AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Be my friend, hold me, wrap me up. (Jules)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
avatar


Enfant terrible



in haven hills since : 18/03/2018
messages : 248
faceclaim : Bryden Jenkins
multinicks : Lucius, le mangemort paumé ; Alessya la psy tourmentée ; Alyx le rêveur brisé.
nickname : Strangehell
credits : Morrigan (av)
address : West side.
uptown funk : Le cœur enchaîné à sa liberté.
picture of you :
Run this town : 1600

take me to church
relationships:
available?: oui

MessageSujet: Re: Be my friend, hold me, wrap me up. (Jules)    Mer 11 Avr - 20:23



be my friend, hold me, wrap me up.
Nous nions l’existence de nos anges. Nous nous persuadons qu’ils ne peuvent pas exister. Mais ils se manifestent. Là où on les attend le moins, et quand on s’y attend le moins. Ils peuvent s’exprimer à travers tout être sorti de notre imaginaire. Ils crieront à travers des démons s’il le faut. Pour nous pousser à engager le combat.
Tu savais que tu devais pas, que tu pouvais pas, parce que ce gars il était plus vieux, il avait un enfant, tu pouvais pas juste t'introduire comme ça dans sa vie et prétendre avoir besoin de lui. Mais tu t'en foutais, tu voulais juste être en sécurité. C'était un peu égoïste, mais tu voulais rester comme ça avec lui dans ce lit et juste désirer rester sereine. C'était quand la dernière fois que tu n'avais pas ressenti ça ? Tu t'en souvenais même pas. Ça datait, le dernier jour où tu avais ressentis un semblant de bonheur, un semblant d'espoir dans ta vie.

T'étais toujours cette gosse qui avait peur du noir, qui était paumée, vulnérable, à la merci de chaque embuche qui te tirait vers le fond. T'avais jamais demandé à ressentir ça, à être comme ça, mais la faute à ta personnalité, à ton éducation qui avait semé des insécurités partout en toi. Tu avais lâche ses mots un peu trop spontanément, tu ne t'étais pas retenu de lui dire que t'avais juste besoin de rester. C'était bizarre de regretter des mots aussi sincères, aussi vraies, mais tu avais trop peur du rejet.

Et puis, sa réponse activa les battements de ton cœur. Il avait envie de te voir rester, il avait besoin de toi. Et tu sentais ses mains chaudes sur ton visage, t'avais l'impression de prendre feu à son contact.

T'avais pas envie de partir, de le laisser alors tu voulais te faire violence au moins pour cette nuit.

- Je reste, répondis-tu en caressant son dos doucement.

Tu voulais pas admettre qu'il avait raison, parce que ce serait trop d'un coup mais tu aimais son contact contre toi. Ta tête bascula sur l'oreiller et ta main vint se poster sur son torse comme si c'était naturel.


code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar





in haven hills since : 14/03/2018
messages : 54
faceclaim : Iwan Rheon
multinicks : Faustine & Kate.
nickname : NIRVANA.
credits : DΛNDELION (avatar) & tumblr.
address : North Side
uptown funk : Célibataire + hétérosexuel
picture of you :
Run this town : 6

MessageSujet: Re: Be my friend, hold me, wrap me up. (Jules)    Mer 11 Avr - 21:36



be my friend, hold me, wrap me up.
Nous nions l’existence de nos anges. Nous nous persuadons qu’ils ne peuvent pas exister. Mais ils se manifestent. Là où on les attend le moins, et quand on s’y attend le moins. Ils peuvent s’exprimer à travers tout être sorti de notre imaginaire. Ils crieront à travers des démons s’il le faut. Pour nous pousser à engager le combat.
Tu comprends pas pourquoi elle est encore là, tu sais pas pourquoi toi, t’es incapable de la repousser. Tu ne la connais pas, tu ne la connais pas, et t’essaye de faire ancrer cette idée dans ton esprit. T’as pas le droit de t’attacher à elle. Tu peux pas, tu dois te l’interdire, fixer cette idée dans ton esprit et ne plus jamais la revoir. Elle doit partir, elle doit te quitter, tu peux la faire souffrir, t’es une âme en peine, en perdition et elle va pas supporter. T’es plus un gamin, tu joues pas, tu cherches plus à être amoureux, t’as trop souffert. Tu veux pas qu’elle s’attache, t’es pas doué pour l’amour, tu détruis tout ce que tu touches, la seule chose où tu as réussi, c’est Arthur et encore, il a que sept mois. Comment tu peux être sûr de ce que tu fais ? Peut-être qu’un jour, il te laissera tomber aussi.

Et ta pire crainte, c’est qu’elle parte. C’est qu’elle te laisse tout seul, que tu te retrouves comme un con, et que tu sois détruit de nouveau. Et puis, tu connais rien d’elle. Tu sais rien d’elle. Peut-être qu’elle va t’anéantir, en fait, tu en es certain. Et elle te calme, tu sais pas comment, mais elle arrive à te calmer. Ton cœur ne saute plus des bonds, au contraire, tu respires. Tu respires enfin, t’es bien.

Quand elle t’avoues qu’elle reste, tu sens te détend immédiatement. Elle pose sa tête sur l’oreiller et la main sur ton torse. Elle est glacée, tu sens qu’elle est gelée. Ca te fait frissonner ce léger contact, tu sais que t’en as besoin. Tu dirais même, que t’as besoin de plus.

Tu sais que tu devrais pas, tu devrais plutôt t’endormir à ton tour, et repenser à tout ça, plus tard, Arthur allait sûrement se réveiller à un moment donné. Tu devais plutôt profiter de ses quelques heures de sommeils supplémentaires. Mais tu peux pas rester là, à coté d’Orphéa comme si de rien n’était. T’avais besoin d’être avec elle. Tu te retournais vers elle. T’avais très envie de poser tes lèvres sur les siennes, connaitre leurs goûts et aller plus loin, mais tu devais revenir à la réalité. Tu n’avais pas le droit de la toucher. « Tu dors ? » Tu t’allonges à coté d’elle, mais tu retiens sa main qui glisse sur ton torse dans tes doigts. Tu la retiens près de toi. « Parle moi de toi. En vérité t’avais pas envie de parler mais si tu faisais pas ça, tu l’embrassais c’était sûr. « Sinon je t’embrasse. Dans la pénombre, elle imagine pas que ton cœur va exploser. Tu vas exploser face à elle. Pourtant dans ta voix, y a rien, c’est neutre. Rien qu’un peu tremblant, un peu fou.

code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Enfant terrible



in haven hills since : 18/03/2018
messages : 248
faceclaim : Bryden Jenkins
multinicks : Lucius, le mangemort paumé ; Alessya la psy tourmentée ; Alyx le rêveur brisé.
nickname : Strangehell
credits : Morrigan (av)
address : West side.
uptown funk : Le cœur enchaîné à sa liberté.
picture of you :
Run this town : 1600

take me to church
relationships:
available?: oui

MessageSujet: Re: Be my friend, hold me, wrap me up. (Jules)    Sam 14 Avr - 11:25



be my friend, hold me, wrap me up.
Nous nions l’existence de nos anges. Nous nous persuadons qu’ils ne peuvent pas exister. Mais ils se manifestent. Là où on les attend le moins, et quand on s’y attend le moins. Ils peuvent s’exprimer à travers tout être sorti de notre imaginaire. Ils crieront à travers des démons s’il le faut. Pour nous pousser à engager le combat.
Le truc Orphea, c’était que tu t’attachais trop. Et trop vite. T’arrivais pas à combler le vide en toi, alors tu te disais que tu retrouverais ce que tu as perdu dans les bras des autres. Tu savais que ça marchait jamais vraiment parce que t’étais brisée à l’intérieur. Les morceaux ne pouvaient pas se recoller. C’était trop tard. Mais tu savais que tu pouvais essayer de vivre comme ça. Après tout, des gens vivaient avec un seul rein, toi tu pouvais vivre avec un cœur brisé.

Tu te sentais déjà vieille à vingt-et-un ans, la rue t’avais donné des rides invisibles que tu n’avais pas avant. Tu avais vu des choses, compris des choses, et ça t’avait marqué à tout jamais. Ta meilleure amie te manquait tous les jours, c’était comme si elle était partie avec ton oxygène. Tu suffoquais sans elle, t’étais vraiment pas bien, et pourtant, tu t’accrochais pour elle. Parce que tu savais qu’elle t’avais aimé et que jamais elle n’aurait voulu te voir déprimée, ou meurtrie. T’essayais de rester forte pour elle.

Quand Jules te touchait, c’était comme si ta peau prenait feu. Et toi, quand tu t’étais mis à poser tes mains glaciales sur son corps, t’avais l’impression qu’il réchauffait instantanément la glace qui emprisonnait ton cœur. C’était bizarre, inédit, mais loin d’être déplaisant. Tu savais que tu pouvais en tomber accro. Tu savais que t’étais bonne pour ces choses-là, et pourtant, tu n’arrivais pas à retirer ton doigt de cet engrenage.

Tu fermais les yeux, profitant de sa respiration pour trouver cette sérénité que tu avais tant aimé, quand il t’avait demandé si tu dormais en prenant ta main dans la sienne. T’adorais ça, alors, t’avais rien fait pour enlever ses doigts des tiens. Juste après, il te demanda de lui parler de toi. Tu ne savais pas quoi dire en réalité, t’étais pas une fille très expressive ni très intéressante. Puis, ce qu’il vint ajouter fit louper un battement à ton pauvre cœur.

- Embrasse-moi… soufflas-tu contre lui.

En fait, l’attraction entre vous était bien trop forte pour pouvoir y résister bien longtemps.


code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar





in haven hills since : 14/03/2018
messages : 54
faceclaim : Iwan Rheon
multinicks : Faustine & Kate.
nickname : NIRVANA.
credits : DΛNDELION (avatar) & tumblr.
address : North Side
uptown funk : Célibataire + hétérosexuel
picture of you :
Run this town : 6

MessageSujet: Re: Be my friend, hold me, wrap me up. (Jules)    Jeu 19 Avr - 21:31



be my friend, hold me, wrap me up.
Nous nions l’existence de nos anges. Nous nous persuadons qu’ils ne peuvent pas exister. Mais ils se manifestent. Là où on les attend le moins, et quand on s’y attend le moins. Ils peuvent s’exprimer à travers tout être sorti de notre imaginaire. Ils crieront à travers des démons s’il le faut. Pour nous pousser à engager le combat.
Tu savais que tu étais détraquée, complètement dingue et que tu savais pas vraiment ce que tu faisais, comme d’habitude, ton esprit se défonçait encore et encore et t’explosait ça te ressemblait pas de craquer comme ça, t’étais plus fort, tu pouvais pas être te laisser abattre et pourtant, dans ce noir, dans ce cocon qui se construisait autour de toi et Orphéa, t’arrivait pas à te sortir de cette spirale, tu savais que c’était pas possible que tu pouvais pas revivre ça, tu voulais pas t’attacher et pourtant, et pourtant, t’arrivais pas à t’arrêter, tu pouvais pas t’éloigner d’elle, elle devenait ton attraction et tu en oubliais presque ton fils qui dormait pas loin, ta femme qui t’avait quitté quatre mois plutôt. Tu en oubliais tes problèmes familiaux et malgré tous les interdits, tu t’arrêtais plus. Tu continuais à vivre ça, comme si c’était ta dernière nuit sur terre, comme si demain, tu serais plus là.

Tu t’attendais pas à ses mots dans ta bouche, tu t’attendais à ce que tu dises ça et aussitôt t’aurais voulu refuser, t’aurais voulu partir, loin, très loin, la rejeter, lui dire que c’était qu’une gamine, que t’en voulais pas, que tu pouvais pas vivre ça de nouveau, tu voulais plus souffrir, et Orphéa, tu savais pas si elle te sauverait ou te ferait tomber dans le fond. Au plus profond des enfers.

Le trou dans ton cœur te parut énorme face à sa réponse. Ton souffle il fut coupé, incapable de prononcer quoi ce soit. Au début, t’as cru que t’avais mal compris, mais elle avait pas besoin de te faire répéter, tu savais que ton cœur s’était arrêté. Tu pensais vraiment qu’elle allait te fuir, qu’elle te prendrait pour une dingue, qu’elle voulait pas vivre tout ça, c’était trop toxique, trop douloureux mais dans ses bras t’étais bien, t’avais pas envie de partir, tu voulais rester lover dans ses bras. Tu voulais rester là, alors que tu la connaissais pas. Tu ne savais rien de sa vie.

Ce fut long, le moment où tu te décidais à agir ou à repartir. Tu pouvais la dégager, tu pouvais l’envoyer balader, tu devais l’embrasser, ne pas la quitter, l’enlacer, la serrer. T’avais le cœur qui lâchait quand t’approchais tes lèvres, des siennes, tu les posais délicatement dessus. T’avais des images dans la tête qui tournait, tu savais plus ce que tu ressentais, t’étais meurtrie par la trahison qu’opérait ton cœur, tu revoyais Anna. Tu pouvais pas faire ça, t’en mourrai t d’envie, mais tu pouvais pas. Tu pouvais pas trahir Anna. « Je peux pas faire ça. Orphéa. Je peux pas. Il faut que tu retournes dans ton lit. » Tu devais faire avec, tu pouvais pas, c’était impossible. Tu voulais pas la virer, au contraire, mais t’avais pas la force d’oublier Anna. T’étais pas encore assez fort.


code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Enfant terrible



in haven hills since : 18/03/2018
messages : 248
faceclaim : Bryden Jenkins
multinicks : Lucius, le mangemort paumé ; Alessya la psy tourmentée ; Alyx le rêveur brisé.
nickname : Strangehell
credits : Morrigan (av)
address : West side.
uptown funk : Le cœur enchaîné à sa liberté.
picture of you :
Run this town : 1600

take me to church
relationships:
available?: oui

MessageSujet: Re: Be my friend, hold me, wrap me up. (Jules)    Dim 22 Avr - 19:58



be my friend, hold me, wrap me up.
Nous nions l’existence de nos anges. Nous nous persuadons qu’ils ne peuvent pas exister. Mais ils se manifestent. Là où on les attend le moins, et quand on s’y attend le moins. Ils peuvent s’exprimer à travers tout être sorti de notre imaginaire. Ils crieront à travers des démons s’il le faut. Pour nous pousser à engager le combat.
T’étais cette poupée brisée qui cherchait à recoller ses propres morceaux tombés en lambeaux. T’espérais te raccrocher à ta propre vie, à ta propre identité que tu semblais avoir perdue. T’avais l’impression de reprendre vie en entendant les murmures de Jules. T’avais le sentiment que tout pouvait être possible, qu’il n’y avait plus de limites entre lui et toi. T’avais juste envie de sentir ses lèvres contre les tiennes, et t’accrocher à cette émotion divine qui te donnait tout simplement l’impression d’exister et plus d’errer sans but, telle un fantôme en proie à ses démons.

T’étais un vrai cœur d’artichaut, et ça, tu l’avais toujours été. Toi, tu pouvais tomber amoureuse de n’importe qui, tant que son âme répondait à la tienne. Tu te forçais toujours à tenir les autres à distance parce que tu savais que tu pouvais facilement tomber dans leurs filets, et parfois, ces mêmes filets te laceraient la peau et te laissaient des cicatrices indélébiles. T’en avais quand même marre de lutter, mais cette nuit, tu voulais juste t’abandonner à lui. Peut-être que demain ce serait différent, mais on n’était pas encore demain.

Tu sentis une légère pression contre tes lèvres, et ton cœur battait soudainement plus vite. T’avais envie d’intensifier ce baiser, d’aller plus loin, quand il s’éloigna de toi et qu’il admit qu’il ne pouvait pas continuer sur cette lancée. Tu comprenais douloureusement ce choix, toi qui crevais d’envie de te nourrir de son affection. Tu hochas la tête, et tu t’échappas de son étreinte.

- T’as raison, c’était une mauvaise idée.

S’il n’avait pas envie de toi, tu n’allais pas le tenter, et vice-versa. Tu te réfugias dans ta chambre et enfila de nouveau tes affaires. Tu allais partir. Tu savais faire que ça, mais au moins, on te rendait ton indépendance. Ça te donnait la vague impression de dominer le trop plein de sentiments que Jules pouvaient te faire subir. Quand tu rangeais tes affaires dans ton sac, c’était comme si tu essayais de retrouver l’ordre que tu avais laissé en acceptant de venir vivre ici. C’était paradoxal, parce que cette vie ici te promettait justement de l’ordre, et non le désordre perpétuel dans lequel que tu existais.

code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar





in haven hills since : 14/03/2018
messages : 54
faceclaim : Iwan Rheon
multinicks : Faustine & Kate.
nickname : NIRVANA.
credits : DΛNDELION (avatar) & tumblr.
address : North Side
uptown funk : Célibataire + hétérosexuel
picture of you :
Run this town : 6

MessageSujet: Re: Be my friend, hold me, wrap me up. (Jules)    Mar 24 Avr - 20:33



be my friend, hold me, wrap me up.
Nous nions l’existence de nos anges. Nous nous persuadons qu’ils ne peuvent pas exister. Mais ils se manifestent. Là où on les attend le moins, et quand on s’y attend le moins. Ils peuvent s’exprimer à travers tout être sorti de notre imaginaire. Ils crieront à travers des démons s’il le faut. Pour nous pousser à engager le combat.
Ton cœur, il explosait, tu souffrais de l’amour, de la haine, de la douleur qui émanait de ton âme à chaque fois que tu repensais à Anna, mais avec Orphéa à tes cotés, ça c’était calmé, ça brûlait un peu moins. Ca faisait moins mal ; du moins en apparence mais dès que tu revenais à la surface, tu te rendais bien compte que tu pouvais pas faire ça. Tu voulais pas la faire souffrir, t’étais encore attaché à Anna, tu te fermais à Orphéa comme ça, elle souffrirait pas. Et toi non plus. Elle s’éloignait de toi, et tu ressentais un grand vide, sans que tu puisses rien dire, elle partait de ta chambre, laissant le silence s’emparer de ton âme. Tu savais plus quoi faire, t’étais perdu et t’essayais de remettre tes idées en place en passant une main sur ton visage, tu tirais machinalement sur tes cheveux. T’avais encore une fois perdu l’occasion de te taire, t’aurais dû continuer, putain t’en mourrais d’envie en vrai. Pourquoi tu réfléchissais toujours autant, pourquoi t’étais incapable de faire les choses bien ? Tu l’as désirais dès l’instant où tu l’avais vu dans ce café et c’était inhabituel, nouveau, trop puissant.

Elle dormait pas, t’entendait que tout semblait s’agiter dans la chambre d’à coté. Tu voyais la lumière qui émanait du salon, pourquoi elle dormait pas ? T’étais peut-être parano mais fallait que tu vérifies qu’elle allait bien. T’avais envie de te foutre carrément de ta propre gueule à penser qu’elle va te dire que tout va bien, qu’elle se coucherait tranquillement alors que tu l’envoyais valser. Mais t’étais incapable de pas penser à elle. Tu pensais tout le temps à elle, à en devenir fou.

Tu sortis précipitamment de ta chambre. Tu contrôlais plus rien mais t’allais pas t’arrêter maintenant. Tu pouvais pas faire machine arrière. Tu toquais même pas à la porte, elle était grande ouverte et tu tombais presque sur le cul. Elle faisait ses affaires. Elle partait. « Qu’est ce que tu fous putain ?, t’avais chuchoté tu voulais pas réveiller Arthur et tu fermais la porte  derrière toi, l’empêchant de partir. « J’ai pas envie que tu partes. » C’était la vérité après tout. Tu voulais qu’elle reste avec toi, encore un peu, encore un petit moment. Tu te rapprochais d’elle, t’avais l’impression de la surplomber de toute ta grandeur. T’aimais pas cette sensation. Tu voulais être à sa hauteur. « Je… Je suis comme ça, Orphéa. Je suis cassé de l’intérieur et j’ai rien à t’offrir, j’ai rien à t’apporter, j’suis pas là pour t’épouser et tu vas… Tu vas te perdre avec moi. Tu comprends ? Tu vas souffrir à cause de moi. » T’avais parlé dans un murmure, juste pour qu’elle puisse l’entendre, mais ça te fendait le cœur. « T’as le droit de partir. Tu peux vas-y. Mais j’ai besoin de toi, j’en suis certain. » C’était la vérité. Tu savais pas la raison, mais tu voulais pas qu’elle parte.

code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Enfant terrible



in haven hills since : 18/03/2018
messages : 248
faceclaim : Bryden Jenkins
multinicks : Lucius, le mangemort paumé ; Alessya la psy tourmentée ; Alyx le rêveur brisé.
nickname : Strangehell
credits : Morrigan (av)
address : West side.
uptown funk : Le cœur enchaîné à sa liberté.
picture of you :
Run this town : 1600

take me to church
relationships:
available?: oui

MessageSujet: Re: Be my friend, hold me, wrap me up. (Jules)    Sam 28 Avr - 9:41



be my friend, hold me, wrap me up.
Nous nions l’existence de nos anges. Nous nous persuadons qu’ils ne peuvent pas exister. Mais ils se manifestent. Là où on les attend le moins, et quand on s’y attend le moins. Ils peuvent s’exprimer à travers tout être sorti de notre imaginaire. Ils crieront à travers des démons s’il le faut. Pour nous pousser à engager le combat.
T’avais pas envie de souffrir comme tu avais pu souffrir dans le passé. Ca avait été trop dur pour toi de perdre une personne. Ton coeur n’avait pas supporté, et s’était fermé à double tour. Tu savais que tu t’immisçais dans un jeu dangereux avec Jules, qui pouvait te coûter ton armure sécurisante qui te protégeait de tout. T’avais pas envie de dépendre de lui, qu’il te bousille tout ce que tu avais construit depuis la mort d’Alice, ta meilleure amie.

Pour la première fois, un homme te rejetait. Tu ne pouvais nier que ta fierté en prenait un coup. T’avais bien voulu aller plus loin, sans rien demander d’autre que d’être aimée au moins pour cette nuit, parce que tu savais que l’amour ne durait pas, que c’était un truc inventé. Mais tu voulais te noyer dans l’affection, cette chose qui te manquait cruellement. T’avais l’air solide, mais t’étais tellement fragile à l’intérieur, que tu pouvais te briser simplement à cause d’un courant d’air. Tu n’avais pas envie d’être cette fille-là. Alors, tu t’étais fermée et tu t’étais levée de son lit pour rejoindre ta chambre que tu comptais déjà quitter.

Tu savais pas gérer les relations humaines, c’était trop compliqué pour toi l’attachement. Tu te donnais toujours corps et âme dans un lien et quand celui-ci devenait indéfectible tu le coupais. T’étais pas capable d’accepter qu’on puisse tenir à toi, parce que tu ne tenais pas à ta propre personne. Tu sentais que tu pouvais devenir accro à Jules. Trop accro. T’avais jamais ressenti une telle attirance, un tel feu dans ton corps tout frêle. Et tu savais que tu fuyais parce que tu avais peur que ces flammes te consument. Ton instinct de survie te guidait.

Jules s’était invité dans ta chambre, te demandant alors ce que tu étais entrain de faire. Tu ne lui fis face que lorsque ton sac avait accueilli toutes tes affaires et qu’il était fermé.

- Je veux pas t’épouser, et je veux pas être avec toi Jules, je sais pas ce que tu vas t’imaginer, soupiras-tu en levant les yeux au ciel.

Tu mourrais d’envie de l’embrasser mais t’étais trop furieuse contre toi-même, contre lui, de te faire ressentir tout ça.

- T’as pas besoin de moi, t’as besoin de solitude à priori. Tu peux pas juste me dire que tu as envie de m’embrasser, que tu as besoin de moi, et en même temps me rejeter. Je suis pas ton jouet et t’as pas l’air de savoir ce que tu veux. Chose que je respecte. Mais moi, je sais ce que je veux, et toi, tu le veux pas, alors on en reste là avant que ça devienne bizarre, lanças-tu en croisant les bras.

T’avais juste envie de ses lèvres, de ses bras, et t’avais aucune gêne à le dire parce que pour toi, il n’y avait rien de mal à ça, tant que les sentiments ne s’invitaient pas dans les draps.

code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar





in haven hills since : 14/03/2018
messages : 54
faceclaim : Iwan Rheon
multinicks : Faustine & Kate.
nickname : NIRVANA.
credits : DΛNDELION (avatar) & tumblr.
address : North Side
uptown funk : Célibataire + hétérosexuel
picture of you :
Run this town : 6

MessageSujet: Re: Be my friend, hold me, wrap me up. (Jules)    Ven 11 Mai - 21:59

Bien sûr que tu as merdé. T’as laissé la jolie poupée en porcelaine te filer entre les doigts. Tu sais pas ce qui t’as pris. T’as flippé, elle peut pas comprendre pourquoi, après tout elle ne sait rien de ta vie. Mais si seulement tu pouvais mettre des mots là-dessus, si seulement tu pouvais lui expliquer la situation. Mais tu veux pas la faire fuir, enfin maintenant tout est gâché. Tu dois maintenant trouver une solution, et vite, très vite. Sinon, elle partira, elle te quittera et tout sera terminé. T’avais beau t’expliquer, elle continuait à mettait encore ses affaires dans son petit sac et il fut rapidement rempli. Tu serrais les poings, tu les serrais tellement fort que t’avais envie de frapper contre le mur mais tu pensais à Arthur. Il dormait si profondément.

Tu l’empêchais de sortir. Tu restais immobile face à elle, la porte ouverte juste derrière toi. Si tu te décalais, elle partait c’était certain. Et malheureusement, t’arrivais pas à imaginer qu’elle parte. Tu ne voulais pas qu’elle parte c’était comme ça. « Elle est passée où la gamine perdue de cette après-midi ? En dix heures de temps, t’es passée du petit chien maltraité à une vraie femme têtue et puissante ? Putain et moi qui pensait que tu comprendrais quelque chose… Tu soupirais te cognait tes poings contre ta tête. Tu t’éloignais de la porte. Elle fuyait, elle s’envolait comme un petit oiseau que t’avait enfermé. Elle mettrait pas longtemps à rejoindre la porte et à partir définitivement de ta vie c’était certain.

Tu savais plus quoi faire au final. Elle t’avait embrouillé l’esprit, terminé tes idées claires. Tu voulais qu’elle parte et pourtant, tu voulais la récupérer. T’avais envie de l’engueuler et en même temps tu rêvais de l’embrasser. Et il te restait plus beaucoup de temps, il fallait que tu prennes une décision, maintenant tout de suite.

T’avais pas le choix. Tu l’as rattrapé en trois enjambées, l’obligeait à lâcher son sac et la plaquait contre le mur. Tu t’en foutais de tout, y avait qu’elle et c’était trop déroutant, trop perturbant pour que ce soit vrai. « Je t’aurais prévenu. » . Tes lèvres retrouvèrent le chemin jusqu’aux siens et tu passais tes mains sous son tee-shirt. Elle avait la peau gelée contre tes doigts brûlants, comme un électrochoc, un frisson qui parcourt ton échine. Tu l’as portais contre toi, raccrochait ses jambes à ta taille. C’était un poids plume, pire qu’une enfant et t’avais envie de la protéger, de l’aimer rien qu’un peu, d’oublier ta misère et de respirer son corps. Rien qu’une fois, juste pour la fin de la nuit. Rien que quelques instants volés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Enfant terrible



in haven hills since : 18/03/2018
messages : 248
faceclaim : Bryden Jenkins
multinicks : Lucius, le mangemort paumé ; Alessya la psy tourmentée ; Alyx le rêveur brisé.
nickname : Strangehell
credits : Morrigan (av)
address : West side.
uptown funk : Le cœur enchaîné à sa liberté.
picture of you :
Run this town : 1600

take me to church
relationships:
available?: oui

MessageSujet: Re: Be my friend, hold me, wrap me up. (Jules)    Lun 14 Mai - 12:28



be my friend, hold me, wrap me up.
Nous nions l’existence de nos anges. Nous nous persuadons qu’ils ne peuvent pas exister. Mais ils se manifestent. Là où on les attend le moins, et quand on s’y attend le moins. Ils peuvent s’exprimer à travers tout être sorti de notre imaginaire. Ils crieront à travers des démons s’il le faut. Pour nous pousser à engager le combat.
Tu fronçais les sourcils. T'étais toujours cette gamine paumée en réalité, mais t'aimais juste pas te prendre un rateau, ton égo en prenait un coup, et tu savais que c'était pas quelque chose d'unique en soit. Qui aimait se prendre un vent, franchement ? Qui plus est par le gars qui t'as invité, donc tu te voyais pas le revoir le lendemain, la bouche en coeur comme s'il ne s'était rien passé. T'avais jamais su faire ça, et ça ne changerait pas aujourd'hui.

- Comprendre quoi ? Tu m'as rien expliqué, répondis-tu en croisant les bras.

C'est vrai, il t'avais juste dit qu'il ne pouvait pas, sans émettre plus de détails sur son refus de t'embrasser. Peut-être qu'il y avait une vraie raison derrière ça, mais tu n'étais pas de télépathe. Qu'est-ce qu'il avait vécu de si compliqué pour te rejeter ? Ca attisait ta curiosité en réalité.

Tu avais pris la fuite, parce que tu savais faire que ça, fallait l'avouer. Il y en a qui assumait pleinement leurs conneries, toi tu préférais juste partir pour éviter que la réalité ne t'éclate au visage. C'était mieux pour vous deux, pour toi d'oublier ça. Après tout, des gars comme lui il devait y'en avoir des centaines, non ? Tu essayais de t'en persuader parce que t'avais ressenti quelque chose, quand tu étais blottie dans ses bras tout à l'heure.

Quelques mètres plus loin, il t'avait rattrapé, te tirant par le bras afin que tu le regardes et il t'avait embrassé. Ton coeur s'était mis à battre plus vite, animé d'un sentiment étrange et intense. Tu te laissas porter, te sentant protégée dans le creux et la chaleur de ses bras avant d'enrouler les tiens autour de son cou, tes lèvres dévorant les siennes.
code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar





in haven hills since : 14/03/2018
messages : 54
faceclaim : Iwan Rheon
multinicks : Faustine & Kate.
nickname : NIRVANA.
credits : DΛNDELION (avatar) & tumblr.
address : North Side
uptown funk : Célibataire + hétérosexuel
picture of you :
Run this town : 6

MessageSujet: Re: Be my friend, hold me, wrap me up. (Jules)    Lun 14 Mai - 20:46


Tu savais que c’était une connerie. T’aurais dû la laisser partir, et vous ne vous seriez plus jamais recroisé. Dès le lendemain, tu l’aurais sûrement oublié. Tu te connaissais, tu te voilais la face, t’étais accroché à elle et tu savais plus comment ni pourquoi.

Tes doigts touchaient sa peau glacée ça te faisait un tel effet, ça changeait tout dans ton esprit, tu déraillais c’était certain et elle te faisait perdre la face. Tu sais que t’aurais dû arrêter, peut-être déjà, simplement t’expliquer, mais tu repoussais ses explications tu ne savais pas ce que tu pouvais dire, avouer, aimer. T’aimais plus toi, t’en voulais plus de l’amour, t’avais tellement été détruit de l’intérieur, ça te faisait souffrir mais tu pouvais pas t’arrêter, tu la désirais, ça brûlait tes neurones, tu répondais plus.

Tes pas te poussèrent jusqu’à ta chambre. Tu la lâchais plus, tu ne voulais plus la laisser et si ça continue t’allait l’enfermer pour qu’elle ne puisse jamais partir loin de toi. Tu savais rien d’elle pourtant, peut-être que tu risques ta vie à faire ce que tu étais entrain de faire mais tu t’arrêtais pas pour autant. Tu claquais la porte et tu l’accompagnais jusqu’au bord de ton lit.

La fin de ta nuit, tu t’en souviens totalement. Tu te souviens de tes doigts qui parcouraient son corps, de la chaleur, tout ce qui te rendait un peu vivant. Tu savais plus où tu étais, où ce que tu faisais, mais avoir Orphéa à tes cotés, tu ne savais pas pourquoi, ça te rassurait. Mine de rien, elle arrivait à te toucher en plein cœur et tu voulais plus la laisser. Elle était devenue importante pour toi. Sans que tu saches pourquoi, maintenant, elle faisait partie de ta vie.

Quand tu enroulais tes bras autour de sa taille, tu observais par la fenêtre le jour qui pointait le bout de son nez. Tu savais pas si ta nuit avait été reposante mais tu te sentais épuisé et pas particulièrement épanoui. C’était surtout les remords qui abondaient dans ton cœur. Tu t’accrochais pas à tout ça, tu préférais quitter toutes tes émotions néfastes le temps de quelques heures de repos. Rien que quelques heures.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Be my friend, hold me, wrap me up. (Jules)    

Revenir en haut Aller en bas
 
Be my friend, hold me, wrap me up. (Jules)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Haven Hills :: North Side :: Habitations-
Sauter vers: