AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 noam + but you're dying to be loved

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar





in haven hills since : 17/02/2018
messages : 134
faceclaim : Alexis Ren.
multinicks : Jules & Kate.
nickname : NIRVANA.
credits : Ganseys. (avatar), ALPHA (signature), tumblr (gif)
address : west side.
uptown funk : Célibataire, bisexuelle.
picture of you :
Run this town : 50

take me to church
relationships:
available?: oui

MessageSujet: noam + but you're dying to be loved    Mer 4 Avr - 20:56






Noam & Faustine




Tu regardes l’heure. T’as rendez vous ce soir, t’es prête à partir, t’as hâte. Tu sors, t’as demandé ta soirée, t’en peux plus, tu craques. T’as besoin de prendre l’air, d’oublier ta merde. T’as chopé rapidement quelques fringues, un mini-short, tes vieux collants noirs, des grosses bottines. Tu ne ressembles pas à grand-chose tout en noir, mais tu t’en fous. T’as pas besoin de ressembler à quelque chose là où tu vas. Tu sors rapidement de ta chambre. Tes colocataires sont tous partis, tant mieux. Personne ne va te regarder comme si t’étais devenue une pute au fur et à mesure des mois. En plus, c’était pas ce que c’était, t’avais tout perdue en quelques mois et t’en avais parlé à personne, tu voulais pas qu’on s’apitoie sur ton sort. Tu t’en foutais, de toute manière, un jour ou l’autre, t’allais te barrer, ta vie ici, elle serait terminée. T’oubliais tes mauvaises pensées. C’était pas le soir, t’avais pas que ça à faire.

Tu récupères ton sac laissé sur le canapé. Un bruit dans la cuisine attire ton attention. Tu pensais être toute seule, mais après tout, tu fliquais pas tes colocataires, ils faisaient bien ce qu’ils voulaient, t’étais pas leur mère. Tu passais un regard curieux, découvrant ainsi Noam. Tu levais les yeux au ciel. Si t’avais su que c’était lui, tu te serais pas arrêtée, t’aurais filé. Pourtant, ça sentait bon dans la cuisine. C’était presque sympa et ça te donnait presque envie de rester manger. Mais tu te doutais bien qu’il t’avait pas compté au diner. « Depuis quand tu te mets aux fourneaux ? » Tu arquais un sourcil sans qu’il lève le regard sur toi. T’aurais presque pu te vexer, mais avec Noam tu étais habituée. C’était toujours pareil. Tu t’approchais et sautais sur le plan de travail pour poser tes fesses juste à coté de la plaque de cuisson. T’avais envie de plonger ton doigt dans la sauce qui chauffait, juste pour le faire chier. Tu savais qu’il allait râler. Il râlait toujours pour rien. « C’est ça ta soirée ? Manger ta ratatouille et te faire plaisir devant un porno ? » T’étais pas du genre délicate avec lui, mais il te le rendait bien.




_________________
❝ BAL DE FUNAMBULES. ❞
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar





in haven hills since : 03/04/2018
messages : 73
faceclaim : charlie weber
multinicks : solal, aaron, harry, ugo, allan
nickname : ranochja (lucie)
credits : ranochja (avatar)
address : West side, avec faustine
uptown funk : en cours de divorce
picture of you :
Run this town : 0

MessageSujet: Re: noam + but you're dying to be loved    Jeu 5 Avr - 12:43

Il t'arrive souvent de passer des soirées seul à l'appartement, de profiter du calme avant et après la tempête, d'oublier un peu les gamins qui t'entourent et que tu dois gérer bien que ça ne soit pas réellement ton rôle à la base. Tu sais tout de chacun d'eux et parfois, c'est assez compliqué à gérer mais t'as pris bien vite l'habitude de te retrouver au milieu d'eux, d'être ce papa pour les accompagner à chaque instant et finalement, même si t'aimes bien t'en plaindre, t'es arrivé à un point où tu pourrais plus te passer d'eux en réalité, c'est la dure réalité. Sauf Faustine en fin de compte, Faustine c'est complètement différemment, si tu pouvais ne jamais la voir, tu le ferais. Chaque fois que tu poses tes yeux sur elle, tu vois son père et cette haine intérieure qui te bouffe peu à peu. Elle n'en sait rien, parce qu'elle ne sait pas ce que tu as vécu, ce que tu as vu et ce qui te hante encore la nuit, mais si elle savait, sûrement qu'elle comprendrait cette haine que tu développes envers elle, simple reflet de ce que tu ressens vis à vis de son père.
Quand tu la vois arriver, tu relèves même pas le regard, tu vois bien vite du coin de l'oeil que c'est elle et de toute façon, tu l'entends tout de suite à la voix. Tu continues à préparer ton repas du soir tranquillement, même si tu sais d'avance que tu en as trop fait. Depuis toujours, tu l'as simplement jamais remarqué. tu lui réponds alors sans daigner lever le regard sur elle, t'as pas envie de voir son visage, c'est plus simple d'ignorer sa beauté naturelle et ces choses qu'elle te fait ressentir et que tu n'arrives pas à contrôler. Alors bien vite, tu essaies de te visualiser ta femme dans ta tête, pour oublier la blonde à tes côtés. Mais visiblement, elle en a décidé autrement. Descends de là tu vas te faire mal, tu vas te brûler. tu grondes alors, la regardant cette fois-ci. T'as tout compris, tu me connais beaucoup trop. Tu lèves les yeux au ciel, quelques mots et elle t'énerve, il en faut très peu et visiblement, c'est la spécialiste en la matière. Et toi tu sors ? Tu devrais y aller, tu vas être en retard. Loin de toi l'idée de la jeter mais en fait... si, t'essaies de la jeter, tu préfères être seul qu'en sa compagnie, ça réveille trop de choses. Allez bouge de là tu vas te faire mal je te dis ! T'ajoutes alors en soupirant, remuant la ratatouille avec la cuillère en bois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar





in haven hills since : 17/02/2018
messages : 134
faceclaim : Alexis Ren.
multinicks : Jules & Kate.
nickname : NIRVANA.
credits : Ganseys. (avatar), ALPHA (signature), tumblr (gif)
address : west side.
uptown funk : Célibataire, bisexuelle.
picture of you :
Run this town : 50

take me to church
relationships:
available?: oui

MessageSujet: Re: noam + but you're dying to be loved    Lun 9 Avr - 21:44






Noam & Faustine




Tu sais que tu l’agaces mais t’en as vraiment envie, ça t’amuse bien et puis de toute manière, c’est la seule façon de te faire remarquer par Noam, sinon, il passe son temps à t’ignorer, à ne pas te regarder. Alors pour une fois, vous êtes enfin seuls, alors tu en profites, tu t’installes et tu regardes un peu l’heure. T’as du temps. T’es carrément large, en fait. Tu lèves les yeux au ciel. Il te regarde même pas, il s’en fout de toi, alors tu soupires. T’essayes de faire ton intéressante, mais il reste stoïque. Tu fronces les sourcils. Tu lèves les yeux au ciel en soupirant. T’allais lui répondre, mais il te gronde. Tu réprimandes un sourire, ça te fait rire son comportement. Malgré toute la haine qu’il ressens contre toi, il a pas envie que tu te brûles, c’est presque mignon. Il te parle pas, il a pas envie, tu soupires. Tu savais qu’il rigolait pas. Dommage, il avait aucun humour avec toi, alors qu’avec les autres, il rigolait plutôt bien. Pas un franc rire, mais tu voyais parfois, des petits sourires esquisser sur son visage. T’étais à l’afflux de tout ça, Noam ne souriait pas assez à ton goût mais tu préférais rien dire. C’était pas important.

Il te virait carrément de la cuisine en fait. Tu descendais du plan de travail mais au lieu de sortir de la cuisine, tu te plantais à coté de lui. Juste à coté, histoire qu’il te remarque bien, qu’il te regarde bien dans les yeux. « T’as un problème avec moi ?» T’étais un peu trop sérieuse à ton goût, tu devais pas faire ça avec lui, c’était pas une bonne idée. Tu voulais pas qu’il réponde franchement en fait, t’avais trop peur de te prendre une claque. Tu t’éloignais, récupérais ton manteau et retournais dans la cuisine. « Tu crois que je suis assez jolie ? J’ai pas mis des talons, je me suis dit qu’on allait croire que je faisais les trottoirs. » Tu savais très bien qu’il te regardait même pas. Mais tu rigolais et ton rire s’envolait presque autour de toi. Tu soupirais. Tu t’appuyais contre le plan de travail avant de reprendre, sans être capable de le regarder. « Si tu m’avais proposé, moi je l’aurais mangé ta ratatouille. C’est mon plan préféré. » C’est ta mère qui en faisait presque tous les dimanches, t’aurais pu être en dégoutée mais ça faisait tant d’années que t’en avais pas mangé. Tu voulais pas remuer les souvenirs douloureux. Et il avait pas envie de rester avec toi. « Bon je me casse. Je rentre pas, enfin tu t’en inquiète jamais mais je te le dis. Tu dormiras déjà au pire. » T’avais pas encore bougé tes fesses, t’attendais une réaction. T’espérais à dire vrai.




_________________
❝ BAL DE FUNAMBULES. ❞
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar





in haven hills since : 03/04/2018
messages : 73
faceclaim : charlie weber
multinicks : solal, aaron, harry, ugo, allan
nickname : ranochja (lucie)
credits : ranochja (avatar)
address : West side, avec faustine
uptown funk : en cours de divorce
picture of you :
Run this town : 0

MessageSujet: Re: noam + but you're dying to be loved    Mar 10 Avr - 11:29

Tu sais bien que tu devrais faire un effort avec Faustine, que la détester à cause de son père ne changera rien à ce que tu as vécu et certainement qu'elle n'y est de toute façon pour rien mais t'arrives pas à t'en empêcher, de lui en veux de toute la misère qui t'est tombé dessus et tu sais que tu n'arriveras jamais à ne serait-ce que la supporter. Et pourtant sa façon d'être, sa beauté naturelle, cette aura qui plane autour d'elle te donne envie de tout oublier et de te perdre dans ses bras et ce que tu ressens en fin de compte, c'est pire, ça te donne encore plus envie de la haïr. Parce que t'es marié et que ta femme, malgré les complications qui sont entièrement ta faute, tu l'aimes et tu aimerais pouvoir la retrouver. Et pourtant Faustine est là aussi, dans un coin de ta tête, perturbant tout ce que tu ressens, tout le temps. Non. tu réponds simplement à sa question. T'as jamais parlé de ton passé ici, personne ne sait que tu as été militaire, et encore moins ce que tu as vécu, personne ne sait pour ta femme, pour ta fille, c'est ton petit secret à toi que t'es pas prêt de partager, encore moins avec elle et t'as aucune envie qu'elle sache les raisons pour lesquelles t'es aussi différent avec elle qu'avec les autres colocataires, t'as pas envie de te confier et encore moins à elle. Quand elle s'en va récupérer son manteau, tu la suis discrètement du regard avant de reprendre ton plat quand elle revient. Tu fais ce que tu veux. T'es pas du genre à juger les gens, tu te fiches de comment elle s'habille et de ce que les gens peuvent penser, tant qu'il lui arrive rien. T'estimes que t'as pas à te mêler de leurs vies à tous, même si tu les considères comme tes enfants. Tu lèves les yeux au ciel quand elle te parle de rester manger si tu lui avais proposé, t'en as bien envie, oh ça oui, qu'elle soit aussi jolie pour toi. Mais c'est seulement une moitié de ton cerveau qui pense ça, l'autre te hurle que ce n'est pas une bonne idée, que c'est l'ennemie numéro 1 et que tu ne dois surtout pas craquer devant ses charmes. Tu peux rester si tu veux, je m'en fous moi. Et j'ai fait à manger pour douze. Au fond non, tu t'en fiches pas. Tu sens comme une pointe de jalousie en toi à l'idée qu'elle puisse être aussi jolie, aussi sexy et ne pas rentrer ce soir, t'imagines toutes sortes de choses et t'as soudainement envie de passer ce repas avec elle. Enfin bref, tu fais ta vie. tu sais pas qui t'essaies de convaincre par tes mots, peut-être un peu vous deux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar





in haven hills since : 17/02/2018
messages : 134
faceclaim : Alexis Ren.
multinicks : Jules & Kate.
nickname : NIRVANA.
credits : Ganseys. (avatar), ALPHA (signature), tumblr (gif)
address : west side.
uptown funk : Célibataire, bisexuelle.
picture of you :
Run this town : 50

take me to church
relationships:
available?: oui

MessageSujet: Re: noam + but you're dying to be loved    Mar 10 Avr - 20:21






Noam & Faustine




Il a pas de souci. Rien en fait il s´en fout simplement de ta gueule. Tu comptes pas pour lui, t’es qu’une gamine, incapable de faire quoi ce soit. Tu le sens bien dans son regard. D’ailleurs il te regarde pas il s’en fiche, il est trop concentré sur sa foutue ratatouille. Tu sens ta colère monter a l’intérieur de toi. Mais tu fais semblant de ne pas t’intéresser à lui. Tu t’en fiches. Tu vas jouer comme lui, l’indifférente. T’es pas assez douée pourtant, tu cherches à faire ton intéressante, tu te montres, mais il réagit pas, tu fais ta vie, voilà ce qu’il dit. Ca te fout en rogne, alors tu soupires fort, tu fais la gueule, tu décides de partir. T’essayes de te faire comprendre, mais lui, il t’ignore. T’as beau chercher à être sympa, il est complètement à coté de la plaque. T’as envie de le secouer un peu mais tu sais très bien que ça changerait rien. Il a pas envie de s’occuper de toi, t’as bien compris. Tu pourrais te promener toute nue devant lui, peut-être qu’il réagirait. Et encore, pas sûr. Il ne hausserait même pas les yeux. T’es prête à partir, pourtant t’es pas capable de pas t’en aller comme ça. Ca te plairait de passer du temps avec lui, de mieux le connaitre.

Evidemment que tu es surprise de l’entendre t’alpaguer. Il te propose de rester. Plus précisément, il te dit qu’il s’en fout, tu fronces les sourcils. Il pourrait être plus précis quand même. Oui, non, merde. T’es pas compliqué t’accepte qu’il te dise de dégager mais t’aimerais pas que ce soit clair dans sa tête. « Tu t’en fous ou ça te fait chier ? » T’as besoin d’avoir une réponse plus claire mais il a pas l’air d’être décidé à t’en donner. Tu hausses les épaules, retire ton manteau et défait tes bottines. Tu ne réponds même pas à ce qu’il dit, tu préfères t’occuper de récupérer deux assiettes et quelques couverts. T’installe la table et finalement tu retournes dans la cuisine. Tu te remets sur le plan de travail, en regardant Noam s’affairer. Tu sais pas cuisiner, à dire vrai, tu fais pas grand-chose de tes dix mains. Moins que lui apparemment. « Je peux t’aider à faire quelque chose ? Ou alors tu t’en fous ? Ou je fais ce que je veux ? » Tu te moquais un peu de lui, mais il le méritait, c’était de bonne guerre. Tu te sentais un peu inutile, tu voulais bien l’aider. Si il le voulait. Si il en avait envie.




_________________
❝ BAL DE FUNAMBULES. ❞
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar





in haven hills since : 03/04/2018
messages : 73
faceclaim : charlie weber
multinicks : solal, aaron, harry, ugo, allan
nickname : ranochja (lucie)
credits : ranochja (avatar)
address : West side, avec faustine
uptown funk : en cours de divorce
picture of you :
Run this town : 0

MessageSujet: Re: noam + but you're dying to be loved    Mer 11 Avr - 14:42

En effet tu t'en fiches ou du moins, tu essaies de t'en ficher du mieux que tu le peux, t'essaies de jouer le mec indifférent alors que dès que t'as l'occasion de laisser échapper ton regard sur son corps ou son visage, tu peux pas t'en empêcher, t'es pire que tout. T'as l'impression d'être un vieux pervers et ça te fait qu'accentuer la haine que tu ressens envers la jeune homme, mais également ce désir qui grandit jour après jour, chaque fois un peu plus quand tu la vois. Tu hausses les épaules à sa question, vaut mieux pas que tu répondes, t'as pas envie d'être trop méchant avec elle, tu te dois de faire un petit effort, au moins un tout petit simplement parce que vous vivez ensemble sous le même toit. T'aimerais simplement que tes pensées arrêtent de jaser dans ton esprit, que tu puisses enfin avoir un peu de repos parce que c'est pas du tout le cas pour le moment, y'a Faustine qui reste ancrée dans ta tête et t'arrives pas à arrêter de penser à elle, à cette beauté naturelle, à son père et à ta femme, trop de pensées qui te perdent peu à peu, alors que tu essaies d'éviter la jolie jeune femme au maximum. Tu fais ce que tu veux oui. T'aimerais juste une soirée de tranquillité mais visiblement, c'est beaucoup trop demandé. Tu devais pas sortir toi ? tu demandes néanmoins, parce que certes elle reste mais à la base elle devait quand même partir. Y'a personne qui va t'attendre ? tu demandes alors, un peu également pour en savoir plus sur elle, sur ces sorties nocturnes qui t'énervent au plus haut point sans que tu ne puisses le contrôler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar





in haven hills since : 17/02/2018
messages : 134
faceclaim : Alexis Ren.
multinicks : Jules & Kate.
nickname : NIRVANA.
credits : Ganseys. (avatar), ALPHA (signature), tumblr (gif)
address : west side.
uptown funk : Célibataire, bisexuelle.
picture of you :
Run this town : 50

take me to church
relationships:
available?: oui

MessageSujet: Re: noam + but you're dying to be loved    Mer 11 Avr - 19:20






Noam & Faustine




Il t’agace, t’as envie de l’étriper sur place. Tu fais tout pour qu’il réagisse, qu’il se mettre en colère, ou qu’il rigole, tu t’en fiches, tout ce que tu veux de la part de Noam, c’est un semblant de réaction face à toi. Mais non, il continue à l’ignorer, t’es complètement déboussolée. T’as envie de lui arracher le cœur tellement tu veux des réponses, il est pas clair, trop indifférent et tu comprend pas, les mecs, ils réagissent pas comme ça en ta présence, c’est le seul qui s’occupe pas de toi, qui veut pas te voir, qui n’essaye même pas d’en savoir plus. Il est trop perdu, occupé à penser à des choses dont toi, tu connais rien. A ses problèmes d’adultes. T’as pas envie qu’il t’explique, de toute manière t’es certaine qu’il te prend pour une stupide gamine. Il sait pas que t’as arrêté les cours. Il sait pas que t’as changé de bar et que maintenant, tu côtoies des gens vraiment pas fréquentables, que chaque fois que tu rentres, tu sais même plus comment tu avances et l’heure qu’il est.


Et c’est reparti. Si t’as pas compris que t’avais le droit de faire ce que tu veux de ta vie, tu ne comprendras jamais. Tu te plantes devant lui, t’as ton air presque sérieux, mais tu sais que lui, il pense que tu joues, et que tu racontes sûrement n’importe quoi. Alors tu hausses les épaules, tu fais l’indifférente à ton tour et t’attrape deux verres. « Noam, ça te troue le cul que je veuille passer du temps avec toi ? » Tu quittes la cuisine, tu poses violemment les verres sur la table. En vrai, t’es hyper agacée et tes émotions finissent par ressortir. C’est la folie dans ton esprit et t’aimerais bien que ça s’arrête. Tu lèves les yeux au ciel quand il te demande si tu dois sortir. Tu savais qu’il était plutôt lent d’esprit mais pour le coup, il est carrément débile. « Non tu sais, mon délire c’est de me foutre un manteau sur le dos, mais j’adore rester à la maison et me promener comme ça. » Qu’est ce qu’il pouvait être stupide. Tu savais même pas comment l’aider à rattraper sa connerie. En vérité, tu pensais sincèrement, qu’il était pas rattrapable.

Et puis d’un coup, tu sais pas trop qu’est ce qui le pique, il te demande un truc sur toi. T’aurais presque pu tomber à la renverse. Tu vivais avec Noam depuis quelques mois déjà, et jamais il t’adressait un regard. Jamais. Alors te demander si quelqu’un t’attendait t’avais presque envie de lui demander de sortir le champagne. Tu crois avoir saisi le truc. Faut pas le regarder pour qu’il te parle. Tu sais pas pourquoi, mais au moins là, il t’adresse la parole. « Si, je dois aller bosser. Mais j’allais être en avance et..  » et c’était surtout intéressant pour ton porte monnaie. Tu ramenais ton cul de bonne heure, tu faisais boire des clients, tu dansais sur le bar avec eux et hop, un billet filait entre tes seins. Tu survivais dans la colocation grâce à ça, sinon t’aurais carrément plus les moyens de te payer ta place. Tu hausses les épaules. « Et je préfère être en retard. Qu’on me désire. » C’était totalement faux en vérité, et t’avais carrément envie de pleurer face à ta connerie. Tout le monde ici croyait encore que papa chéri payait ton loyer, mais c’était ta sueur et ta douleur qui te permettait de sortir quelques billets à la fin du mois. Rien d’autre, mais après tout t’étais pas venu te plaindre. T’avais pas envie qu’on te regarde comme une merde. Une moins que rien. Qui tu étais réellement. Tu sentais bien les frissons dans ton corps, les yeux un peu embués mais tu n’étais pas comme ça. Tu reniflais rapidement, et attrapais un mouchoir. Saleté de poussière.





_________________
❝ BAL DE FUNAMBULES. ❞
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar





in haven hills since : 03/04/2018
messages : 73
faceclaim : charlie weber
multinicks : solal, aaron, harry, ugo, allan
nickname : ranochja (lucie)
credits : ranochja (avatar)
address : West side, avec faustine
uptown funk : en cours de divorce
picture of you :
Run this town : 0

MessageSujet: Re: noam + but you're dying to be loved    Jeu 12 Avr - 11:04

Elle est à tes côtés et tout ton esprit est brouillé par le simple fait de sa présence, dont tu aimerais pouvoir profiter un peu plus, d'une façon différente, tout autant que tu aimerais ne plus jamais à avoir à subit ce supplice. T'aimerais juste pouvoir fermer les yeux et oublier entièrement Faustine et tout ce qu'elle te procure, tout ce bien-être que tu ressens quand tu te trouves à ses côtés, toute cette colère qui te prend quand tu la croises dans l'appartement. C'est compliqué à supporter, à la limite de l'insupportable même et pourtant, tu n'as pas d'autre choix, n'a pas l'argent nécessaire pour trouver autre chose et puis, de toute façon, quoique tu dises, quoique tu penses, t'as quand même tes marques ici, t'as pris l'habitude de t'occuper d'eux et ce serait un autre déchirement que de les quitter, même si Faustine est toujours là à brouiller toutes tes pensées les unes après les autres. Parle pas comme ça Faustine, sois polie. tu demandes simplement sans bouger les yeux du repas qui cuit. T'as gardé tes habitudes de papa, interdisant les gros mots, les claquements de porte, les yeux levés au ciel. Tu fais du mieux que tu peux pour pas être ce papa insupportable avec eux mais c'est juste plus fort que toi, impossible de t'en empêcher. Bon Faustine, ma question était idiote mais me prend pas pour un con comme ça. J'suis pas ton pote moi. Tu soupires, t'aimes le respect toi, en toutes circonstances et là, t'as pas l'impression qu'elle en fasse beaucoup preuve, bizarre vu le poste de son petit papa, elle aurait du apprendre la discipline, comme toi tu l'as fait à l'armée. Tu l'écoutes, parler de faire attendre et de désir, toi tu la désires, tu le sens bien, dans tout ton corps en feu. Elle est si douce et si belle, tu ne peux pas résister à ça, t'es pas aussi fort que ça. Et ça fonctionne alors ? On te désire ? tu demandes en secouant un peu la tête. T'as du mal à comprendre ce besoin qu'ont les jeunes de toujours se faire désirer, comme s'il n'y avait que ça d'important dans la vie. Tu sais ce qu'elle fait dans la vie, tu l'as vite compris de toute façon, mais tu te fiches un peu de tout ça, chacun fait ce qu'il veut et encore plus Faustine, t'aimerais juste ne plus avoir à la croiser tous les jours. Dis-moi, ils recrutent dans ton bar ? Un boulot de serveur ou de cuisiner ou de barman ou franchement peu importe. tu demandes alors, ça te forcerait à la voir en dehors de la maison mais tu commences à avoir vraiment besoin d'un travail, et tu sais que si tu trouves pas, tu retomberas dans la drogue aussi vite que la première fois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar





in haven hills since : 17/02/2018
messages : 134
faceclaim : Alexis Ren.
multinicks : Jules & Kate.
nickname : NIRVANA.
credits : Ganseys. (avatar), ALPHA (signature), tumblr (gif)
address : west side.
uptown funk : Célibataire, bisexuelle.
picture of you :
Run this town : 50

take me to church
relationships:
available?: oui

MessageSujet: Re: noam + but you're dying to be loved    Jeu 12 Avr - 13:02






Noam & Faustine






Tu lèves les yeux au ciel, il t’énerve t’es pas son gamin, t’es sa colocataire et tu fais ce que tu veux, t’es grande, t’assume tes paroles. Tu sais plus quoi faire, il est trop occupé a faire sa bouffe. Tu claques ta langue contre ton palet, tu sais pas si tu dois répondre. De toute manière tu t’en fiches tu dis ce que tu veux il va pas te faire chier. « On dirait mon père. ». Tu le détestes bien plus que Noam. Ton père c’est le niveau au dessus, l’homme auquel tu peux pas faire confiance, avec qui tu pourras plus jamais parler enfin si vous vous étiez réellement parlé un jour.

Tu peux pas t’empêcher de rire. Tu le prend pas pour un con, tu rigoles avec lui mais apparement, l’humour il connaît pas. T’aurais dû t’en douter. Ça t’en pique au cœur quand il te fait’ comprendre que t´es pas son amie. T’es froissée, il t’agaces à chaque fois que tu fais un pas eń avant, il recule encore et encore. « En effet, on est pas amis mais c’est pas de ma faute. » Il a jamais essayé de faire des efforts avec toi. Au bout d’un moment, tu préférais t’arreter. Tu avais stoppé tes efforts.

Tu sais pas quoi dire. Oui bien sûr on te désire. Pour ton cul, ta beauté on s’en fous de toi, ta personnalité, ton caractère. Et puis d’en toute manière tu ressemblais à une fille facile et les autres ils aimaient ça. Ils appréciaient que tu passes pour la nana sans cervelle. « Pas pour ce que je suis. » Tu n’ajoutes rien t’as pas envie de d’en parler. Et puis surtout pas à lui. Comme il t’avait bien fait comprendre vous etiez pas amis.

Tu le rejoins dans la cuisine, t’es surprise de sa question. « J’ai pas envie de t’avoir en collègue. » T’étais honnête et réaliste. Ça servait à quoi d’essayer et faire des efforts. Il en avait pas envie. « Et puis t’aimerais pas ou je travaille c’est pas un endroit pour toi.. »
Dans le genre mal famé et inquiétant c’était complément le genre. Et tu voyais pas Noam bosser avec toi.


_________________
❝ BAL DE FUNAMBULES. ❞
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar





in haven hills since : 03/04/2018
messages : 73
faceclaim : charlie weber
multinicks : solal, aaron, harry, ugo, allan
nickname : ranochja (lucie)
credits : ranochja (avatar)
address : West side, avec faustine
uptown funk : en cours de divorce
picture of you :
Run this town : 0

MessageSujet: Re: noam + but you're dying to be loved    Lun 23 Avr - 11:00

En d'autres circonstances, avec une autre personne de la coloc, t'aurais très certainement ri à sa remarquer, peut-être même que tu aurais hoché la tête, tu sais bien que tu es le papa de la maison, t'as pris ce rôle dès le début et il te convient parfaitement, la différence d'âge vient forcément jouer dans ce cas-là. Mais là, c'est pire qu'un couteau dans la poitrine, pire que toutes les insultes du monde, celle-ci est la pire de toute alors que tu refuses d'être comparé à son père, au père de Faustine. Je t'interdis de me comparer à cette ordure. est le premier truc qui sort sans que tu puisses le contrôler. Tu regrettes tout de suite, parce que Faustine elle sait rien, elle sait pas que tu le détestes, elle connaît pas les raisons qui font que jamais tu ne pourrais supporter cet homme, supporter de le savoir vivant et heureux, de le savoir respirer, elle sait rien de tout ça et tu refuses de lui dire. Alors bien rapidement, tu fais comme si de rien n'était, reprenant ta cuisine pour continuer sans ajouter un mot de plus à ce sujet, t'as honte, t'as pas envie qu'elle rebondisse, qu'elle s'énerve, qu'elle pose des questions, t'as juste envie d'oublier la colère dans tes veines et la blonde qui te procure bien trop de choses que tu ne peux pas ressentir. Après tout, t'es allé un peu loin, vous êtes pas amis, et tu parles de son père en le désignant comme étant une ordure, tu sais que t'as raison mais elle, c'est son père et très certainement qu'elle l'aime et ça, t'as du mal à le supporter, à supporter l'idée qu'on puisse aimer cet homme. Mais vous êtes pas amis alors tu peux pas en parler avec elle, t'en as même pas envie, tu sais bien que t'as jamais fait les efforts nécessaires mais tu n'en as jamais eu envie, t'as pas envie d'être son ami c'est même tout le contraire et même si elle te fait tourner la tête, tu sais que tu dois résister du mieux que tu le peux pour ne pas craquer face à ses beaux yeux. Bah montre-leur qui tu es, t'en perdras certains mais tu garderas les bons, ceux qui t'apprécient vraiment. c'est peut-être une solution à la con mais c'est la seule que tu trouves, bien sûr que physique de Faustine te plaît mais t'es persuadé qu'elle peut montrer autre chose aux gens et toujours leur plaire. Tu secoues la tête, tu détestes quand tes pensées partent dans ce sens, t'aimes pas te mettre à trop penser à elle, ça te répugne presque.

Tu termines ton repas, le sort du feu et sort un plat pour le transvaser dedans, prêt à t'installer à table. Petit un. C'est pas pour toi que je veux ce job et petit deux, tu sais rien des endroits où j'aimerais travailler ou non donc évite de me dire ce genre de choses, je suis un grand garçon merci. tu soupires, t'en as marre de vivre grâce à ta retraite et aux maigres indemnités de l'état, sachant que toutes ne t'ont pas été versée, qu'il manque plus de 60.000 dollars et qu'ils ont visiblement pas l'intention de débloquer les comptes tout de suite, t'as besoin de remonter en selle, de te sentir utile, t'es pas capable de retourner travailler pour ces cons de l'armée mais t'as besoin d'un job, peu importe où, peu importe avec qui. T'as typiquement la réaction d'une gamine en fait, je veux pas travailler avec untel donc c'est non sans penser au fait que certains ne travaillent pas juste pour le plaisir mais par vraie nécessité. C'est ce que tu penses en tous cas, riche comme elle est, tu te doutes qu'elle n'a pas besoin de travailler pour vivre, toi c'est le contraire, ça deviendra bientôt une réelle nécessité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: noam + but you're dying to be loved    

Revenir en haut Aller en bas
 
noam + but you're dying to be loved
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Haven Hills :: West Side :: Habitations-
Sauter vers: