais avec les miennes. Surtout depuis que mon épouse m'ait quitté en nous abandonnant elle et ma puce. Pourtant, tout le monde s'entendait bien avec cette dernière, mais elle avait tout de même eu une raison pour nous abandonner. La drogue et l'aventure... La détresse aussi, j'imagine! Bref, voilà que Talisa était devant moi, bouche-bée. J'étais devant elle, confus, sentant le malaise.  Tu ne répondais pas aux messages, j'me suis dit qu'il était peut-être temps que tu vois le fils de ton frère... les messages.... mais si... pensais-je, les sourcils arqués, me questionnant solidement. voir que tu m'as répondu... J'ai dû avoir un bug... Peu importe, le destin fait bien les choses pas vrai ? rajouta-t-elle surprise. Je soupirai, l'air las. Le destin... ummm.. umm... dis-je septique et en roulant les yeux au ciel. J'ouvris la porte du bout de mes bras, prenant appuie de côté sur le portique. Après un moment, elle me dit : Je sais c'est dur d'y croire, pourtant il est bien là... Quelques secondes s'écroulèrent.Rentrez... Fis-je en retenant un soupir et puis un bâillement. Je la laissai rentrer. Je refermai derrière elle.

Rendu là, pas de problème pour les messages, excuses-moi....Je marquai une pause. Qu'est-ce que tu veux que je fasse pour toi?, fis-je en ne parlant pas trop fort pour ne pas réveiller la petite, tout en regardant le petit et en croisant les bras. Je ne pouvais certes m'empêcher de sourire. Il était mignon et ressemblait à Caleb, mais aussi un peu à sa mère, Talisa.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Wrap me up



in haven hills since : 09/03/2018
messages : 323
faceclaim : Phoebe Tonkin.
multinicks : (isla) la tarée qu'a foutu le feu à sa baraque.
nickname : chocolate.
credits : (ava' by atlatis)
address : #1223, south side.
uptown funk : veuve, a fait un déni de grossesse, se retrouve avec un petit garçon sur les bras, hétéro.
picture of you :

take me to church
relationships:
available?: yup.

MessageSujet: Re: help me, i'm so close to giving up - jolisa   Jeu 7 Juin - 3:59

Talisa elle s'était imposée. Elle était à bout, si ça continuait on finirait par la ramasser à la petite cuillère. Trop d'épreuves. Elle était resté forte durant toutes ces années. Le temps guérit les blessures. C'est ce qu'on dit. Pourtant, le temps est passé, les blessures sont toujours là, et elle s'accumule au fur et à mesure. Alors oui, elle craque. Elle ne réfléchit plus, faut croire que son cerveau a cessé de fonctionner y a déjà neuf mois de ça. Si seulement elle avait eu le temps de s'y préparer. Si seulement, elle l'avait su plus tôt. La brune n'en serait pas là. Elle se serait préparée psychologiquement. C'est comme ça qu'elle fonctionnait, c'est ce qui lui avait permis de tenir jusqu'à maintenant. Son fils il est bel et bien là. Et elle se rappelle sa présence que lorsqu'il se met à pleurer, à crier. Un monstre. C'est ainsi qu'elle se qualifierait. Une mère indigne qu'elle ne se serait pas gêné de dénoncer aux services sociaux. Mais c'est son fils, si elle n'en voulait pas, elle n'aurait pas changé d'avis quand à son accouchement sous x. Tali' elle a renoncé à cet idée, et c'était pas anodin. Dans le fond y a quelque chose qui la pousse à l'aimer. Cependant ça semble loin, si loin.

La brune tente de rester courtoise. Ses yeux sont cernés, elle ne dort plus vraiment. Puis elle passe le plus clair de son temps à pleurer. Tout ce qu'elle sait, c'est qu'elle a besoin d'une pause, d'un break. Et Joshua c'est la première personne à qui elle a pensé. Elle ne comprend pas bien pourquoi, mais il a été son premier choix. Sans doute dû au fait qu'il était passé par là lui aussi ? Qu'il avait dû s'occuper de sa fille seul lorsque son ex fiancée l'a quittée ? Oui, ça devait être ça. En y repensant, elle se sentait d'autant plus misérable. Il avait réussi, tandis qu'elle échouait. C'était pas dans les gènes d'une femme que de s'occuper correctement de son môme. Bon sang, sa tête allait explosée si ça continuait. Fort heureusement, il ouvrit la porte. Qu'il soit sous son mauvais jour, elle n'en avait que faire. Là, tout ce qu'elle souhaitait c'est qu'il l'aide. La courtoisie, oui, elle devait faire preuve de courtoisie. Alors, elle emprunté ce ton mielleux et naïf. Si ça ne tenait qu'à elle, elle serait entré sans attendre qu'il l'invite à entrer, et elle aurait taper une crise. Une crise dont il se serait souvenu longtemps. Mais non, elle allait agir en adulte. Essayer tout du moins. Faire preuve du peu de patience qui lui restait. ❝ Rentrez... ❞ son air las et le bâillement qu'il ne retient pas, ça l'embête Talisa, mais elle prend sur elle. C'est pas comme si elle avait vraiment le choix. Lorsqu'il l'invite à entrer, elle ne se fait pas prier et entre. Ça fait longtemps qu'elle n'a pas mis les pieds chez lui, quelques mois avant la mort de Caleb. ❝ Oublie pour les messages c'est moi... ❞ ses yeux se posent sur Caleb, puis sur Joshua lorsqu'il lui demande ce qu'il peut faire pour elle. Il sourit en regardant son fils, mais elle n'y prête presque aucune attention. Bien trop occupée par ses démons qu'elle se tuait à faire taire à l'intérieur. Il ne se rend pas compte dans l'état dans lequel elle est. C'est qu'elle est à deux doigt de craquer, encore. C'est pourquoi elle se laisse tomber sur le canapé. Bascule sa tête en arrière quelques secondes puis pousse un profond soupire avant de se redresser. ❝ Je sais plus comment m'y prendre. Je suis à bout, et je tiendrais pas longtemps si ça continue. ❞ elle baisse les yeux, le cœur serré puis ajoute. ❝ Caleb est mort. Y a des chances que je finisse en prison parce que tout porte à croire que j'ai été assez folle pour vouloir le tuer ce soir-là. J'ai un fils que je ne voulais même pas... et... ❞ s'entendre dire cette horreur, ça l'anéanti. Bon sang quel monstre était-elle devenue ? ❝ Je veux pas être comme ces mères... Je veux pas devenir ce genre de personne. Et pourtant c'est exactement ce que je suis en train devenir... Même toi tu as réussi avec Loucia. Je suis censé avoir l’instinct maternelle et au lieu de ça... ❞ elle marque une pause, c'est que cet épisode l'a profondément touché et elle ne s'en remet toujours pas. ❝ Je lui donnais le biberon, je me suis assoupi, il s'est étouffé... il est devenu rouge, j'ai cru que j'allais le perdre lui aussi... quelle mère indigne je fais ? quelle mère fait ça hein ? Je sais à quoi tu pense et tu as raisons... il serait mieux avec d'autres... tellement mieux... ❞ sur ces mots elle craque. ❝ Je veux pas le perdre... mais j'arrive à rien. ❞ balbutiât-elle entre deux sanglot. ❝ Désolé, j'sais pas ce qui me prend.... Je n'aurais pas dû venir ici, tu n'as pas besoin de ça. ❞ elle tente de se reprendre, essuie ses larmes avec sa manche et se relève avec difficulté. Le contrôle, elle l'a perdu depuis bien longtemps. Tout lui échappe et ça la tue de se montrer aussi vulnérable...

_________________

❝ 'til we got nothing to lose ❞
trying just to figure it out. Go on and let your gun burst. Living on the outskirts, trying just to figure it out. Talking like a deadbeat, I just wanted you to see. Everything that I could see. Walking in the night sky, I'm always on your side. You are really saving me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar





in haven hills since : 11/03/2018
messages : 207
faceclaim : Kit Harrington(DANDELION)
multinicks : NA
nickname : Yoshii
credits : night sky
address : East side
uptown funk : Séparé+Bisexuel
picture of you : NA

take me to church
relationships:
available?: non

MessageSujet: Re: help me, i'm so close to giving up - jolisa   Ven 8 Juin - 2:15

Je comprenais bien que Talisa était éprouvée par la vie. Moi même, je l’étais, mais que dire pour elle qui venait de perdre son conjoint et en plus qui se retrouvait seule avec un bébé… Bon après, je la soupçonnais tant bien que mal de l’avoir tué, je n’y pouvais rien, n’empêche qu’à la voir dans cet état, m’amenais à la croire et à avoir de l’empathie pour elle. Elle atterissait au pied de ma porte l’air affaibli. Je n’avais pas ce talent d’être super sympathique, surtout pour tard le soir, à moins d’être sur le mode : « Je fais la fête ». Je ne savais pas réellement quoi faire. Du tact au tact, alors, je lui avais demandé en d’autres mots ce qu’elle attendait de moi et je l’avais fais entrer. Il fallait bien, elle n’allait pas retourner chez elle d’ici tôt, je le sentais... En plus, étais-je vraiment à l’aise de lui parler à moitié dehors et à moitier en dedans, sur le pied de la porte. J’avais tout de même plus de conventions qu’il n’y paraissait, même si j’étais méfiant à son endroit. En même temps, j’étais son beau-frère jusqu’à récemment, c’était une bonne personne à ce qu’on disait, même-si elle et moi ne pouvions pas nous sentir. Je comprenais pourquoi mon frère avait tombé sous son charme, elle était jolie, gentille et talentueuse et puis il me l’avait souvent expliqué. Dans sa situation, moi aussi j’aurais sans doute cracké. Puis, il n’y avait rien dans l’enquête, semblait-il, qui portait à croire que c’était elle la coupable. On nous l’avait informé, car ils cherchaient un coupable dans l’entourage plus élargie de mon frère, en nous posant davantage de questions pour fouiller l’information etc.  

Elle entra et elle me dit de laisser faire pour les messages. Je hochai la tête affirmativement. J’avais sans doute une salle tête et air avec ma robe de chambre et mon air à moitié endormi. Déjà que je n’étais pas le plus chaleureux des trois frères. J’avais du charme, mais pas pour ce genre de situation. Misère… ! J’avais regardé le petit, attendri, puis je la regardais elle, curieusement. Elle semblait découragée. Elle m’avoua qu’elle ne savait pas comment s’y prendre, qu’elle était à bout… J’avais deviné, pour qu’elle vienne me demander de l’aide à moi, avais-je envie de lui dire en répartie. Elle m’expliquait son narratif interne, Caleb était mort, elle redoutait les barreaux et elle parlait de son fils qu’elle ne voulait pas. Mon coeur se serra, je fis un effort pour rester neutre. Je ravalai ma salive, l’écoutant, mal à l’aise. Elle me confia ne pas vouloir être comme ces mères qui sont négligente. Puis, elle me parlait de moi, comme quoi j’avais réussi avec ma petite. Je sourcillai, embêté. Je manquai rire. Elle déclairait ne pas avoir l’instinct maternelle. Je soutenai son silence, lorsqu’elle pris une pause. Elle rajouta à son explication ce qui était arrivé tout à l’heure. De ce que j’en déduisis.... Elle déclarait que je croyais qu’il serait mieux avec quelqu’un d’autre. Elle pleurait devant moi. Attends, je vais le prendre pour te donner une pause! Je tendis les bras et attendis qu’elle me le donne. Il allait certainement rester calme, si je l’étais. Je n’étais pas affolé comme elle et avec raison... Elle n’allait pas bien, ce n’était pas plus mal que ça. Le petit pleurait beaucoup s’en doute, car il sentait que sa mère n’allait pas bien. Loucia avait fait pareil et le pédopsychologue me l’avait expliqué lorsque Avery brillait par son absence. Un bébé qui sentait sa mère en détresse ou qui avait envie d’être ailleurs ou bien de mourir, pleure davantage pour la faire venir à lui, pensant qu’elle retrouvera le goût de vivre à force de s’occuper de lui. Enfin en théorie, c’est ce que j’avais retenu. Puis, il fallait de primes abords l’apaiser et pouvoir le faire, soit, être dans un état pour. Sans oublier qu’une mère devait être disponible émotionnellement pour être patiente avec un petit qui pleur. À tords les bébés ne croient pas que de pleurer nous dérange et perturbe notre sommeil. Il faut aussi se rappeler des fameux cercle vicieux, bébé fatigué, pleure plus et pleurer davantage fatigue encore plus, quiconque à tous âge! En sachant ça, en se raccrochant à tout cela, on arrive à mieux relativiser cognitivement pour prendre le dessus sur les émotions et l’irritation. J’avais passé par là, mais en étant pas dans une situation aussi précaire. Certes, elle n’était sans doute pas en état pour me croire, moi et ces connaissances que j’avais amassé à force d’avoir du mal à m’occuper de Loucia, seul.

Un enfant est toujours mieux avec ses propres parents, sauf cas extrême. Et avec Loucia, j’ai eu du mal, c’est juste que j’avais une nounou avec moi. Fis-je en riant quelque peu. Puis, je fis signe à Talisa de me suivre dans le salon. Je me posai sur le divan tout en berçant le petit. J’ajoutai :[bo]sèches tes larmes, fais comme chez toi, j’ai tout mon temps libre. Ne t’en fais pas pour moi, tu as bien fait de venir ici. On est tous dans le même bateau, ou quasiment[/b], fis-je en souriant. Après tout , nous avions tous des enfants, même Wayan et nous avions tous de la peine suite à ce décès. M’occuper de cette boule d’énergie allait certainement me redonner de la vitalité. On pouvait le lire dans mes yeux, déjà, moi qui le consolait et parlait à Tali en même temps. Je crois même que nous n’avions jamais été aussi proche en tête à tête dans un climat de non-conflit. Ça arrive à tous d’être à bout, de ne pas s’attacher tout de suite ou à tout moment ou bien de faire des erreurs, laisses-toi du temps, surtout au vue des circonstances.
Je marquai une pause :
Tu peux rester ici, Loucia dort dans sa chambre. Je suis en congé comme tu le sais, je vais t’aider… Bon après j’ai sale caractère et je dois dire que je suis dur sur mes opinions avec l’enquête qui tâlonne en longueur concernant la mort de Caleb, mais je sais bien que….
Je retins mes mots, je n’osais pas dire que je la croyais concernant la mort de Caleb. J’étais trop méfiant, orgueilleux, froid pour lui avouer. Enfin, tu n’as pas besoin de cela et ce qui compte c’est mon neveux,dis-je pensif et en soupirant légèrement.

Ne compte simplement pas sur moi pour m’excuser ou bien te prendre avec des gants blancs! Je suis trop franc pour cela et puis on ne s’est jamais toléré grandement toi et moi. Je roulai les yeux. Puis, je partis à rire, assez silencieusement pour ne pas me faire trop entendre pour le bébé.

Bref, on verra demain pour le reste. Rassures-toi et dort tranquille. Il y a une chambre d’amis ici et tout ce qui faut dans cet appartement presque trop vide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: help me, i'm so close to giving up - jolisa   

Revenir en haut Aller en bas
 
help me, i'm so close to giving up - jolisa
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mÿ <3 __ Atelier [ - CLOSE - ]
» Attaque Close combat
» Close to the Edge ou le nouveau Floral Fascination
» Bug de close combat
» Un parisien et un cannois rentrent dans une maison close...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Haven Hills :: East Side :: Habitations-
Sauter vers: