AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I need some help [PV : Spencer]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar





in haven hills since : 06/01/2018
messages : 72
faceclaim : Matthew Daddario
multinicks : Nope
nickname : Sweety Bee
credits : Carole 71
uptown funk : célibataire, homosexuel
picture of you :
Run this town : 76

take me to church
relationships:
available?: oui

MessageSujet: I need some help [PV : Spencer]   Mer 21 Mar - 22:14

I need some help

feat Spencer & Horus
Cela faisait une semaine que Njord avait de nouveau chuté de son fauteuil parce qu'il avait essayé de marcher. Je ne pouvais que tenter de comprendre ce qu'il ressentait, mais si je n'étais pas rentré pendant deux ou trois jours, comment aurait-il fait ? Bon, il est vrai que la question ne se pose pas parce que je serai incapable de partir aussi longtemps loin de lui. C'est tellement difficile de le voir dans cet état, devant lui je fais le fort, le roc, celui qui peut le porter bout de bras, au propre comme au figuré, mais quand je suis dans le silence de ma voiture, comme actuellement, il m'arrive parfois de pleurer. Je pleure parce que je voudrais pouvoir l'aider plus, je pleure parce que je voudrais qu'il réussisse enfin à marcher, je pleure parce que je me sens tellement impuissant et enfin je pleure parce que Njord ne méritait pas une telle chose.  

Je me trouve actuellement sur le parking, devant le cabinet du Docteur Callaghan. Il est le kiné de Njord. Pourquoi suis-je ici ? Je ne sais pas, parce que j'ai besoin de réponse, parce qu'il est le seul qui puisse m'apporter un semblant d'éclaircissement et puis il est le seul qui puisse potentiellement me dire si j'ai raison de m'accrocher comme je le fais ou bien si je vais devoir m'habituer à l'idée que mon frère ne remarchera plus. Si je suis encore assis dans ma voiture, c'est pour cela, c'est parce que j'ai peur de sa réponse, mais d'un autre côté, j'en ai besoin. Je regarde ma tête dans le rétroviseur de ma voiture....Seigneur, j'ai une mine à faire peur. J'essuie les larmes qui coulaient encore de mes yeux et me donnais un air présentable. Je respirais un grand coup puis sorti enfin de mon véhicule. J'entrais ensuite dans le cabinet et me dirigeais vers la secrétaire.

- Bonjour, excusez-moi, mais je dois voir le Docteur Callaghan.

- Vous avez rendez-vous ?

- Euh non...mais...

- Si vous n'avez pas rendez-vous, il ne vous recevra pas.

- Ecoutez, je comprends qu'il soit occupé, qu'il ait des patients à voir, mais...je ne le dérangerais qu'un instant, c'est important.

- Oui, ça je m'en doute, mais si vous n'avez pas de rendez-vous, vous...


- D'accord, ça va, c'est bon, j'ai compris.

Je fais semblant de m'éloigner vers la porte de sortie, mais au dernier moment je bifurque et fonce dans le bureau du Docteur dont je referme la porte. Je reste un instant à faire pression de mon corps pour ne pas que la secrétaire entre puis lorsqu'elle a abandonné le combat, je me redresse, avec un petit sourire fier et je me tourne. Là, mon sourire s'efface un peu, réalisant où je me trouvais. Je sentais le rouge qui me montait aux joues. Je me frottais la nuque, un peu gêné.

- Bonjour Docteur Callaghan...excusez-moi de cette arrivée un peu....impromptue, mais...il fallait que je vous vois...c'est important, c'est à propos de mon frère...s'il vous plaît.

Je lui lançais un regard désespéré. Pitié, aidez-moi.
black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar





in haven hills since : 20/03/2018
messages : 29
multinicks : Nop
nickname : aucun de fixe
uptown funk : Marié mais le couple bat de l'aile + bi
Run this town : 0

MessageSujet: Re: I need some help [PV : Spencer]   Jeu 22 Mar - 16:43

Un thé avalé à la va vite. Un baiser envoler en direction de la famille installé à la table de la cuisine et il disparait de l’appartement familiale. Il est en retard. Pas encore mais il s’est réveiller plus tard que d’habitude. Il faut dire qu’il a fait en sorte de prendre des somnifères la veille, il n’avait pas assez dormi cette semaine et son humeur s’en était fait ressentir. Il a donc prit des mesures drastiques afin d’être plus calme et a cent pour cent dans tout ce qu’il fait. Pourtant, il n’aime pas user des médicaments, il préfère que c’est naturel ou alors avec des plantes naturelles … Toujours est-il qu’il file jusqu’à son cabinet grâce à sa petite voiture citadine et se gare sur une place avant de rentrer dans le cabinet. Sa secrétaire est déjà là, fidèle au poste. Il salue cette femme qu’il connait depuis 10 ans maintenant et qui a toujours été à ses côtés. C’est une adorable secrétaire peut-être un peu trop zélé et parfois strict mais il ne peut que l’aimer.

Il parle quelques instants avec elle, quelques banalités échangés avant de retrouvé le confort de son bureau. Une grande pièce meublée avec goût, soin et modernité. La pièce est surtout lumineuse ce qui lui a toujours paru extrêmement important autant pour lui que pour ses patients et leur famille. Il s’installe à son bureau, regarde les photos de famille sur ce dernier mais évite de trop pensé, il ouvre l’ordinateur et vérifie son agenda virtuel. Le matin il va être au bureau mais cette après-midi il commence par quelques rendez-vous chez des patients qui ne peuvent pas ou plus se déplacer seul. Il connait chaque patient, se souvient pour chacun d’entre eux la pathologie qui fait qu’ils ont besoin de son aide. Il aime son métier avec passion. Il relève ses manches de chemise révélant le bracelet qui contient les initiales de ses enfants. Il échauffe ses poignets, une habitude qu’il a pris depuis bien longtemps puis ses bras avant de se dirigé vers sa porte et d’aller vers la salle d’attente pour prendre son premier patient du jour. Il ne met que très rarement une blouse car il n’est pas médecin à l’hôpital et, pour certains patients, voir une blouse blanche est anxiogène alors il évite.

Une grande partie de la matinée passe. Il est heureusement à l’heure. Il déteste faire attendre ses patients mais, parfois, il n’a pas le choix et il s’en excuse toujours. Il s’accorde une pause thé en attendant que son prochain patient arrive et il en profite pour manger un petit gâteau parce qu’il n’a pas eu le temps de manger le matin. Il soupire quand il entend un peu de grabuge dehors. Il se dit que ce n’est pas très grave. Il connait Mary et son caractère. Cependant, elle pousse un petit crie qui ressemble à un : « Arrêtez ! ». Il se lève donc d’un bond et fait le tour de son bureau lorsque sa porte s’ouvre brusquement et se ferme. La personne lui tourne le dos et il ne reconnait donc pas cette personne. Il s’est figé et lorsqu’il se tourne enfin, il reconnait le frère d’un de ses patients plutôt récent. Il l’observe mi-amusé, mi-surpris. Il croise les bras sur son torse sans pour autant être irrité. Il le laisse parler avant de s’avancer vers lui pour lui tendre la main :

« Bonjour Monsieur Keroge. Vous savez faire vos entrés c’est sûr. » Il sourit et lui montre la chaise : « Puisque vous êtes là, je n’ai pas le cœur à vous déloger, ce serait cruel de ma part. » Il voit bien que le jeune homme semble perdu et fatigué et peut-être même qu’il a pleuré mais il n’en est pas sûr. Contrairement à son habitude Spencer s’installe sur la chaise à côté d’Horus parce qu’il a l’impression que cette conversation est importante pour lui et qu’il a besoin d’un soutien également. « Avant tout, j’appelle ma secrétaire avant qu’elle appelle la police et je suis à vous. » C’est plus une blague pour le détendre qu’autre chose mais on ne sait jamais. Il échange quelques mots avec Mary avant de se tourner vers Horus une nouvelle fois « Si un jour, cela vous reprend, attendez dans la salle d’attente et à la pause de midi je viendrais vers vous, ça peut être gênant s’il y a un patient en plein soin». Il fallait qu’il le lui rappelle, il trouve que c’est important. Il a dit cette phrase sans hausser le ton et calmement, plutôt sur un ton paternaliste plutôt que réprimander mais il espère que cela fera son effet sur Horus. Il dit ensuite : « Vous souhaitiez me voir par rapport à votre frère n’est-ce pas ? En quoi puis-je vous aider ? » Il se doutait un peu du sujet de sa venue mais peut-être qu’il se trompe. Dans tous les cas, il voit que cet homme a besoin d’être écouté. Il le regarde et attend patiemment qu’Horus reprenne ses esprits pour qu’il puisse lui parler comme il le souhaite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar





in haven hills since : 06/01/2018
messages : 72
faceclaim : Matthew Daddario
multinicks : Nope
nickname : Sweety Bee
credits : Carole 71
uptown funk : célibataire, homosexuel
picture of you :
Run this town : 76

take me to church
relationships:
available?: oui

MessageSujet: Re: I need some help [PV : Spencer]   Jeu 22 Mar - 20:23

I need some help

feat Spencer & Horus
Je ne sais pas vraiment ce qu'il m'a pris. Pourquoi j'ai débarqué comme ça dans son bureau. Enfin si je sais pourquoi, parce que j'avais besoin de réponses, mais normalement, je suis un garçon bien élevé qui ne déboule pas dans le bureau des gens tel un boulet de canon. L'état de Njord me perturbait, c'était un fait, il y avait longtemps que je n'avais pas craqué comme ça. D'ordinaire, j'arrive à me dominer, mais là...Enfin bref, j'espèrais que le Docteur Callaghan soit quelqu'un de compréhensif. Sa secrétaire semblait l'être beaucoup moins. J'aurais sans doute dû me renseigner davantage, j'aurais dû m'informer pour savoir si le Docteur n'était pas avec un patient, mais j'avoue que je n'avais pas vraiment réfléchi. Je me retrouvais maintenant devant le Docteur Callaghan, gêné comme pas possible. Je serrais la main qu'il m'avait tendu et j'esquissai un petit sourire désolé.

-  Oui...je...je suis désolé, je n'ai pas spécialement réfléchi.

Je m'installais sur la chaise qu'il m'avait désigné tout en le remerciant. Je levais la tête vers lui en ayant un petit rire face à sa tentative d'humour.

- J'aimerai éviter en effet, merci.

Je hochais la tête et eus une petite grimace.

- Je sais, vous avez raison. Encore une fois je suis désolé, mais j'ai profité d'avoir un peu de temps devant moi avant de reprendre mon travail pour passer vous voir, j'aurais dû au moins vous appeler pour savoir si vous étiez disponible. Je ne le referai plus.

Je me sentais un peu comme un môme qui venait de faire une bêtise, mais en même temps, il n'avait pas tord. Seulement, j'étais si désespéré. Je plongeais mon regard dans le sien.

- Oui, c'est....l'autre jour, Njord a tenté de se lever, de marcher, seulement je n'étais pas là, j'étais allé faire une course. Quand je suis revenu à la maison, il était là, allongé par terre, il était tombé bien sûr...et je...Enfin c'était beaucoup trop tôt, il n'aurait jamais dû essayer tout seul. J'ai peur qu'il recommence et se fasse du mal...mais dites-moi Docteur...il progresse n'est-ce pas ? Je veux dire....entre le moment où il a poussé pour la première fois la porte de votre cabinet et mainenant....il a un peu évolué...non ? Est-ce que j'ai raison de continuer à y croire Docteur ? Je me sens tellement impuissant.

Je m'avançais au bord du siège et me pris la tête dans les mains.

- Je veux y croire, mais parfois...je ne peux pas craquer, pas devant lui..
black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar





in haven hills since : 20/03/2018
messages : 29
multinicks : Nop
nickname : aucun de fixe
uptown funk : Marié mais le couple bat de l'aile + bi
Run this town : 0

MessageSujet: Re: I need some help [PV : Spencer]   Ven 23 Mar - 12:37

Il regarde Horus qui semble réellement désolé, il ne peut pas lui en vouloir bien longtemps ainsi. Il est beaucoup trop mignon avec cette tête. Il sourit et hoche de la tête. Il peut comprendre, les sentiments humains prennent parfois le pas sur la logique ou sur la bienséance et c’est ce qu’il s’est passé avec lui présentement. S’il était à sa place, est-ce qu’il l’aurait fait ? Difficile à dire sachant qu’il est kiné mais en tant que père … c’était plus que probable. Après avoir téléphoné à sa secrétaire et dit de nouveau une petite règle à Horus, il se dit qu’il a retenu la leçon. « Je ne vous en veux pas Monsieur Keroge ne vous inquiétez pas. » Pourquoi devrait-il s’inquiéter qu’un inconnu –ou presque- s’inquiète qu’il lui en veuille ou pas ? –trop d’inquiétude dans cette phrase dites donc !- C’est la bonne question qu’il se pose sur le coup mais il laisse s’échapper le tout pour se concentrer sur autre chose.

Le regard d’Horus le prend aux tripes. Il a l’impression de voir tout son désespoir et son inquiétude pour son frère. Il a l’impression qu’il est au bout du rouleau, prêt à craquer. Il se revoit quelques années plus tôt, comme un écho à sa propre histoire même si elle est différente. Il n’est pas psychologue et ne peut pas trouver les bons mots pour aider ce garçon mais il est kiné et il a un devoir envers ses patients et la famille de ces derniers. Il va tenter de répondre du mieux qu’il peut à ses questions sans savoir s’il va pouvoir calmer ses inquiétudes et ses peurs. Il croise les mains sur ses jambes déjà croisés elles aussi et inspire avant de dire : « D’abord, votre frère a été très imprudent de ce lever sans que quelqu’un soit présent … Ses jambes sont encore fragiles, il aurait pu mal retomber et se faire très mal. Cela aurait interrompu nos séances et il aurait dû attendre qu’elles soient guéries avant de revenir. Il va falloir que vous le lui disiez ou je le lui dirais la prochaine fois. » Oui, niveau inquiétude, il ne doit pas vraiment l’aider : « Cependant, je peux comprendre son envie de remarcher, c’est totalement naturel. Vous connaissez votre frère mieux que moi, vous trouverez les mots qui le frapperont pour qu’il ne recommence pas. »

Il laisse un silence s’installer avant de reprendre : « Si je ne m’abuse, les médecins ont dit qu’il ne remarcherait jamais n’est-ce pas ? » Il n’attend même pas la réponse du jeune homme et reprend : « Au vu du traumatisme qu’à subit votre frère, ses os, ses muscles, c’est vrai qu’il n’a pas beaucoup de chance de remarcher un jour mais … » Il a insisté sur le ‘mais’ : « on a déjà vu des hommes, des femmes ou même des enfants remarchés alors que les médecins avaient pronostiqués la même chose que pour votre frère. Parfois ils se trompent, ils ne sont pas infaillibles et le corps humain n’a pas encore révélé tous ses secrets. » Il l’observe, cherchant à savoir s’il ne l’a pas perdu en route, s’il est assez clair. Il laisse le temps à toutes ces informations de trouver un chemin jusqu’à lui avant d’ajouter : « Remarcher prend beaucoup de temps, certains n’ont retrouvé la marche que dix ans plus tard ou plus mais c’est assez rare. Votre frère a fait des progrès, un petit peu mais il n’a pas fait tout le chemin, il n’en est qu’au début. »

Il pose une main sur l’épaule d’Horus. Il se rend bien compte que tout cela doit être difficile à avaler pour lui mais il lui doit la vérité. Il ajoute : « Vous comme votre frère vous pouvez y croire mais n’oubliez jamais de vous préparer aussi pour le cas où il ne puisse jamais remarcher. Il faut penser au positif comme au négatif afin d’être prêt à toutes les éventualités, vous comprenez ? » C’est une chose qu’il conseil à tout le monde afin que les personnes puissent accepter leur handicap petit à petit. Parfois ça marche et parfois ce n’est pas le cas. « Vous avez le droit de craquer Monsieur Keroge. Si vous ne le faites pas, un jour vous allez exploser et faire un burn-out et ce ne sera ni bon pour vous ni bon pour votre frère et votre famille. Les personnes que l’on nomme « aidant » sont parfois confronté à tout cela et il vous faut en parler à quelqu’un : un ami proche, votre petite-amie, votre famille ou même un professionnel comme un psy par exemple mais vous ne pouvez pas rester ainsi. » Sa main est toujours sur l’épaule d’Horus qu’il serre doucement sans lui faire de mal comme pour lui démontrer qu’il n’est pas seul. Il se lève ensuite et fouille dans un tiroir et en sort des feuillets qu’il lui donne en s’asseyant de nouveau à ses côtés : « Ce sont des associations ou des réunions de personnes aidantes anonymes ou encore des psychologues pour vous. » Il espère ne pas le vexer avec tout ça mais il s’inquiète pour lui. Il sait que certains aidants ne veulent pas faire cette démarche pour ne pas paraître faible aux yeux de l’autre. Ils se disent qu’ils n’en ont pas le droit parce que ce n’est pas eux qui ont subi l’accident ou qui subisse la maladie mais c’est faux … Ils en sont les victimes collatérales et ils ont le droit de vider leur sac.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar





in haven hills since : 06/01/2018
messages : 72
faceclaim : Matthew Daddario
multinicks : Nope
nickname : Sweety Bee
credits : Carole 71
uptown funk : célibataire, homosexuel
picture of you :
Run this town : 76

take me to church
relationships:
available?: oui

MessageSujet: Re: I need some help [PV : Spencer]   Dim 25 Mar - 12:30

I need some help

feat Spencer & Horus
Comme je le disais tout à l'heure, j'avais l'impression d'être un gamin qui venait de faire une bêtise et qui se faisait houspiller par son père ou un parent quelconque. Certes je n'avais pas été spécialement poli, mais en temps normal je n'aurai jamais agi de la sorte, non, d'ordinaire, je suis quelqu'un de poli et respectueux des convenances et de la bienséance, mais là la situation est particulière, tout ce qui atteint Njord me perturbe, cela fait comme si c'était moi qui ressentais sa douleur. Ce n'est pas le cas bien sûr, mais c'est tout comme. La question que je me posais actuellement c'était : pourquoi le fait de savoir que le Docteur Callaghan ne m'en voulait  pas était important pour moi ? Pourquoi en ressentais-je un certain soulagement ? Je décidais de ne pas m'attarder sur ces questions, j'avais d'autres soucis en tête. Je me contentais donc de lui sourire et de murmurer un simple mot.

- Merci.

J'écoutais ensuite ce qu'il me disait, hochant la tête quand il affirma que Njord avait été imprudent de se lever. Oui, cela est certain et je le lui avais fait comprendre, mais mon frère est têtu et s'il souhaite recommencer, peu importe ce que je pourrais lui dire, il recommencera. Ceci étant, je pense qu'il ne le fera pas avant un bon moment et j'espérais sincèrement que lorsqu'il retentera l'expérience, il sera un peu plus "avancé", qu'il pourra tenir un peu mieux sur ses jambes. Naturellement, l'idéal serait qu'il attende que je sois là, mais bon, je ne me fais pas d'illusion.

- Oui, je le sais bien. Je le lui ai dit qu'il n'aurait pas dû faire cela, qu'il aurait pu lui arriver quelque chose, mais même si pour le moment le message semble passé, je ne sais pas pour combien de temps il le sera. Quand Njord a une idée en tête....c'est assez difficile de le faire changer d'avis. J'ai un boulot assez prenant qui fait que je ne peux pas être présent aussi longtemps que je le souhaiterai, mais je fais mon maximum pour qu'il ne soit pas seul trop longtemps.  Je vous en prie Docteur, ne lui dites pas que nous avons eu cette conversation, ne lui dites pas qu'il a essayé de se lever et qu'il n'aurait jamais dû le faire....il ne doit pas savoir que je suis venu vous voir. Je n'aime pas lui faire des cachotteries, mais...

Je laissais ma phrase en suspend. Oui, je n'aimais pas faire des cachotteries à Njord, mais je ne voulais pas qu'il sache que j'ai eu un instant de faiblesse, je devais être fort pour lui. Un silence s'installa entre nous et à nouveau je hochais la tête à la question du Docteur. Oui, les médecins avaient dit que Njord ne remarcherait jamais, mais nous n'étions pas d'accord avec ce verdict, nous refusions de l'accepter. J'écoute attentivement ses explications.

- Oui, les médecins ont dit qu'il ne remarcherait jamais, mais comme vous le dites vous-même, le corps humain recèle plein de secrets et de mystère, son fonctionnement n'est pas encore complètement élucidé, c'est en s'appuyant sur cette "idée" que Njord et moi nous nous sommes dit que peut-être un jour il pourrait remarcher, même si tout était contre lui.

Il pose une main sur mon épaule et ce simple geste diffuse en moi une grande chaleur, c'était comme si face à tout cela je n'étais pas seul, comme si j'avais un "allié" dans ce combat pour la réussite de mon frère. Je laissais la main du Docteur sur mon épaule et plonge mon regard dans le sien.

- Oui, bien sûr, je le comprends docteur et je me suis préparé à l'éventualité que Njord ne remarcherait jamais, mais...parfois j'ai besoin d'avoir un peu d'espoir, de me dire qu'on pourrait peut-être trouver la lumière au bout du tunnel, c'est humain, non ?

J'esquissais un petit sourire triste lorsqu'il me conseilla d'en parler à quelqu'un. A part en parler à un professionnel, je ne vois vraiment pas à qui je pourrais en parler. Je le regarde aller vers son bureau puis prendre quelques feuillets qu'il me tend. Je les prends et les regarde vaguement puis je les mets dans ma poche, on ne sait jamais, ça peut servir.

- Malheureusement, les choses ne sont pas aussi simple docteur.

Je me levais du siège et allais me positionner devant la fenêtre, regardant dehors.  

- Njord...enfin je n'ai pas de compagnon à qui me confier, le seul ami proche que j'avais, je l'ai laissé en arrière quand je suis venu rejoindre mon frère et je ne lui ai jamais dit pourquoi je partais, simplement qu'il y avait un problème familial, une urgence. Je suis toujours en contact avec lui, mais je ne lui ai jamais parlé de l'état de Njord. Quant à notre famille....il n'y a que moi qui suis au courant de l'état de mon frère. Je suis celui qui a été averti le premier, j'ai voulu le dire aux autres bien sûr, mais Njord m'a supplié de ne pas le faire, alors j'ai obéi. De toute façon, étant donné l'état dans lequel il se trouve, mon frère n'aurait jamais accepté personne d'autres que moi auprès de lui.

Je me tournais vers le médecin, pour voir si j'avais toujours son attention et j'esquissais un petit sourire triste.

- Njord a même divorcé parce qu'il ne voulait pas imposer son état à sa femme, il ne voulait plus la voir.

Je refixais mon attention sur l'extérieur. Mes épaules se mirent à tressauter, signe que je pleurais. Je pu néanmoins laisser échapper ces quelques mots.

- Je suis seul docteur.
black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar





in haven hills since : 20/03/2018
messages : 29
multinicks : Nop
nickname : aucun de fixe
uptown funk : Marié mais le couple bat de l'aile + bi
Run this town : 0

MessageSujet: Re: I need some help [PV : Spencer]   Mer 28 Mar - 21:12

Ce qu’il dit semble évident pour son interlocuteur et il se dit que, peut-être il a vexé cet homme. Il a déjà assez de soucis comme ça, pas besoin que quelqu’un le prenne pour un idiot. Ce n’est absolument pas le but de la manœuvre pourtant. Le ton d’Horus est pourtant calme mais ce sont peut-être ses propos qui font qu’il a cette impression ? Qui sait ? C’est vrai, il le connait beaucoup mieux que lui après tout, c’est son frère et jumeaux qui plus est alors il se sent un peu stupide d’avoir dit ce qui semble être l’évidence même pour ce garçon qui, quelque part, lui démontre par ses mots qu’il ne sait rien de Njord. Il n’est pas vraiment d’accord de cacher sa venue à son frère parce qu’il pense que c’est important qu’il sache. Certes, cela risque de mettre des tensions entre les frères mais parfois, les tensions sont nécessaires pour repartir sur d’autres bases. Il regarde Horus avant de pousser un long soupir et hocher de la tête : « Très bien, je ne dirais rien mais à titre personnel, je crois qu’il est important que votre frère sache ce genre de choses. Même s’il vous connait mieux que personne, il n’est pas pour autant devin et ne peut pas toujours comprendre vos états d’âme. » Et voilà qu’il continue. Il faut vraiment qu’il arrête d’être aussi paternaliste et de dire des choses si évidentes. Peut-être qu’Horus va penser qu’il tente de lui donner des leçons mais là encore ce n’est pas le but, il veut juste l’aider comme il le peut. De façon maladroite certainement. « Je crois que votre frère sait que vous faites votre maximum en revanche. » Il sourit. Ces deux-là s’aiment réellement et ont une grande complicité, il le voit dans leur regard.

Il croise les jambes et hoche de la tête doucement. Il faut qu’il reste positif au milieu de toutes ses peurs, de toutes ses questions parce que c’est ça qui pourra le faire tenir. C’est cette idée qui le fera avancée mais inutile de le lui dire, il le sait déjà probablement. En revanche, il ne faut pas qu’il oublie qu’il y a une autre possibilité, qu’il la garde dans un coin de sa tête et qu’il s’y prépare, même inconsciemment. Il dit alors pour répondre à sa question : « C’est totalement humain. On a tous besoin de se raccrocher à quelque chose, qu’importe notre situation. » Il en est la preuve. Spencer n’a pas l’air comme ça mais il est dans le creux de sa vie, il a eu la même impression lorsque ses parents ont eu cet âge-là et maintenant, il a besoin de se raccrocher à quelque chose pour ne pas sombrer dans l’inactivité. Son travail fait partie de sa bouée de sauvetage personnel et personnalisé.

Il se lève alors pour aller chercher quelques pamphlets qui lui donnent. Horus les regarde avant de les mettre dans sa poche. Il l’écoute tout en s’asseyant tandis que son … hm … patient ? se lève et regarde à l’extérieur. Il ne doit pas voir grand-chose sachant que les fenêtres sont floutés afin que l’extérieur ne puisse rien voir. Il l’écoute attentivement et lui fait un signe pour lui dire qu’il est toujours avec lui lorsqu’il se tourne vers lui. Spencer sait qu’il s’est confié à lui comme s’ils se connaissaient depuis longtemps et qu’il a assez confiance en lui pour lui révéler une partie de sa vie. Il est surpris lorsqu’il voit ses épaules tressauter et lorsqu’il entend sa voix étrangler. Il cligne plusieurs fois des yeux, laisse un ange passer avant de se lever. Il reste derrière lui à une distance que la bienséance exige. Il dit doucement : « Vous n’êtes pas seul Monsieur Keroge. Je vous soutiens … peut-être pas aussi bien que votre famille ou votre précieux ami l’aurait fait mais je suis là. Vous pourrez revenir me voir si vous en avez besoin. » Il sourit doucement avant d’ajouter : « Cependant, je suis sûr que je ne serais pas votre seul allié. Vous avez d’énormes qualités Monsieur Keroge et vous avez certainement des connaissances ici. Je pense que certains d’entre eux pourraient se révéler être de précieuses aides et donc de véritables amis(es). » Il ne veut pas paraître trop envahissant et surtout, il ne veut pas paraître insensible en l’obligeant à se tourner vers lui alors que, peut-être Horus préfère pleurer en paix. Il recule de quelques pas avant de dire : « Je vous laisse vous calmer. Je reviens un peu plus tard.» Il se détourne et commence à marcher vers sa porte de bureau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar





in haven hills since : 06/01/2018
messages : 72
faceclaim : Matthew Daddario
multinicks : Nope
nickname : Sweety Bee
credits : Carole 71
uptown funk : célibataire, homosexuel
picture of you :
Run this town : 76

take me to church
relationships:
available?: oui

MessageSujet: Re: I need some help [PV : Spencer]   Sam 7 Avr - 0:39

I need some help

feat Spencer & Horus
Je regardais le Docteur Callaghan. J'écoutais ses conseils et bien qu'ils soient judicieux, ils ne pouvaient s'appliquer à Njord et moi, notre lien était si particulier que je savais avec exactitude quel comportement je devais avoir et quel comportement je devais éviter avec lui. Néanmoins, je ne prenais pas ombrage de ce que me disait le Docteur, après tout, si je n'avais pas voulu de conseil, je ne serais pas venu ici. J'esquissais un petit sourire.

- Bien sûr vos conseils sont judicieux docteur, et je vous remercie, mais croyez-moi, avec Njord, surtout un Njord dans cet état, il vaut mieux agir avec prudence. Je ne dis pas qu'il ne sera jamais mis au courant de notre entrevue, seulement pas maintenant, pas tout de suite.  Et...je pense aussi qu'il sait que je fais mon maximum, non en fait j'en suis certain et si il venait à savoir que j'avais le moindre doute à ce sujet, probablement qu'il m'engueulerait, mais le fait est que j'aurais toujours du mal à être satisfait de ce que je fais pour lui, c'est comme ça, je suis ainsi et malheureusement je ne changerai plus docteur, même si je suis encore jeune, ma personnalité est forgée depuis un moment maintenant.

J'avais terminé ma phrase sur un sourire amusé. C'est vrai, j'étais têtu et très exigeant avec moi-même et cela n'est certainement pas près de changer.  Tandis que nous parlions, je ne pouvais m'empêcher d'observer le docteur. Il se dégageait de lui une certaine assurance, un certain charisme...cet homme respirait la gentillesse et la bonté. Je me sentais bien auprès de lui, comme si, en entrant dans son bureau, j'avais déposé pour un temps le fardeau que mon impuissance à aider plus que cela mon frère représentait.  Oui, je me sentais un peu plus léger. Je hochais positivement la tête lorsqu'il confirma qu'on avait tous besoin de se raccrocher à quelque chose, que c'était humain.  Je n'ajouta cependant rien parce qu'il n'y avait rien de plus à ajouter.

Certes je ne voyais pas ce qu'il se passait dehors, mais je m'étais seulement mis devant la fenêtre pour me donner une contenance, parce que je savais que mes larmes allaient couler et je ne voulais pas qu'il soit témoin de cette faiblesse passagère. Enfin disons plutôt que je voulais qu'il en voit le moins possible. Je finis effectivement par craquer, racontant au docteur à quel point je me sentais seul. Je n'avais encore jamais parlé de cela à personne et cela me faisait un bien immense. Un silence s'installa et je craignais peut-être d'être allé un peu trop loin en lui parlant, après tout il n'était pas psy et puis je n'étais pas son patient, il était kiné...le kiné de Njord. Toutefois, il mit fin au silence. Lorsqu'il m'assura de son soutien, je fermais les yeux, tellement la joie qui s'emparait de moi était immense. Je murmurais un simple mot.

- Merci.

Je le murmurais assez fort pour qu'il l'entende.  Et puis il voulu partir. Je m'essuyais rapidement les yeux et me tournais aussi vite vers lui.

- Non....attendez docteur...je...ne partez pas...s'il vous plaît.

Seigneur, je me sentais tellement perdu. Je m'imaginais en train de nager dans un grand bassin et que si le docteur partait, j'allais couler.

- Je vous remercie pour ce que vous venez de dire à mon propos, mais même si j'ai effectivement des amis ici, je ne peux pas leur parler comme je viens de le faire avec vous. Je ne sais pas pourquoi, mais normalement je ne suis pas quelqu'un qui s'épanche sur ses problèmes et puis vous savez ce qu'il en est, vous connaissez la situation et je n'ai pas besoin de l'expliquer...je pense que c'est pour ça qu'il est plus facile pour moi de vous parler...mais...si je vous dérange je peux partir...je vous ai déjà pris beaucoup de votre temps.

Je passais ma main droite sur ma nuque, signe de nervosité chez moi. C'est vrai, j'avais déboulé comme ça dans son bureau sans prendre en compte son agenda, sans même savoir quels rendez-vous il avait aujourd'hui, il ne pouvait sans doute pas disposer de son temps comme il l'aimerait.
black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar





in haven hills since : 20/03/2018
messages : 29
multinicks : Nop
nickname : aucun de fixe
uptown funk : Marié mais le couple bat de l'aile + bi
Run this town : 0

MessageSujet: Re: I need some help [PV : Spencer]   Hier à 19:11

Il sourit parce que cette relation qu’Horus et Njord ont, dépasse les mots, dépasse toute compréhension. C’est le propre des jumeaux mais ça l’impressionne toujours autant. Il trouve cette relation hautement intéressante et belle à voir. Même si Njord n’est pas présent physiquement, Horus sait exactement ce que son frère pourrait dire semble-il. Il hoche donc de la tête : « Très bien, je comprends votre point de vue. J’accepte de garder le secret … De toute façon, je suis tenu au secret médical alors … » Même si Horus n’est pas son patient, il reste de la famille d’un patient qui vient se confier à lui pendant ses heures de travail. De toute façon Spencer n’a jamais été le genre à révéler le secret des autres sachant pertinemment ce que c’est que d’avoir des secrets et de ne pas vouloir les révéler. « Je suis un étranger par rapport à votre frère et vous mais je peux vous dire une chose … Je vois à quel point vous souhaitez aider votre frère, que vous l’aider plus que vous ne le pensez. Ce n’est pas parce que je m’occupe des jambes de votre frère que je n’observe pas votre relation. » Dit comme ça, ça ressemble presque à un stalker mais au fur et à mesure des années passés à exercer, il a appris à observer non seulement ses patients afin de mieux les comprendre mais également la famille ou le conjoint qui l’accompagne. Il a vu des personnes dont le lien s’est brisé avec la maladie ou l’accident et d’autres se créer ou bien se renforcer. Pour Horus et Njord c’est autre chose encore. Plus profond que tout ce qu’il a pu voir depuis longtemps.

Le « merci » qu’il a offert à Spencer est sincère et complètement prit dans l’étau de ses sentiments. Dans tous les cas il ne s’est pas attendu à ce qu’Horus craque même s’il ne voit pas ses larmes, il entend sa voix craqueler de toute part lorsqu’il parle. Il sait ce que cela signifie en général. Il le sait parce que c’est exactement ce qu’il lui arrive lorsqu’il craque lui aussi. Il sait aussi que dans ces cas-là, pour certaines personnes en tout cas, ils ont besoin d’être seul parce qu’ils n’aiment pas faire voir la faiblesse qui les étreint subitement. C’est pour cela qu’il a proposé de partir pour qu’il puisse être tranquille quelques instants. Spencer pendant ce temps serait allé voir ses prochains clients pour s’excuser du retard avant d’aller chercher à boire pour Horus. Cependant, il semble que ce ne soit pas le bon plan, pas pour Horus en tout cas. Il s’arrête et tourne la tête vers lui. Il l’écoute avant de tourner complètement son corps vers lui. Il s’avance vers Horus avant de poser une main sur son épaule tandis que l’autre caresse son crâne doucement, comme il a si souvent fait pour ses enfants lorsqu’ils étaient petits : « Ne vous inquiétez pas pour cela. Parfois, les urgences ne sont pas toujours celles que l’on croit. Vous avez besoin de parler et je peux vous écoutez. » Il se rend compte de ces gestes et il enlève ses mains d’Horus avant de reculer. Il s’éclaircie la gorge et se dit que l’homme va très certainement le prendre pour un pervers ou un fou à force. « C’est certainement pour cela oui … » répond-il à cette demie-question même s’il y a peut-être d’autres choses qui sait ? On lui a souvent dit qu’il était facile de discuter avec lui alors ça vient peut-être de là aussi. Il réfléchit quelques instants avant de dire : « Pour revenir à ce que l’on disait … Ca ne me gêne pas du tout de vous écouter mais peut-être que ce n’est pas le moment ni le lieu ? Vous devez certainement retourner au travail n’est-ce pas ? Si vous le souhaitez, je peux vous donner rendez-vous ce soir, après 18 heures pour que nous puissions discuter un peu plus ? » Spencer pense qu’il Horus sera moins stressé s’il sait que le kiné a fini sa journée et ainsi, ils vont pouvoir discuter un peu plus et surtout plus longtemps … A moins qu’il n’est déjà un rendez-vous ou qu’il doit retourner vers son frère ? En tout cas, il propose, il verra sa réponse. Il espère surtout qu’il ne va pas mal le prendre …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: I need some help [PV : Spencer]   

Revenir en haut Aller en bas
 
I need some help [PV : Spencer]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Haven Hills :: East Side-
Sauter vers: