AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 lucius + bang bang, you shot me down

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar





in haven hills since : 17/02/2018
messages : 177
faceclaim : Alexis Ren.
multinicks : Jules & Kate.
nickname : NIRVANA.
credits : Ganseys. (avatar), ALPHA (signature), tumblr (gif)
address : west side.
uptown funk : Célibataire, bisexuelle.
picture of you :

take me to church
relationships:
available?: oui

MessageSujet: Re: lucius + bang bang, you shot me down    Mar 22 Mai - 21:11






Lucius & Faustine




La peur de l’abandon te bouffait la raison. C’était toujours pareil avec toi, tu t’accrochais aux autres, tu espérais quelque chose et au final on t’abandonnait, tu te retrouvais seule et perdue, et même si tu le disais pas, t’avais toujours les nerfs, des abandons, de l’oubli. Tu savais que tu finirais toute seule et Lucius te disait peut-être la vérité, mais toi, tu craignais qu’il parte, et malgré tout, tu t’accrochais à lui encore et encore plus et parfois, quand tes sentiments atteignaient l’effervescence, tu t’éloignais de lui, tu le repousses et t’éloigne. Mais à un moment donné, t’es plus assez forte, t’as besoin de plus, toujours plus et tu reviens, il te pardonne et ça continue, c’est dans un sens, puis dans l’autre. Tu sais que tu peux pas continuer comme ça, un jour où l’autre, il faudra que tu trouves la force de le quitter, de lui dire au revoir, mais pas maintenant, pas tout de suite.

Tu crois un instant à ses paroles, tu imagines un instant que tout est possible. Tu vois dans ses yeux de la sincérité et tu crois tout ce qu’il dit. Tu continues de marcher parmi les invités, t’arrêtant au bar et profitant de l’alcool gratuit. Ca vaut le coup c’est sûr, même si t’es plus tellement à la recherche de tout ça. Les strass, les paillettes, tu sais que c’est du passé, que si tu veux retrouver ce monde là, tu te raccroches à un homme que tu hais, tu détestes, que tu voudrais enterrer vivant. Tu sais tout ce qu’il a fait, il t’a détruite, il a détruit des milliers de vies, t’es pas la seule, tu le sais bien. T’es pas prête à sacrifier tout ce que tu as maintenant pour revenir lui lécher les bottes.

C’est à ça que tu penses en le voyant face à toi. Les chuchotements autour de toi qui commencent, mais qui se stoppe rapidement. Tu te sens seule, t’as envie de pleurer mais tu te souviens pourquoi t’es là. Avec qui tu es. Tu sens Lucius derrière toi, tu sens à quel point il est tendu et tu sais que tu dois calmer le jeu. Tu ne veux pas que Lucius est des soucis, tu veux surtout pas qu’il aille en prison ou qu’il lui arrive quelque chose. Tu sais pas quoi faire, tu sais plus où te mettre, tu sens que la situation se perd. Ton père passe un regard rapide sur Lucius, un sourire en coin, tu le connais, tu sais qu’il pourrait faire de sa vie en enfer et tu sais plus quoi faire. Tu te retrouves enfermée dans un mutisme. « Je suppose que c’est ton fiancé ou je ne sais quoi d’autre. Tu accouches bientôt ? Tu as grossis. » Ton cœur suffoque, tu sais plus ce que tu dois dire. Tu pensais pas que ça allait se passer comme ça, et même si la drogue se trouve encore dans ton corps, son effet s’est déjà dissipé. Tu ressens toute la douleur, t’es pas anémiée, ça brûle tout sur son passage. Tu sais bien que tu dois réagir, que tu dois répondre, mais t’es qu’une gamine au final, t’es une gamine qui se fait engueuler par son père. Une poupée complètement cassée.

Il t’attrape par le bras, tu sursautes et relève les yeux vers lui. T’as tellement honte, tu voudrais qu’il t’excuse tous tes torts, qu’il te réconforte, c’est tout ce que tu as besoin. Mais quand tu le regardes dans les yeux, tu vois sa colère, sa haine, tu sais qu’il pourrait lever sa main contre ton visage, sa puissante dans ses doigts te donne l’impression qu’il va t’écraser en milles morceaux. « T’es qu’une pute, Faustine. Et les putes n’ont pas leur place ici. J’ai appris que t’as lâcher tes études, que tu bosses dans un bar merdique. » Tu sais ce que t’es. T’as tellement honte. Honte.



_________________
❝ BAL DE FUNAMBULES. ❞
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Appetite for self destruction



in haven hills since : 01/01/2018
messages : 1384
faceclaim : Cole Sprouse
multinicks : Alessya, la psy tourmentée ; Orphea, l'ange déchue ; Alyx le rêveur brisé.
nickname : Strangehell
credits : Ranochja <3 (avatar)
address : West side
uptown funk : Bisexuel, le cœur libre
picture of you :

take me to church
relationships:
available?: pas pour tout de suite baby

MessageSujet: Re: lucius + bang bang, you shot me down    Sam 26 Mai - 21:20






Lucius & Faustine




Il était venu sauver sa belle, un peu comme un super hero, sauf que lui n'avait ni la carrure, ni les pouvoirs et pourtant il osait toujours se dresser contre ceux qui importunaient ses proches, dont Faustine. Il l'appréciait tellement qu'il ne pouvait pas supporter de voir une once de chagrin sur son visage. Ça le brisait lui aussi. Elle était tellement belle, pétillante, qu'il désirait que cette image d'elle reste ancrée à jamais sur son visage, et il ferait tout pour qu'elle garde son sourire. Cette soirée devait se passer sans encombre. Ils s'étaient drogués, avaient un peu bus, et comptaient voler des riches venus spécialement à cette soirée, tout ça pour passer le temps. Parce que Faustine et Lucius ne passaient pas leur temps comme tout le monde. Ils avaient tous les deux le goût du risque, du danger et s'en donnait à cœur joie quand il se présentait à eux. L'adrénaline, ça avait toujours été la première drogue de Lucius finalement. Il adorait cette sensation d'exister, lui, qui la plupart du temps avait l'impression d'être vide, comme mort à l'intérieur.

Il s'était rangé près de Faustine d'un air protecteur, sentant la tension montée en lui. Son sang bouillonnait déjà, quand son regard détailla cet homme qui s'apparentait à être le père de son acolyte. Quel père lâchait ce genre d'atrocités à sa fille ?

Il avait serré les poings lors de sa première remarque. Juste ça. Il voulait se contenir pour elle, parce qu'il ne voulait pas qu'elle le voit sous son pire jour, mais ça risquerait d'arriver. Ça arrivait, même.

Quand il entendit son père la traiter de la sorte, le coup de poing était parti. Il ne pouvait plus entendre son père sortir ce genre de chose. Déjà, parce que c'était exactement comment son père avait traité sa mère et que ça le ramenait à des souvenirs douloureux. Et de deux, parce que c'était Faustine. Il ne laisserait personne l'insulter sans conséquence.

Il sentit la douleur irradiée dans sa main avant de lâcher :

- Traite la encore une fois comme ça et c'est un deuxième coup de poing que je vais t'offrir espèce de connard ! Quel genre de père t'es, hein ? La meilleure décision qu'elle a prise, à priori, c'est celle de s'éloigner de quelqu'un comme toi !

Il regarda la blonde tendrement en lui pressant délicatement le bras :

- Viens, Faustine, on a rien à faire avec ces guignols.




_________________
just gonna stand there and watch me burn.
ANAPHORE


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar





in haven hills since : 17/02/2018
messages : 177
faceclaim : Alexis Ren.
multinicks : Jules & Kate.
nickname : NIRVANA.
credits : Ganseys. (avatar), ALPHA (signature), tumblr (gif)
address : west side.
uptown funk : Célibataire, bisexuelle.
picture of you :

take me to church
relationships:
available?: oui

MessageSujet: Re: lucius + bang bang, you shot me down    Lun 28 Mai - 21:58






Lucius & Faustine




T’es plus capable de réagir. T’entend plus rien, tu t’es enfermée dans les mots que ton père t’a bombardé. Tu sais qu’il a raison. T’as pris trop de poids et tu sais bien, tu ne pensais pas que quelqu’un le remarquait mais bien évidemment, lui, il l’a immédiatement remarqué. Il remarque toujours tes défauts, tes failles, et il les exploite. Parfois t’as l’impression d’être juste un client de plus. Pas sa fille. En même temps, il faut pas que tu te leurres, t’es plus sa fille. Il te le fait bien comprendre, t’es qu’une merde, qui mérite d’être piétinée, encore plus fort. Tu sais pas si ça va s’arrêter à un moment donné, mais tu veux pas que Lucius réagisse ça va tellement mal se finir si il répond, t’as peur, tu crains qu’il lui fasse du mal à lui aussi. T’as besoin de Lucius, de sa présence.

Tu fermes les yeux quand tout se passe. T’es pas capable d’assumer encore et toujours et quelqu’un doit te défendre. Aujourd’hui c’est Lucius. Mais tu t’attendais pas à qu’il sorte les poings, toi aussi t’as été surprise, t’as pas eu le temps de réagir avant qu’il ne tombe sur ton père, tes larmes coulent, tu cris son prénom mais Lucius il tape un coup et t’as le souffle qu’est coupé. Tu lui en veux à lui aussi, il aurait dû rien faire, te laisser te faire démonter parce que c’est ce que tu méritais, tu méritais pas sa protection. Tu devais le sortir de là mais Lucius, il avait pas besoin, et ses mots, tu les oublierais sûrement jamais. T’étais chamboulée, en colère, et honteuse, tu savais plus quoi faire.

Tu sentais la main ferme de Lucius t’amener vers la sortie. T’es comme un zombie, tu marches mais tu sais même plus comment. L’air frais te fait frissonner, tu retrouves un peu tes esprits et tu montes rapidement dans la voiture. Ton rythme cardiaque reprend son allure normale. Cette soirée était la pire décision que t’avais pu prendre.  Tu t’en voulais à toi, ton père, Lucius, la terre entière. « Mais t’es dingue Lucius ? Tu te rends compte de ce que tu as fais ? Tu te rends compte ?. » T’aurais dû le remercier, l’embrasser et le serrer contre toi, mais tu pouvais pas t’avait tellement les nerfs, à cause de toi, de ta faute de venir ici, il allait sûrement mourir vite ou se retrouver derrière les barreaux et tout ça c’était encore ta faute. Tu te rendais pas compte mais tu haussais la voix au fur et à mesure de tes mots. « A cause de moi tu vas finir en prison et comment je vais faire pour te sauver de là ? T’as entendu ce qu’il a dit, t’as entendu ou pas, je suis rien, je mérite rien, tu devrais même pas être ici avec moi, tu devrais te barrer et trouver quelqu’un de bien meilleur que moi pour faire tout ça !  » Tu te perdais dans les mots mais tu souffrais tellement du désintérêt de ton père et tu t’enfonçais ses idées dans ton cerveau. Il avait raison, t’étais qu’une merde.




_________________
❝ BAL DE FUNAMBULES. ❞
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Appetite for self destruction



in haven hills since : 01/01/2018
messages : 1384
faceclaim : Cole Sprouse
multinicks : Alessya, la psy tourmentée ; Orphea, l'ange déchue ; Alyx le rêveur brisé.
nickname : Strangehell
credits : Ranochja <3 (avatar)
address : West side
uptown funk : Bisexuel, le cœur libre
picture of you :

take me to church
relationships:
available?: pas pour tout de suite baby

MessageSujet: Re: lucius + bang bang, you shot me down    Jeu 31 Mai - 15:42






Lucius & Faustine




Il n'avait pas vu le coup partir tellement la rage lui avait brouillé la vue. Il savait que la violence ne résoudrait rien, qu'il pouvait porter plainte contre lui, mais tant pis, c'était fait. De toute façon, lui, la prison, il la connaissait comme sa deuxième maison, et même s'il n'y avait pas été heureux, au moins cela lui avait permis de se ranger dans une sorte de cocon protecteur qui l'avait tenu à distance de toutes les embrouilles qui existaient dehors, notamment avec son père dans le coma. Pour ce petit coup, il pouvait écoper d'une garde à vue, et d'une amende, mais à part ça, pas grand chose. Ce n'était pas la première fois que cela arrivait donc il était déjà renseigné à ce sujet. Il avait simplement désiré défendre l'honneur de Faustine, parce qu'il savait qu'elle aurait surement fait pareil à sa place, peut-être pas de le frapper, et encore, la blonde était pleine de ressources qu'il découvrait de jour en jour, comme un paquet cadeau qu'on ouvrait doucement.

Il l'avait trainé vers la sortie avec hâte, ne désirant pas déchainer sa rage encore une fois sur son père, par respect pour Faustine, parce que pour lui, ça l'aurait bien défoulé. Il en avait de la colère à offrir dans ses mains. Arrivés vers la voiture, Faustine lâcha sa main et commença à lui dire tout pleins de choses, complètement bouleversée. Elle aurait pu lui dire merci, mais pas du tout.

- A cause de toi ? Mais Faustine, faut que t'arrêtes de te dénigrer, sérieusement ! Si je finis en taule, c'est à cause de ton connard de père qui te traite comme de la merde ! Surement pas à cause de toi !

Il essayait de la rassurer parce qu'il n'aimait pas la voir dans cet état.

- T'es une belle personne, tu mérites mieux que lui en père, sérieusement, je suis même désolé de comprendre que tu as du supporter ça pendant pas mal de temps. Il voit pas ce que je vois. Je laisserai personne te traiter comme ça, et je vais pas m'en excuser. J'ai envie de personnes d'autre que toi pour m'éclater comme je le fais, t'es ma Bonnie, avait-il lancé avec un sourire en coin.




_________________
just gonna stand there and watch me burn.
ANAPHORE


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar





in haven hills since : 17/02/2018
messages : 177
faceclaim : Alexis Ren.
multinicks : Jules & Kate.
nickname : NIRVANA.
credits : Ganseys. (avatar), ALPHA (signature), tumblr (gif)
address : west side.
uptown funk : Célibataire, bisexuelle.
picture of you :

take me to church
relationships:
available?: oui

MessageSujet: Re: lucius + bang bang, you shot me down    Ven 1 Juin - 22:31

Bonnie & Clyde.
Tu trembles tellement tu as peur. Tu sais plus ce que tu vas pouvoir faire pour protégée Lucius des griffes de ton père, t’es certaine qu’il laissera pas l’histoire sans suite, tu peux pas croire qu’il oublierait un tel affront face à un gamin sorti de nulle part, et surtout, surtout présent avec toi, à tes cotés, tu sais qu’il a honte, qu’il se retrouve bafoué et t’as déjà vu, sa colère, sa force de persuasion, son pouvoir et tu prends peur pour Lucius. Tu sais plus comment tu vas pouvoir gérer tout ça, t’as tellement tord de l’avoir amené ici, d’avoir cru un instant que t’allais pouvoir l’éviter. Mais finalement, t’étais peut-être venue ici pour souffrir. T’as utilisé Lucius comme une couverture pour t’infiltrer et tu voulais le revoir. Savoir ce qu’il pensait de sa fille et finalement, t’étais pas déçue et pourtant à chaque fois tu espérais, à chaque moment tu croyais qu’il changerait. Tu sais plus combien d’années tu attends, mais ça fait longtemps. Et aujourd’hui, tu ressors encore bredouille et totalement perdue, oublier de ton père, ta seule figure familiale sur laquelle tu aurais aimé compter. Tu sais qu’aujourd’hui, maintenant, t’es qu’une orpheline de plus, une fille de la rue et que ton parcours chic et pailleté, s’arrête. C’est dur la réalité, ça te brise les os, te coupe le souffle. Tu peux pas pleurer, tu en meurs d’envie et toutes les émotions se bousculent et tu sais plus sur qui les faire passer. Y a que Lucius à tes cotés alors tu l’attaques, tu veux qu’il t’abandonne aussi, qu’il fasse comme ton père, après tout, c’est ce que tu mérites, c’est ce qu’il doit faire, sortir de cette voiture et t’oublier, pour toujours, pour jamais te retrouver, tu mérites pas tout ce qu’il t’apporte.

Tu pouvais pas le remercier, et pourtant tu mourrais d’envie de le prendre dans tes bras, de l’embrasser et de savoir que pour lui, tu comptais, que tu étais importante, que finalement, t’apportais du bonheur à quelqu’un. T’arrivais pas à lui dire à quel point tu te sentais forte à ses cotés, tu réussissais à faire des choses que tu croyais incapable et que même si, parfois, tu croyais tomber plus bas que terre, il te remontait le moral, t’apportais du soutien. Il t’aidait et tu l’admirais pour sa force.

Tu buvais ses paroles, ça te réchauffait le cœur et tu croyais un instant à tout ça. Lui, toi, dans cette voiture, à croire que t’étais une belle personne, une fille forte et courageuse, t’avais envie de lui prouver qu’il avait raison, que tu pouvais être une fille comme ça, que t’avais plus besoin de ton père, que tu pouvais te défaire de ses griffes, désormais, t’allais vivre pour toi et plus dans l’espoir qu’un jour, il revienne te chercher et te ramène à la maison. Fallait que tu grandisses et Clyde il était à tes cotés pour ça. Tu pouvais grandir avec lui, croire en ses mots et rêver de jours plus beaux. Il te faisait rêver à tout ça.

Tu passais une main sur son visage, t’avais besoin de garder en mémoire ses traits même si tu devenais aveugle, tu voulais te souvenir de tout ça, et tu mettais rapidement une mèche de cheveux sur le coté. Il t’avait toujours plu, Clyde et c’était sûrement comme ça que tu l’avais rencontré. Tu t’en souvenais plus vraiment, tu savais qu’il faisait parti de ta vie et ça te suffisait. T’étais pas du genre à te rappeler des rencontres, des premiers mots échangés. Tu vivais le présent l’instant. « Je t’aime, Clyde. » Et c’est vrai, tu l’aimais, tu l’aimais pas comme les autres s’aimaient, c’était pas pareil, toi, tu l’aimais pour son soutien, sa force, son courage, tout ce qui faisait qu’il était encore là avec toi, dans cette voiture, présent. Tu tendis ton autre main. T’avais gardé la Rolex. Tu l’avais pas perdue en chemin, tu perdais jamais les objets de valeur, c’était ton credo. « C’est tout ce que j’ai réussie à récupérer. » Tu voyais qu’un peu son visage au lueur du crépuscule et t’aimais ça. Il avait le visage mystérieux, un peu sombre, et cette part de noirceur qui se trouvait dans son cœur, tu l’as retrouvait dans le tien aussi. Tu savais que c’était ce qui te lient à Lucius et t’en avait besoin, t’avais tellement besoin qu’il reste près de toi. T’imaginais plus vivre sans lui, et tu disais rien, t’étais fière et un peu orgueilleuse, mais lui, il te voyait pas comme ça. Il te voyait plus sensible, plus triste, plus joyeuse aussi. Tu pouvais te montrer vraiment. Etre toi.

T’avais pas envie de rentrer. Tu voulais pas retrouver la normalité et oublier pourquoi t’étais venue. Tu rêvais d’un peu de magie pour cette soirée, et t’avais presque tout gâché en venant jusqu’ici. Tu devais te faire pardonner. Fallait que tu trouves une autre idée, mais pour l’instant t’avais juste envie d’être avec Lucius. « Roule. Roule loin, où tu veux. Vas-y. » Tu t’en fichais d’où vous alliez, vous aviez toute la nuit devant vous et toi, tu pensais qu’à ta liberté nouvellement gagné, t’avais plus rien à faire d’autre maintenant, tu penserais à ton futur plus tard, pour le moment tu préférais te concentrer sur l’instant, le moment présent celui que tu partageais avec Lucius.

Tu te laissais aller à tes pensées, restait silencieuse, et réfléchissait même si tu tentais de faire abstraction du monde qui tournait autour de toi. Tu pensais qu’à ta voiture, Lucius et toi, qui partait sûrement loin, trop loin et t’avais pas peur. Tu craignais pas. « Tu m’épouserais, un jour ?. » Tu savais pas si t’avais dit la phrase de tes pensées à haute voix, mais tes joues prirent sûrement une couleur rosie. Ca n’arrivait jamais, sauf quand tu parlais de chose qui te touchait particulièrement. T’avais aucun véritablement amour dans ta vie et tu te rassurais sûrement en pensant que quelqu’un voudrait bien de toi. Tu connaissais bien Lucius, assez pour savoir que si il avait voulu tenter quelque chose, il l’aurait sûrement déjà fait, mais après tout, c’est pas ce que tu cherchais avec lui. T’avais jamais voulu plus et ça tout te paraissait si facile dans ses moments de douceur en sa compagnie. Tu souffrais des cris et des hurlements qui parfois, intoxiquaient vos êtres, mais par toutes les volontés du monde, mais surtout la sienne, vous aviez toujours la force de vous retrouvez. Tu voulais le garder rien que pour toi. C’était le seul qui te comprenait vraiment.


Bien sur on se dit toujours qu’on a sa famille, ses amis, mais quand il arrive quelque chose... Quand c’est quelque chose de très grave qui nous tombe dessus, vous vous sentez tellement seule et vous ne pouvez pas en parler, les gens accepteraient de vous écouter mais ils ne sont pas au courant de tout... En fait ils ne savent rien. Je crois qu’on ne peut pas partager certaines choses... Et qu’est-ce qu’on fait dans ces cas là ?.(@kaakok// beerus)
bang bang you shot me down..

_________________
❝ BAL DE FUNAMBULES. ❞
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Appetite for self destruction



in haven hills since : 01/01/2018
messages : 1384
faceclaim : Cole Sprouse
multinicks : Alessya, la psy tourmentée ; Orphea, l'ange déchue ; Alyx le rêveur brisé.
nickname : Strangehell
credits : Ranochja <3 (avatar)
address : West side
uptown funk : Bisexuel, le cœur libre
picture of you :

take me to church
relationships:
available?: pas pour tout de suite baby

MessageSujet: Re: lucius + bang bang, you shot me down    Lun 4 Juin - 20:17

Bonnie & Clyde.
Au milieu des éclats de verres qu'il avait dans le coeur, y'avait Faustine qui agissait comme un pansement, qui l'empêchait d'avoir trop mal, comme si c'était son anti douleur à lui, et à lui seul. Il ne comptait pas la partager, il ne pouvait même pas supporter que quelqu'un d'autre que lui ne pose ses yeux sur ses courbes, alors que celles-ci ne lui appartenaient pas. C'était étrange cette relation exclusive mais dépourvu de sentiments amoureux, d'ailleurs il ne savait toujours pas comment qualifier tout ce qu'il ressentait pour elle. Ca ressemblait à une explosion, tantôt une explosion de feu d'artifices, et d'autres temps une explosion nucléaire, il n'y avait pas d'entre deux, et il était toujours incapable de savoir s'il était ou non attiré par elle. Il la trouvait belle, sublime même, plusieurs fois il aurait bien voulu partager des draps, mais quelque chose l'avait toujours empêché de sauter le pas. Un sentiment bien distinct, qu'il se vouait à éviter : l'attachement. Il savait que dès lors les barrières éclateraient, il pourrait la détruire, la consumer, aussi facilement que le feu le faisait avec une brindille, parce qu'il était le combustible et lui, les étincelles. Il ne pouvait pas en arriver là, il ne la méritait pas, et tout ce qu'elle faisait pour lui, le lui rappelait sans cesse.

Quand il avait senti ses mains sur sa peau, son toucher devint comme électrique, il se sentait tout à coup apaisé par ce geste anodin, mais sa simple présence suffisait à le ramener sur Terre. Elle était douce, agréable, quand lui semait le bazar partout où il mettait les pieds. Il ne regrettait pourtant pas son coup de poing. Tout ce qu'il regrettait, c'était de la voir triste, brisée par cet homme qui était avide de pouvoir et non d'amour.

Tout ce qu'il avait manqué, Lucius, c'était ça. De l'amour. Il ne savait pas ce que c'était et en même temps, il avait l'impression parfois d'imploser sous le coup de tout l'attachement qu'il ressentait pour Faustine. Il senti son coeur battre très vite quand il entendit son je t’aime. Oui, lui aussi, finalement, il l’aimait mais c’était trop dur à dire. Lucius, c’était le genre à adorer les mots, leurs pouvoirs, leurs valeurs, mais de ne pas arriver à les utiliser à bon escient. Il préférait le langage corporel, qui était selon lui plus simple et surtout plus réel, alors, il lui avait tendrement souri avant de déposer un doux baiser sur sa joue.

- C’est nous deux contre le monde.

Parce que c’était vrai. Le monde s’acharnait à les faire penser que c’était deux incapables qui n’arriveraient qu’à semer le trouble dans la vie des autres, et pourtant, eux ils étaient là, ensemble, dans le même bateau, à lutter contre les attaques et surtout, à se soutenir. Il conduisait, concentré sur la route, il savait pas où il allait, son esprit était en effusion, perdu au milieu de leur univers, de leur cocon qui n’appartenait qu’à eux. Il jettait un œil à la trouvaille de Faustine et ne pût s’empêcher de lâcher un petit rire.

- Bien joué, t’es douée. On se fera de l'argent avec ça.

Elle lui avait donné les rennes, il pouvait aller où il voulait, alors il avait simplement décidé de quitter la ville, comme s’il quittait sa vie, ses problèmes au moins le temps d’une soirée. Son coeur refit un bond dans sa poitrine quand elle lui souffla cette phrase.

- Je t’épouserai quand je te mériterai.

C’était tout ce qu’il avait dit à ça, il n’avait même pas réfléchi, c’était ce qu’il pensait réellement, au plus profond de lui. Il n’était pas forcément pour le mariage, mais là plus rien ne comptait et la symbolique était claire : il n’allait pas se lier à elle, sa poupée fragile, tant que lui, n’arrêterait pas de briser des choses. Il avait continué à rouler quand son compteur lui annonça qu’il allait tomber en panne d’essence.

- Faut qu’on s’arrête, et j’ai pas une thune sur moi. On va faire ça à l’ancienne.

Qu’il avait dit avec un sourire en coin. Il comptait bien s’approvisionner en essence et partir comme un voleur, comme à leur habitude.


Bien sur on se dit toujours qu’on a sa famille, ses amis, mais quand il arrive quelque chose... Quand c’est quelque chose de très grave qui nous tombe dessus, vous vous sentez tellement seule et vous ne pouvez pas en parler, les gens accepteraient de vous écouter mais ils ne sont pas au courant de tout... En fait ils ne savent rien. Je crois qu’on ne peut pas partager certaines choses... Et qu’est-ce qu’on fait dans ces cas là ?.(@kaakok// beerus)
bang bang you shot me down..

_________________
just gonna stand there and watch me burn.
ANAPHORE


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: lucius + bang bang, you shot me down    

Revenir en haut Aller en bas
 
lucius + bang bang, you shot me down
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» bang, bang, my baby shoot me down ✗ TIGAN
» Version N°15 : Bang bang you're dead !
» bang bang, je suis un cowboy ! YIHA ∞
» BANG ELISA Δ Tu as déjà vu un pingouin respirer par les fesses ?
» J'vais sûrement perdre ma vie, BANG BANG ! Noah&Wayne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Haven Hills :: West Side :: Habitations-
Sauter vers: