AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Fais pas ta tête de mule - feat. Willow

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar





in haven hills since : 06/05/2018
messages : 44
faceclaim : Evans
multinicks : non
nickname : BB
credits : Moi, des fois (vava : avengedinchains)
address : Chez son pote Terry. Avec une coloc' chieuse.
uptown funk : Life sucks
picture of you : FUCK OFF
Run this town : 0

take me to church
relationships:
available?: oui

MessageSujet: Fais pas ta tête de mule - feat. Willow   Mer 9 Mai - 19:30

 
Will & Jay
♦️Most Girls♦️
Quel bordel, cette vie. Je pensais que j’arriverai sans trop tarder à me fixer, à savoir que faire et comment prendre les choses en mains. La prison me paraissait une étape de ma vie si loin mais proche en même temps, cela faisait quelques semaines que j’étais de retour à Haven Hills. J’avais repris contact avec Terry qui, en tant qu’ami de longue date et gérant plutôt bien sa vie professionnelle, m’accueillait le temps nécessaire dans sa baraque située dans le centre ville de Haven Hills. Un peu à l’écart du quartier trop fréquenté mais disons à une proximité suffisante pour s’y rendre à pieds. Le coin ne faisait pas trop résidentiel, il y avait des parkings non loin de là pour les gens du coin et aussi ceux voulant se rendre en ville sans banquer un max. J’errais un peu dans cette ville qui me rappelait de bons comme de mauvais souvenirs.
Sur le chemin du retour vers la maison, je m’étais arrêté acheter des beignets dans une espèce de boulangerie pseudo-française. Je disais ça parce que une des personnes qui y bossait était un français et en plus, ils appelaient ça beignet alors que ça avait la même gueule que des Donuts. J’voyais pas trop la différence dans le fond sauf que Beignet ça sonnait plus « chic ». Puis c’était plus cher. Enfin, Terry avait assez d’argent pour manger ce qui lui ferait plaisir sans avoir à compter ses sous à chaque fois. Alors soit. Je tenais la boite en mains, avec une dizaine de Beignets et en tenais un en main. Je me baladais nonchalamment et fredonnais une chanson qui ne quittait pas ma tête depuis que j’l’avais entendue à la radio ce matin. Et oui je faisais encore partie de ceux qui n’écoutaient pas seulement les playlists perso ou les streamings comme Spotify ou Deezer, j’écoutais également la radio à l’occasion. De tout il fallait avouer.

Je me laissais guider par le pur hasard dans les ruelles à proximité de la maison jusqu’à passer près d’un parking sur lequel une voiture était la seule parquée pour le moment. Un espèce de break customisé. Par curiosité j’allais vers le véhicule tout en essuyant mes doigts sucrés à cause du sucre glace sur les beignets, sur mon pantalon. Je riais intérieurement à la vue de cette voiture et puis regardais par la fenêtre. A ma grande surprise, j’y vis quelqu’un endormi sur le siège passager. Un visage familier. Celui d’une nana que j’avais croisé quelques jours auparavant dans un local attenant à un garage d’un ami. Elle avait l’air de trainer comme une âme en peine ou de squatter. Toujours est-il que je la reconnaissais. Observateur comme j’étais, c’était difficile de ne pas remarquer les tonnes de fringues à l’arrière et des sacs ou des valises. Un foutoir en gros. Sur le siège à côté d’elle, il y avait un paquet de chips vide ainsi que des bouteilles d’eau. Forcément, je toquais à la vitre un peu inquiet car même si le temps se couvrait très rapidement à cause des fortes chaleurs des derniers jours, il devait faire bien chaud à l’intérieur du véhicule et la fenêtre était à peine ouverte. « Eh… tout va bien là-dedans ? ». Elle sursauta et je souris. Enfin, pas très longtemps car elle n’apprécia visiblement pas que je la réveille. « Je te reconnais, t’es la fille du local ». Je devais probablement me mêler de ce qui me regardais pas et elle me le faisait comprendre. Elle ne fut pas très coopérative de prime abord et des gouttes fines de pluie commençaient à tomber. Une pluie d’orage s’annonçait avant que l’orage lui même occupe le ciel en fin de soirée voire en début de nuit. Enfin, pour le moment ça allait mais je voyais déjà les traces d’eau sur l’emballage cartonné de la boulangerie.

« Je ne voulais pas te déranger hein. C’est juste curieux de te croiser ici. Un beignet ? ». Je penchais la boite vers la fenêtre ouverte de sorte à ce que la nourriture soit accessible. Elle n’était pas du genre à se laisser enquiquiner et ça se voyait d’emblée.


© CODE BY BOHEMIAN RHAPSODY


Dernière édition par Jaydeen Bolton le Jeu 10 Mai - 21:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar





in haven hills since : 31/03/2018
messages : 193
faceclaim : Hailee Steinfeld
multinicks : nop
nickname : Lonely Wolf
credits : avengedinchaine & tumblr
address : dans sa voiture (une dodge charger noir) ou squatteuse chez Jay
uptown funk : célibataire, le reste ça dépend des jours - ouverte à tout
picture of you :
Run this town : 800

take me to church
relationships:
available?: oui

MessageSujet: Re: Fais pas ta tête de mule - feat. Willow   Jeu 10 Mai - 14:40

Father tell me


Qu'est-ce qu'une fille sans job pouvait bien foutre de ses journées, hum? C'était la question qu'on lui posait la plus souvent et la réponse était majoritairement ennuyeuse. Pas grand chose, voir rien. Elle errait où bon lui semblait. Elle n'avait personne pour lui dire quoi faire, comment vivre ou pour lui filer des conseils à la con qui n'avaient pas de valeur. Elle s'occupait parfois en bidouillant sur sa dodge charger, son activité préféré étant de laver cette dite voiture pour être certaine qu'elle brillait sous le soleil, et même dans le noir. La vérité étant qu'elle n’aimait pas trop le jour. C'était une fille de nuit et elle se couchait souvent à pas d'heure, lorsque le soleil commençait à se lever. Le but étant de se faire remarquer le moins possible, elle évitait les gens en générale question de ne pas se faire emmerder. Oh elle avait bien quelques amis ici et là, mais elle ne passait pas tout son temps avec eux. Ce qu'il y avait de bien avec la solitude, c'était de pouvoir être tranquille et de prendre un peu de temps pour soi. C'était loin d'être stressant, voir même apaisant. Elle semblait sauvage à première vue, alors qu'en fait, elle était juste incomprise. Rien n'était logique chez elle et comme elle sortait du cadre standard de la vie, cela faisait fuir beaucoup de monde. Elle venait d'une toute autre ville, Chicago, ce qui faisait aussi d'elle une étrangère. Willow se plaisait ici, dans le sens où elle pouvait continuer de fuir ce qui la hantait là d'où elle venait. Sa famille, ses problèmes et un avenir pourris. Bon débarras.

Sa balade en voiture se termina sur un parking inoccupé. Elle retira les clés du contact en soupirant. D'un geste de la main, elle farfouilla derrière son siège pour récupérer un sac de chip qui lui servirait de collation. Jetant un coup d'œil autour, elle ne remarqua rien de suspect qui laisserait croire qu'elle ferait mieux d'aller ailleurs. Le calme plat. Et la chaleur, mais ça, elle y était habituée. Retirant sa casquette, elle la balança à l'arrière avec le reste de ses affaires. Ses lunettes de soleil, au style aviateur, plaquées contre son visage impassible lui donnait presque l'air vilaine. En général, elle n'avait pas la gueule d'une fille à aller emmerder. C'était drôlement pratique. Une fois le sac de chip vidé, elle licha le bout de ses doigts avant de s'installer confortablement sur le siège passager pour faire la sieste avant l'arrivée de la nuit. Elle rangea ses lunettes dans son sac, utilisant son hoodie comme oreiller temporaire question d'être plus confortable pour son cou. Fermant ensuite les yeux, elle ne tarda pas à plonger dans un sommeil sans rêve. Habituée au sommeil léger, elle savait qu'elle se réveillerait au moindre bruit. C'était un détail important, question de survie. Bref. C'est beaucoup plus tard seulement qu'une voix étrangère la réveilla. « Eh… tout va bien là-dedans ? » What the fuck!? Brusquement réveillée dans un sursaut visible, la brunette se redressa sur son siège, lançant un regard noir en direction du responsable. Il se croyait drôle peut-être!? « Fuck de merde... » Elle grogna de mécontentement, incapable de comprendre pourquoi on la dérangeait alors qu'elle emmerdait personne de son côté. Pire encore, ce même type disait la reconnaître. Il avait fumé ou quoi? L'observant un peu plus attentivement, elle reconnu aussi sa gueule de con. Lui ? Génial. Non mais quelle chance elle avait ! C'est pas possible, il la poursuivait, elle n'y voyait pas d'autres explications. « À force, je vais finir par croire que t'es qu'un pervers acharné en manque d'action dans ta vie » De mauvaise humeur, elle passa une main contre son visage pour effacer rapidement les dernières traces d'un sommeil trop court à son goût. Tout le monde sait qu'on ne réveille pas le loup qui dort, sauf si on veut s'en prendre plein la gueule. Apparemment, ce mec n'était pas si con que ça, puisqu'il savait déjà apprivoiser la bête en cage. Fixant les beignets d'un air bête, elle hésita quelques secondes. « Tu te crois drôle peut-être ? » Rageuse, elle s'empara quand même d'un donut qu'elle engloutit pratiquement sans mâcher. Totalement classe. La bouche pleine, Willow continua de l'observer depuis son contre de la vitre, des questions plein la tête. Mais qu'est-ce qu'il lui voulait au juste? Pourquoi il était là? Pourquoi il lui parlait? Il n'avait pas mieux à faire de sa vie? « Il va pleuvoir, tu ferais mieux de dégager » Voilà qui n'était pas faux. Elle pouvait très bien voir les gouttes d'eau se coller à son pare-brise. S'il restait planté là trop longtemps, il finirait entièrement trempé et ce ne serait aucunement de sa faute. « T'es idiot et sourd en plus? Casse-toi ! J'ai pas besoin de toi !» Elle grogna une fois de plus, croisant les bras contre sa poitrine. Rien à foutre de son offre d'abris ! Elle refusait de quitter cette voiture et comme elle avait sagement verrouillé les portes, il ne pourrait pas la forcer non plus. Dommage. Bornée et têtue, la rebelle détourna le regard, prête à l'ignorer jusqu'à la fin. Elle était parfaitement capable de gérer de la pluie. Elle n'était pas faite en chocolat et un peu d'eau ne tuait personne. Plus important encore, elle n'avait pas besoin de lui et elle ne dépendait jamais de personne. Indépendante et débrouillarde, Willow n'était pas prête à admettre aujourd'hui qu'un peu d'aide serait le bienvenu. Plutôt mourir étouffée dans cette voiture que d'émettre verbalement ce genre d'aveux.  


AVENGEDINCHAINS

_________________

- I'm the one at the sail, I'm the master of my sea -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar





in haven hills since : 06/05/2018
messages : 44
faceclaim : Evans
multinicks : non
nickname : BB
credits : Moi, des fois (vava : avengedinchains)
address : Chez son pote Terry. Avec une coloc' chieuse.
uptown funk : Life sucks
picture of you : FUCK OFF
Run this town : 0

take me to church
relationships:
available?: oui

MessageSujet: Re: Fais pas ta tête de mule - feat. Willow   Jeu 10 Mai - 20:12

 
Will & Jay
♦️Go f** yourself♦️
L'air neutre et en même temps un peu curieux par simple nature, j'étais là, planté devant cette vitre de voiture baissée à m'adresser à cette jeune fille qui m'avait l'air de prime abord de trimballer sa maison dans cette caisse. Elle était agressive et m'envoyer bouler sans la moindre hésitation, ce qui me faisait sourire. Un peu lorsqu'on voit un chihuahua s'énerver et japper sans cesse d'un air agressif alors que à côté, je devais être comme un berger malinois. Ce qui me fit sourire surtout c'était ses propos crus et francs, un peu un caractère comme le mien d'ailleurs mais malgré cela, elle se servait quand même un Beignet. « Oui c'est ça et j'achète les futures victimes avec un Beignet » dis-je en levant les yeux au ciel. « Non mais c'est plutôt toi qui te trouves sur mon chemin, crois pas que ta gueule de bois et t'as façon d'aboyer soient ce qui m'attire. En plus t'es qu'une gamine ».

Je restais là, immobile et regardais en direction du ciel quand elle annonça la pluie qui allait bientôt tomber en plus grosse quantité. Par la même occasion, avec une certaine innocence je lui proposais si jamais elle avait besoin de venir se réfugier dans la maison que j'occupais qui était à un pâté de maison de là. Mais elle refusa bien évidemment. « Bon tant pis, si tu change d'avis, il faut prendre la sortie B de ce parking, longer la Bingham street et sur la gauche dans un angle il y a une pharmacie. Faut prendre McKinley Street et là c'est la maison... ». Je réalisais qu'elle n'en n'avait rien à faire, finalement et que ça ne servait à rien de continuer. Je décidais donc de ne pas perdre davantage mon temps. « ... tu sais quoi ? Tant pis pour toi. Continue de squatter dans les locaux et ta voiture, je m'en fous ».

L'air hautain et surtout distant de la brunette me poussa à rentrer chez Terry sans tarder. Je mâchais un nouveau Beignet tranquillement sur mon chemin et accélérais mes pas dès lors que la pluie commença à tomber de plus en plus fort. Les derniers mètres jusqu'à la maison se terminèrent en courant. Je m'abritais sous cette boite en carton qui prenait aussi vite la flotte qu'un carré de sucre jeté dans un verre d'eau.

Le début de soirée se passa tranquillement à savoir que j'avais eu le temps de prendre une douche, de trainer en caleçon, bol de céréales en main devant les news diffusées en boucle à la télé puis je zappais pendant une vingtaine de minutes la télé. Le ciel s'était assombri et l'orage commençait à gronder. 1h plus tard, on avait l'impression que le ciel nous tombait sur la tête tant il faisait gris. Un gris menaçant tout autant que le tonnerre. Terry me passa un coup de fil pour prévenir qu'il rentrerait que le lendemain matin pour venir se changer, le gars avait des plans de dernière minute ce soir.

Je finissais tranquillement mon 2e bol de céréales quand un éclair me poussa à regarder par la fenêtre et bêtement, je pensais à cette nana qui ne m'avait jamais donné son nom d'ailleurs; Celle de la voiture. « Bon, c'est l'heure de me faire aboyer dessus mais tant pis » me dis-je à voix basse en me levant du canapé. J'enfilais des fringues, sortais de la maison et retournais à cette voiture en une quinzaine de minutes. Elle était toujours garée au même endroit et le temps était vraiment menaçant. Je toquais de nouveau à la porte en remarquant la jeune fille encore à l'intérieur. Je dus le faire plusieurs fois jusqu'à ce qu'elle daigne baisser sa vitre et pas entièrement cette fois-ci.

« ... je sais que ça peut paraitre étrange mais, quoi que tu dises, tu ne peux pas être bien dans cette voiture, avec un temps pareil. J'suis pas con tu sais j'ai compris que tu crèches là-dedans... ». La jeune fille m'envoya de nouveau chier jusqu'à ce que je me montre insistant, têtu comme j'étais « Allez fais pas ta tête de mule ça ne sert à rien. Je ne bougerai pas tant que tu ne te décides pas. Je te promets que j'ai aucune idée derrière la tête, c'est seulement pour te rendre service. Et avoir bonne conscience. J'suis chez un ami et il a une chambre supplémentaire de libre... » Je la regardais alors sans perdre le contact visuel. « Tu pourras partir quand la météo se sera calmée demain si tu veux c'est juste en dépannage... c'est quand même plus confortable qu'une voiture non ?! ».


© CODE BY BOHEMIAN RHAPSODY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar





in haven hills since : 31/03/2018
messages : 193
faceclaim : Hailee Steinfeld
multinicks : nop
nickname : Lonely Wolf
credits : avengedinchaine & tumblr
address : dans sa voiture (une dodge charger noir) ou squatteuse chez Jay
uptown funk : célibataire, le reste ça dépend des jours - ouverte à tout
picture of you :
Run this town : 800

take me to church
relationships:
available?: oui

MessageSujet: Re: Fais pas ta tête de mule - feat. Willow   Jeu 10 Mai - 22:19

Father tell me


Sérieux, on aurait dit qu'il cherchait presque à se faire mordre la main celui-là ! Cette façon de la traiter de gamine qui aboie, c'était vraiment chiant. Elle avait déjà frappé un mec pour beaucoup moins que ça. Elle sentait une forme de caractère derrière ses réponses qui ne lui déplaisait pas réellement. Elle n'aimait juste pas qu'on débarque ainsi sans prévenir pour l'embêter. D'ailleurs, elle fit de son mieux pour l'ignorer totalement pendant que monsieur lui expliquait le chemin à suivre jusqu'à sa maison. Bordel de merde qu'il était insistant ! Rien que pour cette raison, elle ne le laisserait pas gagner. Muette comme une carpe, la brunette se renfrogna jusqu'à ce qu'il abandonne. Son petit jeu semblait fonctionner finalement. Lorsqu'il s'éloigna enfin, elle le suivit du regard jusqu'à le voir complètement disparaître. Elle souffla ensuite, reportant son attention vers la pluie qui tombait petit à petit. Vrai que ce serait un véritable enfer si ce nuage n'acceptait pas de la laisser tranquille sa voiture et elle. Par réflexe, elle récupéra son téléphone portable, jetant un rapide coup d'œil à sa liste de contact. Hum. Devait-elle prévenir quelqu'un ? L'envie de squatter n'y était vraiment et elle le rangea bien vite dans la poche arrière de son jeans. Vis-à-vis quelqu'un qui avait le même âge qu'elle, Willow ne se sentait pas capable de débarquer en demandant de l'aide, alors qu'eux pouvaient très bien se démerder comme des grands. Elle n'avait plus 17 ans. Et comme elle c'était jurée de le faire, elle assumerait ses choix jusqu’au bout. Aucun adulte ne pouvait comprendre ce genre de chose, non? « Rien que toi et moi BB... » D'un geste de la main, elle tapota gentiment contre l'intérieur de sa précieuse voiture. Cet objet avait pratiquement une âme pour elle. Ce n'était pas un sujet sur lequel rigoler en sa présence.

L'orage éclata finalement, comme un mauvais karma au-dessus de sa tête. La rebelle avait remonté les vitres, mais il faisait désagréablement chaud et humide à l'intérieur. Elle n'était plus du tout confortable. Prendre la route lui semblait être trop risqué désormais et bien qu'elle soit protégée des éclairs dans son véhicule, elle n'aimait pas trop se sentir menacée par des éléments hors de son contrôle. Glissant une main dans ses longs cheveux bruns, elle tenta de réfléchir à une solution. Si elle ouvrait une vitre, il y aurait un peu d'air frais, sauf que l'eau risquerait aussi d'entrer. Comme elle avait toutes ses choses à l’intérieur, valait mieux pas. Si elle sortait carrément dehors, elle serait trempée jusqu'à l'os le temps que l'orage ne cesse. Tomber malade n'était pas non plus dans ses plans. Prisonnière de son entêtement, elle fit de son mieux pour endurer sa condition. Sans prévenir encore une fois, elle sursauta lorsqu'une main toqua à sa vitre au milieu du déluge. Avec le noir, elle ne voyait pas parfaitement bien, mais elle se doutait de qui il pouvait s'agir. Qui d'autre dans cette foutue ville venait l'emmerder? Un peu à contre cœur, elle accepta de baisser très doucement sa vitre, profitant en même temps de la brise fraîche qu'elle ressentie contre sa peau. Ça faisait du bien. Il avait compris quoi en fait? Qu'elle vivait comme ça? Bravo Sherlock ! « Mais tu fous quoi encore!? » Pas de doute, il attendait qu'elle se fâche à nouveau oui. Il n'était pas croyable ce mec. Il était revenu parce qu'il avait l'intention d’insister jusqu'à ce qu'elle cède et accepte son offre. Sérieux ? Les lèvres pincées de mécontentement, elle remonta rapidement la vitre. C'est bon, elle en avait marre de lui, définitivement. Ce pourquoi elle attrapa son petit sac à dos et enfila sa veste de cuir par-dessus son chandail. Glissant les clés de sa voiture en lieu sur, elle ouvrit finalement la porte pour sortir sous la pluie. « Je te donnerais rien du tout en échange ! J'ai pas d'argent et j'veux pas devoir rien à personne! » Et voilà, à nouveau les griffes sortie alors qu'elle lui faisait désormais face. Il était plus grand qu'elle ne l'aurait cru, mais rien pour l'intimider. Si ce mec se nourrissait de beignets, il y avait fort à parier qu'il ne s'entraînait pas dans un gym. Les cheveux désormais plaqués contre sa tête, elle n'avait plus aucune crédibilité. Un petit chat de ruelle qui crache dans le vide. « Est-ce qu'on peut y aller là maintenant au lieu de discuter ?» Oui parce que franchement, ça lui coupait l'envie d'argumenter plus longtemps. « Putain d'orage ! » Ça va, elle voulait rentrer quelque part et vite. Willow lui emboîta le pas, le laissant la guider vers cette fameuse maison dont il n'arrêtait pas de lui parler. Est-ce qu'il vivait seul premièrement? Peut-être aurait-elle mieux fait de lui demander avant. Une fois devant la porte, elle croisa les bras contre sa poitrine, prenant quelques secondes avant de finalement passer le porche. Elle ne s'aventura pas bien loin à l'intérieur, les deux pieds poliment collés au tapis d'entrée. Hum. Curieuse, elle observa tout autour sans trop savoir quoi lui dire. Maintenant qu'elle était là, il avait eu ce qu'il voulait, non? Il s'était même trempé lui aussi pour venir la chercher, chose qu'elle avait du mal à comprendre. Les gens n'étaient pas gentils juste pour le plaisir de l'être, c'était trop bizarre. La brunette retira ses chaussures, bien que cela ne changea pas grand chose à l'eau qui dégouttait d'elle. « Tu vis ici depuis combien de temps ? Tu fais quoi dans cette ville ? Et d'abord, t'es qui ? » Il avait un nom peut-être ? Vrai qu'elle ne savait pas trop par où commencer, mais bon. La conversation en général, ce n'était pas trop son truc. Sauf pour dire des bêtises, évidemment.  


AVENGEDINCHAINS

_________________

- I'm the one at the sail, I'm the master of my sea -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar





in haven hills since : 06/05/2018
messages : 44
faceclaim : Evans
multinicks : non
nickname : BB
credits : Moi, des fois (vava : avengedinchains)
address : Chez son pote Terry. Avec une coloc' chieuse.
uptown funk : Life sucks
picture of you : FUCK OFF
Run this town : 0

take me to church
relationships:
available?: oui

MessageSujet: Re: Fais pas ta tête de mule - feat. Willow   Jeu 10 Mai - 23:26

 
Will & Jay
♦️Down♦️
Je saoulais cette nana et j’en avais conscience. Mais j’avais ce doute con ou cette crainte plutôt qu’il lui arrive quelque chose, dans sa caisse sur ce parking. Certes ça craignais pas trop ce quartier mais quand même. Elle n’avait pas 25 piges à vu de nez. Je me doutais qu’avec le caractère qu’elle avait illustré par son répondant elle ne devait pas souvent se faire emmerder. Malgré tout, j’avais croisé son chemin, je savais qu’elle dormait là-bas, seule alors forcément sans vraiment pouvoir m’expliquer je culpabilisais d’être sous un toit au chaud alors qu’elle ne pouvait bénéficier que le chauffage de sa voiture. Et qui dit chauffage dit laisser le contact allumer au risque de niquer sa batterie. Je m’y connaissais, en voiture après tout. Peu importe, têtu comme je l’étais, j’avais décidé de retourner à la charge en insistant pour qu’elle vienne avec moi.

De nouveau près de la voiture, elle me fit preuve d’un caractère toujours aussi exécrable mais je continuais « Je renouvelle mon offre. Sérieux le temps est pourri et j’crois que tu tu serais bien mieux à l’abri dans une baraque. Vraiment » braillais-je pour me faire entendre. Elle craqua et sorti de son véhicule, une jeune fille longiligne qui faisait une tête de moins que moi. Je baissais alors les yeux vers elle en écoutant la demoiselle et la laissant cracher son venin. « Est-ce que je t’ai une seule fois demandé de l’argent ou autre chose ? ». Bah voilà. La réponse ne nécessitait pas d’être prononcée à haute voix car elle s’en rendait compte par elle-même. « C’est marrant, j’allais proposer la même chose » ajoutais-je une pointe de sarcasme dans la voix.

On se grouilla de retourner à la maison et une fois à l’intérieur, on ne ressemblait plus à rien. J’ôtais vite le manteau qui était trempé ainsi que mes pompes. La brunette restait dans l’entrée, proche de la porte. Je fis comme chez moi en accrochant les choses au porte-manteau et l’invitais à faire de même. « Pour quelqu’un qui m’envoyait chier y’a 10 minutes et qui ne semblait pas vouloir parler, tu poses beaucoup de questions, non ? ». Je la regardais alors en virant un peu les trucs non rangés sur la table du salon. Histoire que ça fasse pas trop dégueu. Enfin, il s’agissait d’enlever la boite où il restait encore bien 5 beignets et puis débarrasser des papiers qui trainaient et ranger la boite de céréales. « Je vais pas te mordre, contrairement à toi. Mets-toi à l’aise » proposais-je en faisant ce que j’avais à faire. Elle me suivait à distance et je décidais de répondre à ses questions « On est chez un gars qui s’appelle Terry. C’est un pote. Il m’héberge depuis quelques jours. Je reviens tout juste à Haven Hills…. et je m’appelle Jaydeen mais, tu peux m’appeler Jadydeen » dis-je exprès pour fair peu d’humour. Bien sûr le plus simple était de me surnommer Jay mais je me doutais que la demoiselle ne s’en priverait pas, de dire ce qu’elle voulait. J’avais déjà eu un échantillon de son caractère. « Et toi alors ? Ta voiture, t’y vis depuis combien de temps ? C’est quoi ton nom… ah et question essentielle, est-ce que je devrais être vacciné contre la rage ? ». Je faisais référence à son caractère teigneux.

Je la laissais me répondre tout en m’absentant jusqu’à la salle de bain pour y allumer le chauffe-serviette et je revenais de nouveau dans le coin salon où elle n’avait pas vraiment bougé. « Bon je te propose de prendre une douche et pendant ce temps je prépare des pâtes … à moins que le beignet et les chips t’aient suffit mais j’crois pas que ça soit suffisant pour être calée… t’as faim ? ». Je décidais de prendre les choses en main et surtout de lui permettre de se mettre bien ne serait-ce que le temps d’une nuit. J’ajoutais d’ailleurs à cet égard avant même qu’elle ne réponde « Et comme promis y’a une chambre d’ami à l’étage à gauche dans le couloir. Je pense que c’est quand même mieux que de rester dans une voiture une nuit d’orage »


© CODE BY BOHEMIAN RHAPSODY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar





in haven hills since : 31/03/2018
messages : 193
faceclaim : Hailee Steinfeld
multinicks : nop
nickname : Lonely Wolf
credits : avengedinchaine & tumblr
address : dans sa voiture (une dodge charger noir) ou squatteuse chez Jay
uptown funk : célibataire, le reste ça dépend des jours - ouverte à tout
picture of you :
Run this town : 800

take me to church
relationships:
available?: oui

MessageSujet: Re: Fais pas ta tête de mule - feat. Willow   Ven 11 Mai - 0:44

Father tell me


Ça y est, elle était déjà découragée d'être dans cette maison avec lui. Il avait l'air confortable avec l'idée qu'elle pouvait se montrer désagréable si elle le voulait, ce qui était particulièrement insensé. Elle se contenta tout de même de l'observer ranger un peu, alors qu'elle n'avait pas porté attention à l'état des lieux. Suite à son commentaire, elle accepta de faire quelques pas dans la pièce, non sans rouler les yeux d'exaspération. Il méritait bien de se faire mordre oui. Il avait l'attitude d'un grand frère insupportable et bien qu'elle soit enfant unique de son côté, elle arrivait à le sentir. Tâchant donc d'être un peu moins sauvage, la brunette l'écouta répondre à ses questions. Ce Terry devait vraiment vivre l'enfer avec un tel coloc. Elle ne manquerait pas de lui poser la question si jamais elle le croisait un jour. Un premier sourire flotta rapidement sur ses lèvres à la mention de son prénom. Hum. Jaydeen. Trop long, elle préférait nettement mieux Jay. « Pourquoi tu reviens par ici si tu avais choisi de partir à la base ? » C'était un peu curieux non ? Revenir en ville, cela voulait tout de même dire qu'il s'agissait de sa décision. On ne semblait pas l'avoir forcé. À son commentaire sur le vaccin contre la rage, elle arqua un sourcil avant de lâcher un léger rire mauvais. « C'est ça ouais, j'suis clean alors relaxe... Je m'appelle Willow. Je viens de Chicago et je suis ici depuis quelques mois déjà » Elle haussa les épaules, ne voyant pas comment mieux se présenter. Elle venait déjà de lui en dire beaucoup. Soupirant en retirant doucement son manteau de cuir, elle observa ensuite son chandail à demi-trempé. Il avait été un peu protégé, mais à peine. « Cette voiture est tout ce que j'ai, vivre dedans me convient très bien... » Question qu'il sache qu'elle se débrouillait avec peu et qu'elle n'était pas à plaindre non plus. On ne pouvait pas encore dire qu'elle était une sans-abri.

Jay réapparut finalement en lui proposant une douche. De l'eau chaude ne serait pas de refus, tant qu'à passer la nuit ici. Elle pouvait bien se permettre un peu de confort sans se sentir coupable de rien. « J'ai faim ouais... » La nourriture n'avait jamais été un truc qu'elle refusait en général. Ni un verre d'alcool d'ailleurs. Elle aimait avoir le ventre plein et faire la fête. Le meilleur des deux mondes. « Si tu cuisines comme un pied, laisse tomber hein... » Un sourire amusé aux coins des lèvres, elle leva la tête en direction de l'escalier. Une chambre ? C'était presque un 5 étoiles ici. Normalement, elle pouvait se contenter d'un canapé, mais un lit serait encore mieux. Glissant le nez vers la salle de bain, elle observa la douche quelques instants avant de se décider. Et puis merde. Sans prévenir, elle claqua la porte dans son dos. Allé hop, elle voulait se mettre au sec, mais se réchauffer un peu avant cela. Elle fit donc couler l'eau chaude, retirant ses vêtements. Un peu bêtement, elle se débattu quelques secondes avec son jeans trempé qui collait sa peau. Stupide truc! Une fois libérée, Willow laissa l'eau chaude détendre ses muscles et apaiser son humeur par le fait même. Bordel que c'était bon une douche ! Elle soupira d'aise avant de se forcer à sortir après une dizaine de minutes, agrippant une serviette chaude pour s'enrouler dedans. Jetant un coup d'œil timide en direction du miroir, elle afficha une moue boudeuse en réponse à son reflet. La rebelle apprivoisée mouais. Fidèle à elle-même, elle savait que rien ne l'empêcherait jamais de faire qu'à sa tête. Jay lui avait dit qu'il ne la retiendrait pas ensuite si elle souhaitait quitter. Elle pouvait donc dormir en paix ce soir. Ça ne l'engageait à rien du tout non plus. Jetant un coup d'œil vers ses fringues, elle dénota rapidement le problème. Sans gêne, la jeune quitta la salle de bain, vêtu de sa serviette comme s'il s'agissait naturellement d'une robe ou un truc du genre. « Hey, j'ai rien de sec à me mettre... » Flairant l'odeur des pâtes en cuisson, elle s'arrêta dans la cuisine pour voir où il en était avec le repas. « T'as un truc à me filer ? » Bien qu'elle soit confortable avec son corps, elle ne tenait pas à passer la soirée en sous-vêtements ni en serviette de bain. Pas très confortable surtout. Avec de la chance, Jay aurait peut-être un t-shirt ou un truc dans le genre qui ferait l'affaire. Elle n'était absolument pas difficile côté fringue. Tant qu'on ne la forçait pas à porter du rose. Couleur stupide qu'elle détestait. Le rose, c'était pour les bébés filles, point final. Bref, elle attrapa d'une main son petit sac à dos trempé pour le monter à l'étage. Willow était particulièrement contente de pouvoir marcher pied nu. Chose qu'elle ne faisait pas très souvent en vivant dans sa voiture. Ses pas la guidèrent jusqu'à la chambre et d'un geste du doigt, elle alluma la lumière pour mieux voir. Hum. « Pas si mal... » Ça irait oui. Elle posa ses fesses sur le bout du lit, dans l'attente de pouvoir redescendre une fois habiller autrement.   


AVENGEDINCHAINS

_________________

- I'm the one at the sail, I'm the master of my sea -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar





in haven hills since : 06/05/2018
messages : 44
faceclaim : Evans
multinicks : non
nickname : BB
credits : Moi, des fois (vava : avengedinchains)
address : Chez son pote Terry. Avec une coloc' chieuse.
uptown funk : Life sucks
picture of you : FUCK OFF
Run this town : 0

take me to church
relationships:
available?: oui

MessageSujet: Re: Fais pas ta tête de mule - feat. Willow   Ven 11 Mai - 3:36

 
Will & Jay
♦️We choose♦️
Alors que je rangeais quelques trucs du salon vers la cuisine, je répondais à mon tour aux questions qu’elle posait sans vouloir déballer non plus toute ma vie. Elle était distante et avançait à pas de loup, je faisais de même. Donnant-donnant. Puis merde je ne lui devais rien non plus, déjà lui offrir un toit et à bouffer était déjà bien. Je n’avais pas envie de raconter ce qui s’était passé cette dernière année, et mes soucis personnels qui m’avaient conduit à finir derrière les barreaux. Généralement quand on disait qu’on était un ex-taulard ou un taulard, ça faisait fuir. Les gens se méfiaient, nous regardaient différemment quelles que soient les causes à l’origine.
Disons que j’avais besoin de revenir je n’entrais volontairement pas dans les détails parce que expliquer que je n’avais plus de raison de rester à NY me poussait ensuite à expliquer le pourquoi. Et le pourquoi j’étais allé là-bas donc parler de Leïna. Je n’étais pas un grand bavard on plus. J’avais la tchatche comme ça, des fois mais parler de ma propre personne, mon histoire c’était autre chose. Puis la gamine je la connaissais eu depuis … allez, quelques heures à tout casser. D’ailleurs, histoire d’être juste si je ne lui donnais pas plus d’information, je n’avais pas l’intention de lui demander pourquoi elle venait ici alors et avait quitté Chicago. Ni pourquoi elle vivait dans cette voiture. Peut-être que un jour elle me le dirait. Si elle en avait envie. Peut-être que ça viendrait tout seul au cours d’une discussion, si jamais on parvenait à en avoir une. Ecoute je te propose un truc, si on se posait des Joker ? Sur des sujets dont on ne veut pas parler pour l’instant huh ? Je ne te pose pas de questions sur Chicago et les raisons de ta venue ici, et tu fais de même pour moi, d’acc’ ? . Okay ça pouvait paraitre suspicieux mais en même temps j’essayais de lui montrer que j’étais pas le genre de gars à saouler de question. A essayer de trouver une raison, une justification à tout. Parfois les choses étaient comme ça. Les aléas de la vie, l’état d’esprit, des événements imprévus.

Ouaip enfin les soirs d’orage comme celui-ci avoue que ça te déplait pas si on t’offre un peu de confort quand même. lâchais-je tout en sortant le paquet de pâtes du placard ainsi qu’une grande casserole.  Disons que la cuisine et moi… j’ai juste quelques recettes du tonnerre . Je marquais une pause le temps de sourire parce qu’évidemment en raison des conditions météorologiques mon terme était bien trouvé. … bon je sais préparer de bons trucs mais pas beaucoup de trucs. Après ce qui est de base, je gère j’ai dépassé le stade de l’omelette quand même . Je réalisais alors avec un peu de retard la désinvolture de la meuf. Comme si elle était chez elle depuis des semaines. Et comme si on se connaissait depuis longtemps aussi. C’était bizarre. Et à la fois naturel. Willow prenait alors la direction de la douche pendant que je cuisais les pâtes et à côté j’avais pris la peine d’ouvrir une boite de sauce tomate pour que ça serve d’accompagnement. Quel repas équilibré. Déjà qu’il y avait eu des céréales avant… j’avais l’impression d’être un ado de 17 ans. Peu importe.

Je dressais la table au moment où elle revint de la salle de bain, enroulée dans un serviette de bain. Ah oui merde, des vêtements… d’ailleurs y’a une machine à laver-sèche linge dans la salle de bain, tu peux t’en servir comme ça tes fringues seront propres et sèches . Je lui disais alors que je devrais bien trouver un truc ceci dit, étant donné qu’elle était plutôt grande, même des pulls ou des T-shirts ne seraient pas forcément super longs sur elle.  Qui plus est il fallait avouer que je dormais avec des bas de pyj’. Parfois rien. Je vais essayer de te trouver un truc, tu peux aller dans la chambre en attendant dis-je en prenant la direction de l’autre chambre qui était quant à elle au rez-de-chaussée. Terry avait la sienne à l’étage aussi, à droite en revanche une fois en haut des escaliers. Sérieux son boulot était pas mal pour lui permettre d’avoir une baraque comme celle-ci en plein cœur de Haven Hills. Je fouillais alors dans les placards et prenait un T-shirt à moi. Le plus grand ou large que je trouvais. Un basique avec motif d’ours polaire en mode graphique dessus. Bon why not, ça ferait l’affaire. Par la même occasion je saisis un sweat-shirt propre aussi histoire qu’elle ne choppe pas froid.

Je toquais ensuite à la porte de la chambre jusqu’à ce qu’elle me dise d’entrer. Tiens j’ai trouvé que ça. C’est le T-shirt le plus long que j’ai. Comme t’es plutôt une perche de suite je me rendais compte qu’elle pouvait ne pas apprécier alors je me rattrapais avec un calmos hein, je disais ça comme ça, t’es grande quoi. Enfin bref du coup ça ne sera pas hyper long mais c’est mieux que rien… j’ai évité le rose, je me suis dis que t’étais pas du genre entrer dans les clichés dis-je alors sans même savoir que je tapais dans le mile. Je t’attends en bas c’est prêt .

Je redescendis aussi vite et servais déjà les pâtes à la tomate dans les assiettes; Le parmesan et le gruyère râpé étaient mis à côté avec des herbes en plus histoire d’agrémenter le tout. De l’eau était posée sur la table également et je m’étais servi un verre de vin pendant que je préparais les pâtes donc je l’avais également gardé à table. Le petit ourson apparut alors dans l’espace cuisine, les pâtes étaient à bonne température. Désolé si tu trouves tout ça un peu étrange, moi qui t’héberge dans une maison qui n’est pas la mienne qui plus est. Et sans rien en retour… c’est juste que j’avais mauvaise conscience de te voir là-bas dans la voiture alors que le temps est merdique dehors…  . Je piquais dans les pâtes tout en continuant … en plus mon Sean a bloqué l’accès à son local et a changé la serrure… donc je me suis dit que tu n’aurais plus de local où squatter…  . Je la regardais alors le sourire au lèvres. Elle devait être super maligne quand même pour y être entrée il y a quelques jours de ça. C’est curieux que t’aies choisi ce genre d'endroit n’empêche. Puis comment t’es entrée alors ? J’étais curieux de savoir comment elle s’y prenait.


© CODE BY BOHEMIAN RHAPSODY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar





in haven hills since : 31/03/2018
messages : 193
faceclaim : Hailee Steinfeld
multinicks : nop
nickname : Lonely Wolf
credits : avengedinchaine & tumblr
address : dans sa voiture (une dodge charger noir) ou squatteuse chez Jay
uptown funk : célibataire, le reste ça dépend des jours - ouverte à tout
picture of you :
Run this town : 800

take me to church
relationships:
available?: oui

MessageSujet: Re: Fais pas ta tête de mule - feat. Willow   Ven 11 Mai - 14:04

I was dreaming of bigger things


L'idée de ne pas trop se questionner sur leur vie personnelle lui convenait parfaitement oui. Bien que curieuse, elle n'avait pas besoin de savoir pourquoi il était revenu ici et lui n'avait pas besoin de savoir pourquoi elle avait quitté Chicago. C'est donc d'un rapide hochement de tête qu'elle accepta sa proposition. Comme ils ne se connaissaient pas beaucoup non plus, ça lui semblait logique. Elle ne dénota pas non plus sa blague sur sa cuisine du tonnerre, même si le terme était bien trouvé. Elle aimait mieux prendre connaissance des lieux et visiter la salle de bain en premier question de se doucher comme il l'avait suggéré. De toute manière, elle était mal placée pour jouer les critiques culinaires. Elle mangeait un peu de tout, mais elle ne cuisinait pas grand chose. Fût un temps où elle avait été forcée de faire ses repas pour sa mère et elle, mais toujours dans un atmosphère lourd qui ne lui donnait pas particulièrement de bons souvenirs. Parce que quand on est trop bourré et trop médicamenté, on ne cuisine pas non. Sa mère se faisait aider d'un autre désormais, elle n'avait pas besoin de s'en soucier plus qu'il ne le faut. Et puis refaire sa vie quand on a un mari en prison, c'était peut-être normal. Bref. Ce n'était pas ce soir qu'elle avait envie de repenser à Chicago.

Sa serviette enroulée soigneusement autour d'elle, Willow l'observa dresser la table, lui soufflant au passage qu'elle n'avait rien de sec à se mettre. Elle ferait sécher ses choses, mais comme cela prendrait un peu de temps, elle était prête à enfiler n'importe quoi d'autre. Pendant qu'elle attendait patiemment dans la chambre d'ami, elle eut le loisir d'apprivoiser un peu la pièce. C'était tout simple, mais ça semblait confortable et immense comparé à l'intérieur de sa voiture. On pourrait dormir dix dans cette pièce ! Elle exagérait, mais bref. « Entre... » Lui et son habitude de constamment toquer, c'était agaçant à la fin. Jetant un coup d’œil au t-shirt qu'il avait trouvé, elle haussa les épaules. « Ouais ça ira... » Comment ça, une perche!? Lui lançant un regard noir, elle le laissa se rattraper de justesse. Elle grogna en guise de réponse. Elle savait qu'elle était grande, ce n'était pas difficile à remarquer. Honnêtement, elle le voyait comme un avantage depuis toujours. C'était aidant pour qu'on la laisse tranquille, surtout quand elle arrivait à la même hauteur que l'emmerdeur. Ce n'était pas le cas avec Jay, mais elle s'évitait tout de même d'avoir la taille d'un enfant. « J'aime pas le rose, non » Ça avait le mérite d'être clair, ce qu'elle aimait ou ce qu'elle n'aimait pas. Lorsqu'il quitta enfin la chambre, elle prit le temps de s'habiller, dégageant ses cheveux ondulés vers l'arrière. Ils ne tarderaient pas à sécher complètement. Baissant les yeux sur le t-shirt, elle calcula qu'il avait une longueur décente. Celle d'une mini-jupe environ. Un sourire amusé au bord des lèvres, elle noua le sweat-shirt autour de sa taille avant de descendre l'escalier d'un bon pas.

Sans rechigner, Willow s'installa à table, observant le plat de pâtes chauds qui l'attendait. Cette fois-ci, elle sentit son estomac grogner d'envie. D'accord, elle avait faim ouais. Sans attendre plus longtemps, elle attaqua son repas. Vrai que c'était super bizarre d'être ici, mais maintenant qu'elle y était, elle ne retournerait pas passer le reste de la nuit dans sa voiture. Le temps de merde avait eu raison de sa patience. Elle savait qu'elle ne lui avait pas dit un seul merci depuis le début et bien que cela pouvait paraître comme de l'impolitesse, ce n'en était pas. Sa personnalité faisait en sorte qu'elle avait d'abord besoin d'établir un lien de confiance, rien de plus. La bouche pleine, elle leva les yeux dans sa direction à la mention du local où elle squattait. Hum? Pourquoi il voulait savoir ça? La dénoncer peut-être? Probablement pas, sinon elle ne serait pas sous le même toit que lui. Elle se méfiait plus par réflexe. Terminant de mâcher ses pâtes, elle haussa les épaules. « J'suis grande, tu l'as dit... j'ai passé par le toit, puis la fenêtre. J'avais pas l'intention de briser quoi que ce soit, c'était de la chance plus qu'autre chose... » Changer la serrure ne serait pas non plus une façon de la tenir définitivement éloignée. Sauf que ça, il n'avait pas besoin de le savoir. « Et je ne suis pas une voleuse non plus... » Prendre ce qui ne lui appartenait pas ne lui ressemblait pas. Certes, elle avait une tonne d'autres défauts par contre. Elle était loin d'avoir la gueule d'un ange et son côté rebelle n'aidait pas son image général. Elle savait très bien qu'on pouvait la prendre pour une fouteuse de trouble ou un nid à problèmes. La bouche pleine de pâtes, elle poursuivit sans gêne. « Je suis capable de me débrouiller, mais je suis pas stupide pour autant. Je sais qui vaut mieux éviter et ton pote du local ne m'a pas l'air très dangereux... » Elle n'avait donc jamais craint d'entrer en conflit avec lui. Il faut dire qu'elle était aussi très douée pour fuir en vitesse s'il le fallait. Elle rigola ensuite doucement avant d’attraper son verre d'eau pour boire un peu. « Le mec de la station de gaz par contre... lui je te déconseille, en plus, il est armé ce connard... » Oh elle n'était pas prête d'oublier ce fameux fusil de chasse qu'il planquait sous son comptoir. Non seulement, il était désagréable en général, mais en plus, il n'hésitait pas à faire peur au besoin. Elle l'évitait sans faire d'histoires. Ce vieux pourris détestait les emmerdeurs. Heureusement, tout le monde n'était pas bête et méchant dans cette ville. C'était plus facile que d'errer dans une plus grande ville comme New-York ou Chicago. Captant son regard dans sa direction, elle planta son regard dans le sien. « Quoi? J'peux de défendre moi-même, alors j'vois pas le problème » Il y avait des risques, ils étaient toujours là, mais en général, elle s'en tirait très bien sans ennuis. Être une fille n'aidait pas toujours la cause, mais elle savait bien réagir aux situations délicates.   


AVENGEDINCHAINS

_________________

- I'm the one at the sail, I'm the master of my sea -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar





in haven hills since : 06/05/2018
messages : 44
faceclaim : Evans
multinicks : non
nickname : BB
credits : Moi, des fois (vava : avengedinchains)
address : Chez son pote Terry. Avec une coloc' chieuse.
uptown funk : Life sucks
picture of you : FUCK OFF
Run this town : 0

take me to church
relationships:
available?: oui

MessageSujet: Re: Fais pas ta tête de mule - feat. Willow   Lun 14 Mai - 23:04

 
Will & Jay
♦️Foreign Hands♦️
C’était à la fois inattendu et bien que cela puisse paraitre bizarre au départ, me retrouver à table avec cette fille ‘de la rue’ que je ne connaissais ni d’Eve ni d’Adam ne me parut pas plus anormal qu’autre chose; Peut-être était-ce lié à mon habitue lorsque j’étais gamin de vivre avec d’autres dont je ne connaissais pas l’histoire ? Le côté enfant de quartier ? Je ne sais pas mais j’allais facilement vers Willow. Cette fille au caractère affirmé, au traits sûrs d’elle et avec son répondant éveillait encore plus en moi ce besoin de l’aider. Pas par pitié ou compassion, juste parce que je détectais aussi un mécanisme d’auto-défense dans cette façon d’agir. Et c’est une personne qui m’avait l’air non seulement ultra débrouillarde mais aussi avec une attitude d’indépendante qui n’aimerait pas forcément être redevable.

Pour ma part, j’aimais pas non plus cette sensation d’être redevable envers une autre personne. Un prêté pour un rendu. J’ai changé entre ces cloisons de la prison et là bas, tout était question de survie. Ce qu’on montrait, dégageait et ce qu’on cachait aussi. La condition physique, le ton, les relations… tout était décrypté et pouvait nous servir ou desservir. On était à l’abris de rien et le sommeil n’était que d’une oreille. Alors quand elle me conta comment elle avait procédé pour entrer dans les lieux, je pigeais aussi qu’elle n’était pas là pour prendre ce qui ne lui appartenait pas. Elle avait simplement besoin d’une planque, d’un toit. Certaines nuits étaient rudes. Je l’observais avec discrétion. Elle était plus grande que la moyenne, pour son âge mais quand même frêle. Et qu’on le veuille ou non, une nana de son âge, seule en extérieur, ce n’était jamais une situation safe. Même si elle savait se défendre ou intimider si elle avait besoin. J’avais rencontré des types que ça soit dans le milieu du trafic ou en taule qui n’auraient fait qu’une bouchée de cette gosse. J’haussais les sourcils à son affirmation sur le vol. Comme quoi ça ne l’intéressait pas. Ma préoccupation du moment était ces pâtes qui s’enroulaient autour de ma fourchette dont je venais de planter l’extrémité dans le creux de la grande cuillère. J’allais m’apprêter à commenter son mode de vis lorsqu’elle évoqua les personnes à éviter. T’as raison, il ne l’est pas pour le moins du monde. A condition qu’on ne lui vole rien. Et qu’on ne saccage rien. Mon regard dériva du plat devant moi aux yeux de Willow. Je fronçais un instant les sourcils en me demandant bien ce qu’il en était de ce type de la station. Il a montré son arme ? Je veux dire, il l’a utilisé ou ne serait-ce que dégainé ?! J’étais surpris. En même temps ce pays était fou avec ces permis d’arme. C’était quelque chose que je n’utilisais pas en dehors d’une zone précise ou d’un contexte particulier. T’es pas captain America avec son bouclier d’acier et vibranium t’en as conscience ? Je tenais à mi-distance entre mon assiette et mon visage cette fourchette ne me rendant pas compte de la tomate qui coulait déjà et venait de tâcher mon Sweat-shirt. J’étais trop accaparé par Willow. Même si tu sais te défendre, tu peux rien contre un gun. This is America. J’étais dépité de savoir que des gens pouvaient de façon complètement innocente à tout moment, se faire buter pour un quiproquo ou simplement à cause d’un connard déséquilibrer qui dégainerait par solution de facilité. C’était ce qui était arrivé à un de mes amis peu après la fin du lycée. Des règlements de compte, il était au mauvais endroit sur le trottoir, une voiture est passée, la fenêtre c’était ouverte et une arme était portée sur une bande de types près desquels on passait. Mon pote Drew s’est pris une balle. C’était la fin. Cet épisode de ma vie me révoltait. C’était la première fois que je voyais la mort devant mes yeux. Je continuais malgré tout après une pause. T’as jamais été emmerdée dans ta voiture ? demandais-je alors avec un mince espoir que la réponse serait négative. En prison j’avais eu du temps pour développer des compétences et activités physiques, qui pourraient être mises à profit dans le contexte d’une agression ou attaque en tout genre.

Je ne sais pas pourquoi mais je me disais que cette fille là devrait aimer les sports comme la boxe, les trainings de cardio, les sports où on se défoule. Elle me parlait et j’enchérissais. Dis-moi, t’es déjà allée dans l’orée du bois à proximité de la ville ? Je complétais ma question avant même qu’elle ne réponde. Si t’aimes bien te défouler, j’ai peut-être un truc pour toi là-bas. Mais pour ça faudrait que j’ai en nom des gens que tu détestes. Hormis ce type de la station bien sûr… rajoutais en réalisant une nouvelle tâche. ‘tin je savais pas manger ou quoi ?! M’en rendre compte me valut de cracher des insultes rapidement avant de me lever pour tremper le bas du Sweat-Shirt dans l’eau chaude du robinet de la cuisine. Le téléphone sonna une nouvelle fois. En me dirigeant vers le combiné, je remarquais en jetant un œil vers l’extérieur que la météo ne s’était pas arrangée.


© CODE BY BOHEMIAN RHAPSODY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar





in haven hills since : 31/03/2018
messages : 193
faceclaim : Hailee Steinfeld
multinicks : nop
nickname : Lonely Wolf
credits : avengedinchaine & tumblr
address : dans sa voiture (une dodge charger noir) ou squatteuse chez Jay
uptown funk : célibataire, le reste ça dépend des jours - ouverte à tout
picture of you :
Run this town : 800

take me to church
relationships:
available?: oui

MessageSujet: Re: Fais pas ta tête de mule - feat. Willow   Mar 15 Mai - 23:38

I'm holding on


Même si elle squattait ici et là dans la ville, qu'importe le quartier, son but n'avait jamais été de causer des problèmes ou de s'en prendre à qui que ce soit. Elle faisait son chemin comme tout le monde et elle n'attendait rien de personne. Évidemment, question de survis, elle savait faire un petit boulot ici et là sous la table pour récupérer de l'argent de poche qu'elle utilisait pour manger et alimenter sa voiture. La majorité du temps, elle aidait des gens en pane avec leur voiture par exemple. C'était inoffensif, mais en cas de besoin ou d'urgence, elle pouvait accepter des jobs disons moins... intéressant à mettre sur un curriculum vitae. Transporter iconito un ou deux paquets de elle ne savait pas quoi à tel ou tel endroit. Uniquement s'il le fallait, sans ça, elle se tenait loin des ennuis. Ce n'était pas son genre de demander de l'argent à qui que ce soit de toute manière. Les petits services ici et là faisait l'affaire jusqu'à maintenant. La bouche pleine de pâtes, son assiette déjà pratiquement vide, elle repensa au type de la station de gaz. « Ça va, il m'a pas tiré dessus non plus, c'est pour faire peur plus qu'autre chose et c'est sûrement juste sa façon de montrer qu'il veut pas qu'on l'embête... » Du genre je sors mon arme pour faire savoir que je plaisante pas. Elle ne voyait pas d'autre explication. Si elle-même avait un flingue, elle s'en servirait qu'en cas de gros problèmes pour tenter de faire fuir un adversaire trop agressif. Loin d'elle l'idée de tirer sur qui que ce soit, bon ou mauvais. Elle connaissait très bien les conséquences d'un tel geste, grâce à son père. Willow refusait de finir de comme lui. Ce serait la chose la plus insupportable qu'il soit et très certainement qu'elle le vivrait mal. Elle se tenait loin des flics en tout temps et pas parce qu'elle avait un truc à se reprocher, mais par peur de ce qu'ils pourraient lui faire. Des agents de la lois okay, mais encore une fois, ça n'avait pas empêché Daddy de déraper...

« Mouais, je sais tout ça... » Elle haussa platement les épaules, soutenant son regard quelques instants. « La guerre c'pas mon truc ayway » Étirant un petit sourire amusé, elle s'attaqua au reste de son repas, jusqu'à terminer complètement ce qu'il y avait sous son nez. C'est bon, elle n'avait rien d'une fille violente, d'une bagarreuse ou d'une suicidaire. Les risques reliés à une arme à feu, elle connaissait assez pour s'en tenir loin, le plus possible. Fuir était tout le temps une option envisageable. De toute façon, sa voiture pouvait toujours la protéger au besoin. Il était mort le mec qui lui ferait un trou dans la carrosserie, mais entre ça et sa peau, le choix était fait. À sa question, elle se retenu de rigoler. « Des emmerdeurs comme toi tu veux dire? » C'était lui qui était venu l'emmerder dès le départ hein! En temps normal, vrai qu'on lui fichait la paix, mais bien malgré elle, Willow attirait parfois trop l'attention. Déjà grâce à sa belle voiture de course et ensuite parce qu'elle squattait dedans et qu'il y en avait pas dix des comme elle dans le coin. « Des curieux, plus qu'autre chose... rien d’inquiétant, c'est plutôt rare... » Elle n'avait jamais eu l'impression qu'on l'attaquerait ou qu'on s'en prendrait à sa vie. C'était déjà un bon point de départ. Pour rester prudente, elle laissait sa voiture dans un endroit pas totalement à l'écart du monde, ce qui pourrait lui sauver la vie au besoin. Bien que jeune et insouciante, elle avait déjà compris ce à quoi elle s'exposait. Le mieux pour elle, c'était de montrer qu'elle n'avait pas peur et qu'elle serait en mesure de répliquer au besoin. Qu'elle était un prédateur et non pas une proie. À partir de là, elle s'évitait les petits troubles fêtes de la ville.

Jouant avec sa fourchette entre ses doigts, elle posa ses coudes contre la table, intriguée par cette question au sujet de la forêt. En quoi se défouler rimait avec la nature ? Elle n'avait rien contre les arbres, au contraire. Sauf qu'elle n'arrivait pas tout à fait à suivre le cours de ses pensées. Pour sa part, son idée lui semblait étrange, voir presque trop bizarre pour être réellement considérée comme sérieuse. Le suivant du regard lorsqu'il se releva avec cette fameuse tâche de sauce sur le chandail, elle s'appuya contre le dossier de la chaise, l'instant de quelques secondes de réflexion. « Dans les bois ? Tu sais que c'est surtout l'endroit parfait pour liquider quelqu'un sans laisser de traces et faire disparaître son corps ensuite ? » Glauque peut-être, mais pas totalement faux. Ce n'était sans doute pas que dans les films ou à la télévision que l'on voyait ce genre de choses. Évidemment, elle ne croyait pas vraiment qu'il s'agissait de son intention, mais elle faisait tout de même la remarque au passage. « Je déteste tout le monde, voyons...» Un petit rire sarcastique aux coins des lèvres, elle sursauta lorsqu'un énorme coup de tonnerre retentit à l'extérieur, coupant par le fait même l'électricité. Soupirant bruyamment, elle ne bougea pas d'un poil, pas vraiment inquiète de la situation maintenant qu'elle avait un toit au dessus de la tête. Le noir n'avait rien de si effrayant, sauf avec une imagination trop fertile. Elle ne croyait pas vraiment aux monstres de toute façon. D'un mouvement rapide de la fourchette, elle s'empara plutôt silencieusement du reste des pâtes dans le plat de Jay. Ni vue, ni connu ! Il était trop occupé pour remarquer quoi que ce soit anyway. À peine le temps de profiter de la noirceur que la lumière refit son apparition. Le courant était bien vite de retour, fausse alerte. Déposant sa fourchette, la brunette tourna la tête dans sa direction, question de voir ce qu'il fabriquait. « Pourquoi tu veux savoir tout ça ? Et en quoi est-ce que ça m'aiderait ? » Parce que c'était sans doute ça son idée de base, non? Aider pour elle ne savait quoi ou pourquoi. « En temps normal, on se contente de me dire de rester tranquille et de ne pas faire trop de vagues » Une réplique typique de la part d'un adulte oui. Va travailler, arrête de traîner, retourne chez tes parents, agis en grande personne, grandis un peu... Bref. Elle en avait entendu de tous les genres. Elle était un peu sur ses gardes, parce qu'au fond, elle ne cernait pas entièrement les intentions de ce mec. D'accord, il l'hébergeait pour ce soir, mais pour ce qui était du reste... Croisant les bras contre sa poitrine, elle afficha une moue boudeuse. « Jay? Sois franc... sans mentir, qu'est-ce que tu penses vraiment de tout ça ? » N'étant pas très douée pour ce genre de conversation qui la rendait souvent mal à l'aise, elle mordilla sa lèvre inférieure avant de poursuivre. « De moi, je veux dire...» La question était un peu bizarre, mais elle aimerait connaître le fond de sa pensée. Mettre cartes sur table, en quelque sorte. Elle ne le jugerait pas en retour non plus, si c'était négatif ou autre. Ils ne se connaissaient pas beaucoup et sans doute se trompait-elle aussi à son sujet.    


AVENGEDINCHAINS

_________________

- I'm the one at the sail, I'm the master of my sea -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Fais pas ta tête de mule - feat. Willow   

Revenir en haut Aller en bas
 
Fais pas ta tête de mule - feat. Willow
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Fais-moi peur ... ¶ feat.mary
» Je fais mon choix, je vais supporter .....le 28 Novembre
» Fais tes preuves... (PV Pix et Illu')
» Fais-moi peur [PV Julian Rollwers]
» Et puis merde, j'me fais chier moi ! {Free. Profites-en !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Haven Hills :: East Side :: Habitations-
Sauter vers: