AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (chapman) never be the same

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
avatar





in haven hills since : 13/02/2018
messages : 336
faceclaim : josh hutcherson
multinicks : solal, harry, ugo, allan, noam, léandre
nickname : ranochja
credits : ranochja (avatar) ; hideaway (gif)
uptown funk : marié mais s'est enfui comme un lâche + hétérosexuel
picture of you :
Run this town : 406

take me to church
relationships:
available?: ça dépend, t'es qui ?

MessageSujet: Re: (chapman) never be the same   Mar 27 Mar - 12:16

Ta colère est tellement grande que tu ne calcules plus rien, peut-être même que tu es capable d'aller au bout de ton geste, d'appuyer sur sa gorge jusqu'à ce que son corps tout entier en vienne à céder. Et tu te sens même pas mal de lui faire ça parce que dans ton esprit, il mérite ce que tu lui infliges, parce que ce n'est que le revers de la médaille, c'est ce qu'il mérite pour t'avoir trahi à ce point. C'est comme s'il n'y avait plus rien autour de toi, plus d'Elynn que tu n'entends même pas, plus de magasin au milieu d'une rue, plus de James qui pourtant vous regarder tous les deux, calmement mais sûrement effrayé. C'est juste Jules et toi et cette envie que tu as de le détruire sur-le-champ, de faire de lui un tas de cendres dans lequel tu souffleras et tu cracheras, parce qu'il ne mérite rien de plus.
T'es toujours en train d'appuyer sur sa gorge et de fixer ses yeux alors que lui ne tente rien pour t'empêcher de continuer quand finalement, tu sens une poigne sur toi qui en vient à t'obliger à lâcher. Lâche-moi ! tu hurles alors en te débattant, sans savoir qui a pu avoir une telle force pour te dégager, car ce n'est certainement pas Elynn. Tu reconnais bien vite la voix de ton autre frère et tu t'empêches de rire tellement cette situation est ridicule au possible. J'ai pas à me calmer, il mérite que je lui refasse le portrait ! A tes yeux, il mériterait même de mourir et d'aller pourrir en enfer mais t'évites de le dire à voix haute, bien qu'ils sachent probablement tous ce que tu veux vraiment faire de ton frère à ce moment précis. Mais forcément, il faut qu'il parle de votre mère et ça te met encore plus hors de toi. Lui qui ne lui a plus donné de nouvelles il y a un an, comme Eric, et comme toi. Votre pauvre mère qui n'a su qu'engendrer des cons. Parle pas d'elle toi. tu siffles entre tes deux avant que ça ne soit la voix d'Elynn qui vienne jusqu'à tes oreilles. L'appeler pour quoi au juste Elynn ? Hein ? On l'appelle et on lui dit quoi, que ses trois fils sont cons, que Jules est le pire de tous et qu'on l'attend pour une petite réunion ? Y'a plus de famille, y'a plus de maman de ses trois garçons depuis que toi. tu désignes Jules du doigt. T'as tout fait éclater. Et que toi. Ton doigt se dirige vers Eric. T'as joué au bon petit chien pour finalement lâcher tout le monde. Et que moi j'ai juste hérité de votre connerie intense. tu t'essouffles un peu, ton accès de colère sur ton frère t'a fatigué et cette colère toujours bien présente dans tes veines n'aide en rien. Tu regardes tour à tour tes frères, alors qu'Elynn disparaît de ton champ de vision pour se diriger vers la poussette maléfique. Alors Eric, toi aussi tu as une bonne nouvelle à nous annoncer ? Du genre tu as couché avec ma femme ? Tu demandes, un faux sourire aux lèvres alors que ton regard fait tout pour ne pas croiser le bébé en larmes dans les bras de sa mère. Parce que revoir Elynn c'est une chose, revoir tes frères en est une autre, mais voir l'erreur de ta vie, c'est pire que tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar





in haven hills since : 01/03/2018
messages : 65
faceclaim : Chris Pratt
multinicks : Luke | Oscar | Asia | Leena | Andy
nickname : maderose.
credits : morsmordre (avatar).
uptown funk : célibataire | hétéro
picture of you :
Run this town : 0

take me to church
relationships:
available?: Aaron | Jade | Juliet | Family

MessageSujet: Re: (chapman) never be the same   Dim 8 Avr - 16:58

Un beau merdier. Voilà ce qui se présentait sous les yeux d'Eric. Une merveilleuse réunion de famille. Pas la peine de préciser qu'il aurait préférer rencontrer son neveu dans d'autres circonstances. Mais il semblerait que le destin s'acharne sur les Chapman. Un destin bien vicieux qui plus est. Eric lâcha finalement son frère mais resta, par mesure de sécurité, planté entre Jules et Aaron. Il connaissait bien ses frères. Malgré les six années de silence radio. Il les connaissait. Par cœur. Il les avait élevé. Eric laissa Elynn aller s'occuper de son fils tandis qu'il regardait Aaron déverser sa haine. Il en avait besoin, c'était certain. Il attendait patiemment que ça se calme. En espérant que ni Jules, ni Elynn n'en rajoute une couche. Aaron était instable. Finalement, Aaron se tut. Essoufflé.
T'as fini ? Eric regarda dans les yeux de son frère. Il avait envie de lui dire ses quatre vérités. A Jules aussi. Est-ce qu'il le ferait ? Peut-être. Sentant venir le truc, Eric se tourna vers son autre petit frère, lui jetant un regard très expressif. Toi, je veux pas t'entendre. Et ne me dites pas que je n'ai aucune idée de ce qu'il se passe, que je ne comprends pas. Tout le monde ici est sur les nerfs. Et j'ai TRES envie d'un verre de scotch. Alors on va faire les choses simplement. Eric prit une grande inspiration. C'était vrai. Il avait envie d'un verre. Là, maintenant. Sauf que ce n'était pas le moment de replonger. Il devait tenir. Il l'avait promis.
Eric se redressa, regarda tour à tour ses deux frères. Grâce à son métier de détective privé, et surtout grâce à sa cure de désintoxication, il avait fait des recherches sur sa famille dans le but de les retrouver et de peut-être renoué. Et bien, il n'avait pas trouvé que du beau. A part la naissance de James et d'Arthur, ses deux neveux dont il n'avait jusqu'à présent pas la connaissance, il y avait surtout un beau bordel. Je suis devenu détective privé. Je connais chaque parcelle de la vie de chacun d'entre vous. Je sais pour Elynn et Jules. Je sais pour James. Je sais que t'es parti, Aaron. Jules, je sais pour toi aussi ; et je suis désolé. Et vous savez quoi ? Pour qu'on soit tous au même niveau d'égalité, je vais vous dire mon histoire à moi : je suis un ancien alcoolique, depuis pas très longtemps, qui a vu sa copine se faire tuer. Eric fit une pause. Quelques secondes. Avant de reprendre. Alors, on fait quoi ? Un vote de qui a la vie la plus pourrie ? Tout le monde ici à des choses à se reprocher. Ca, c'est certain. Mais ça sert à rien de s'entretuer. Ca n'arrangera strictement rien. Et vous savez très bien que je suis plus fort que n'importe lequel d'entre vous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar





in haven hills since : 14/03/2018
messages : 54
faceclaim : Iwan Rheon
multinicks : Faustine & Kate.
nickname : NIRVANA.
credits : DΛNDELION (avatar) & tumblr.
address : North Side
uptown funk : Célibataire + hétérosexuel
picture of you :
Run this town : 6

MessageSujet: Re: (chapman) never be the same   Lun 9 Avr - 20:39




(chapman) never be the same
Tu te souviens quand on parlait de notre avenir ? On devait avoir 12... ou 13 ans. On se disait que notre vie serait parfaite... Qu’est-ce qui s’est passé ? Tu peux me dire quand est-ce que les choses se sont mises à déraper ? Rien de tout ça n’aurait dû arriver... Tu te rends compte qu’aujourd’hui je ne sais plus qui je suis ? Ni ce que je dois faire de ma vie ? Je me sens tellement... perdue.
T’arrives pas à croire que tout le monde est là autour de toi. Pourquoi les Chapman ne peuvent pas te laisser tranquille, rien qu’un peu. Tu as envie de les envoyer balader, de rentrer chez toi et de retrouver Arthur. Tu t’en fiches, d’eux, tu veux pas qu’ils rentrent dans ta vie, qu’ils apprennent pour Anna. Et toi t’essayes de faire diversion, tu les concentres sur ta satané gueule, sur ta chère maman. T’as honte d’en parler ainsi. Tu aurais préféré la revoir que de se foutre d’elle. Elynn en rajoute une couche. T’as envie de la baffer. Elle peut pas parler de sa mère ainsi. Elle peut pas c’est votre mère, elle a rien à faire dans votre histoire. Elle part vers son fils, elle a raison, c’est mieux qu’elle protège James de toute la famille. De toi, son père son oncle.

Oui tu méritais qu’il te claque un portrait avec son crochet droit. T’avais encore envie de le provoquer, encore et toujours, mais tu savais qu’il fallait que tu te taises. Tu calmes un peu le jeu. Tu regardes Elynn avec James et ton cœur s’emballe. Tu penses à Arthur. Ton enfant à toi, t’as pas envie qu’ils les connaissent, qu’ils lui apportent toute cette merde. Tu lèves les yeux au ciel fasse aux réflexions d’Aaron. Oui, t’étais parti, mais c’était la faute d’Aaron. Il avait tué votre père. Il avait tué ton père avec qui tu t’entendais si bien. Aaron t’avait pris cette part de bien en pensant faire le bonheur des autres en épousant Elynn. Tu les haïssais tous les deux. Tu l’imitais derrière ton bureau. « Jules est le pire de tous. » Il se croyait pour le saint Chapman où quoi ? Tu avais honte de ce qu’il disait. Il était même plus intéressant. Aaron rajoute encore une couche, il parle, il parle et toi t’as envie de lui en foutre une. Il t’agace, les erreurs ça arrive. Et puis Elynn, c’est rien pour toi. Un coup d’un soir, t’avais trop bu. Beaucoup trop, qu’est ce qu’il voulait entendre que t’étais désolé ? T’étais pas prêt à accepter. Eric calmait le jeu. C’était drôle que ce soit lui obligé de faire la police. Enfin, toi aussi t’avais envie d’un bon verre. T’avais bien envie de boire un petit coup, et encore un autre pour oublier que t’avais croisé tes frères.

C’est ton cœur qui est poignardé quand Eric prend la parole. Il sait. Il sait pour Anna et toi tu recules d’un pas. Il est désolé, comment il peut l’être. Il sait pas qui elle était, il ne savait pas sa douceur et tout l’amour qu’elle lui apportait. T’avais envie de pleurer et tu reculais incapable de tenir sur tes jambes. Tu l’écoutais à peine mais tu savais qu’il avait une vie de merde. Tu entendais sans entendre et t’avais plus envie de les écouter. Tu voulais partir. Tu récupérais ton manteau et tes clés. Tout le monde dehors, c’était terminé t’avais assez joué. « Je me casse c’est bon. » Tu voulais plus jamais les voir, leurs souvenirs c’était trop d’amertume, trop d’enfer et de douleur. Tu te retournais vers Eric. « T’avais aucun droit. T’avais aucun droit de savoir tout ce que tu sais sur elle. Je veux plus jamais vous revoir. Aucun de vous deux. » Tu regardais ensuite Aaron avant de rependre. « Tu devrais avoir honte d’avoir laissé ta femme et ton gamin. Tu vas t’en mordre les doigts. S t’es venu pour des excuses, je peux pas te dire que je suis désolé. T’as aucune idée de ce qui sait passer. Même Elynn ne le sait pas. » Tu ravalais une dernière fois ta salive avant de reprendre. « Vous m’excuserez, mais j’ai des choses à faire. » En fait, Arthur tu pouvais le récupérer beaucoup plus tard à la crèche, mais tu voulais partir, fuir ton passé, ta famille.


code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar





in haven hills since : 07/03/2018
messages : 137
faceclaim : clarke
multinicks : blue
nickname : alex
credits : ranochja (av), hideaway (gif)
uptown funk : mariée à un fantôme
picture of you :
Run this town : 411

take me to church
relationships:
available?: oui

MessageSujet: Re: (chapman) never be the same   Mar 10 Avr - 19:33


Tu les connais bien, les Chapman. Bornés comme pas deux. Mais justement, là ils sont trois. Chacun son point de vu, et tu remercies le ciel de la présence d’Éric. C’est sans doute le seul qui serait capable de les faire revenir sur terre, de les raisonner un tant soit peu. Quand t’as évoqué leur mère, tu savais que ça allait sûrement les énerver, mais t’as pas pu t’en empêcher, parce que c’était le moment ou jamais. « Elle sait très bien qui vous êtes, elle vous connait. Elle s’en fiche que vous soyez des cons, elle veut juste avoir de vos nouvelles. Parce qu’elle s’inquiète, et vous vous l’avez juste abandonné. » Tu fusilles Aaron du regard. Parce qu’il ne t’as pas abandonné que toi, il n’a pas abandonné que son fils. Il a surtout lâchement abandonné sa mère, celle qui ferait tout pour ses trois fils, tout ce qu’il lui reste dans la vie. Et t’imagines pas ce que tu ressentirais si James décidai de t’abandonner…
Tu serres ton fils dans tes bras, en regardant Éric lâcher Aaron. T’as peur de ce qu’il pourrait faire, mais t’es trop occupée à essayer de calmer les sanglots de ton bébé pour t’en préoccuper vraiment. Au final, vous l’avez bien mérité. Tu écoutes le discours d’Éric. T’es abasourdie par ce qu’il vous dit. Tu ne pensais pas qu’Éric avait une vie si merdique. Tu l’as toujours vu comme le grand frère d’Aaron, celui qui représentait l’autorité, celui que tout le monde respectait. Mais aussi comme celui qui s’est rangé derrière Jules à la mort de leur père. Ce qui t’interpelles, c’est qu’il évoque Jules, le fait qu’il soit désolé. Et toi tu captes pas pourquoi. Ce que tu capte surtout c’est que tu as honte. Honte de ta conduite. Il a vécu vraiment pire que vous, et toi t’es là, à te lamenter sur ton sort. Tu trésailles : « Je suis désolée Eric. » Tu hausses les épaules. Ouais, t’as honte de ta conduite.
Tu les regarde tous les trois, t’as l’impression de les voir se déchirer une nouvelle fois sous tes yeux, comme le jour où vous avez annoncé votre mariage avec Aaron. Là, ils se déchirent parce que t’as couché avec son frère. Si t’avais pas rencontré les Chapman, leur vie aurait été nettement moins agitée en réalité. Tu tournes le regard vers Jules. Son regard est vide, de tristesse ? T’en sais rien. Tu le connais pas vraiment, au final, t’as juste passé une nuit avec lui, à cause de l’alcool. Nuit dont tu te souviens à peine, en réalité. « Jules, réagis pas comme ça. » T’as pas le droit de réagir, t’en as bien conscience, mais tu veux pas les voir se déchirer. Ils savent pas parler, ces cons. Ils savent juste se disputer, se taper dessus, fuir et s’ignorer pendant des années. Tu décides de réagir, parce que tu peux plus les laisser se faire ça. Ils se font du mal sans même s’en rendre compte. Tu les fixes tous les trois, t’as besoin de leur laisser James, toujours en pleurs. T’as le choix entre un père indigne, un ancien alcoolique et celui avec qui tu as trompé ton mari. A choisir tu te diriges vers Éric et lui met James dans les bras. « Dit bonjour à tonton. » Tu adresses un sourire à ton fils, lui caressant la joue avant de reculer pour les fixer, tous les trois. T’as décidé d’endosser ton rôle de professeur, parce qu’ils sont pire que les gamins que t’as en cours. « <Ça suffit comme ça. Vous n’êtes que des abrutis. Aaron, je suis désolée, tu le sais parfaitement. Je regrette tellement. Mais t’étais parti, alors t’as rien à dire. Maintenant, je peux pas vous laisser vous déchirer comme ça. Vous êtes une famille, bordel. Je sais pas, agissez comme tel ! Vous n’êtes qu’une bande de gamin, vous fuyez dès que quelque chose ne vous plaît pas, mais c’est pas ça la vie. Vous devez parler. A un moment, vous n’aurez plus le choix. »

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar





in haven hills since : 13/02/2018
messages : 336
faceclaim : josh hutcherson
multinicks : solal, harry, ugo, allan, noam, léandre
nickname : ranochja
credits : ranochja (avatar) ; hideaway (gif)
uptown funk : marié mais s'est enfui comme un lâche + hétérosexuel
picture of you :
Run this town : 406

take me to church
relationships:
available?: ça dépend, t'es qui ?

MessageSujet: Re: (chapman) never be the same   Mer 11 Avr - 11:01

Si tu n'avais pas autant de respect pour Eric, sûrement que tu t'énerverais sur lui aussi. De toute façon, tout est bon à prétexte aujourd'hui, tu n'as qu'une envie, c'est hurler ta rage au monde entier et surtout la déverser sur ce frère qu'on t'a donné à la naissance et qui a finalement fini par te gâcher la vie, après des années passées à vous entendre à merveille, à être liés comme les doigts de la main. La mort de votre père vous a séparés, cela ne fait aucun doute mais aujourd'hui ce n'est plus seulement ça, tu es trop en colère contre lui pour penser à cet événement, tu ne rêves que d'une chose, lui refaire le portrait, peut-être même l'enterrer vivant si tu le peux. Mais Eric vous coupe, il a toujours été le plus pragmatique de vous trois et visiblement, il en a des choses à dire et toi, tu préfères te taire, t'as rien à dire quand lui parle, le respect que tu ressens pour ce frère est plus fort que la colère, presque plus en tous cas. Alors t'écoutes, tu comprends vite que s'il sait tout, c'est parce qu'il vous a chacun espionnés et ça, t'as du mal à l'accepter, t'acceptes pas qu'on entre dans ta vie privée à ce point mais tu dis rien, parce que t'entends qu'il parle de Jules et ça te met plus la puce à l'oreille. Désolé pour quoi ? Il a quoi lui ? mais apparemment, il a d'autres choses à dire et tu te renfrognes, te tait avant d'afficher une mine choquée quand tu apprends ce qu'il a vécu. Tu t'attendais pas vraiment à ça, t'as toujours eu l'impression que vous aviez chacun de la chance, que la vie allait continuer ainsi et visiblement, c'est finalement loin d'être le cas, t'es même mieux loti qu'Eric, mais t'arrives encore à te plaindre. T'as honte, un peu. Tu sais pas quoi répondre, t'aimerais prendre ton frère dans tes bras mais t'as pas la force, ni le courage, ni l'envie, y'a cette colère en toi qu'est plus forte que tout, plus forte que ça. Quand Jules décide de ne plus vous voir, c'est comme un soulagement pour toi. Bon débarras, et vois plus ma femme non plus, tu seras gentil. il te cherche, tu le sens qu'il te cherche. Ferme ta gueule petit con. c'est la seule chose que t'es capable de sortir, parce que t'as pas besoin de lui pour avoir honte, ça fait six mois que tu vis avec cette honte et le fait que ce soit lui qui vienne se planter devant toi pour te le rappeler, ça te met hors de toi. Mais laisse-le toi, laisse-le se tirer c'est bon ! tu lances à Elynn qui tente de faire un pas, t'as pas envie de la voir lui parler, le regarder, l'approcher et encore moins lui dire de ne pas réagir comme ça. toi t'es content s'il décide de se barrer, ça te fera des grandes vacances. Tu tournes le dos, parce que la voir elle deux minutes ça va, mais voir ton fils c'est trop compliqué, t'as pas envie de voir sa bouille et de le trouver adorable parce que tu sais que c'est ce qui va arriver et que tu dois pas craquer, pour lui, tu ne dois pas faire ça. Tu l'écoutes tout de même, tu l'écoutes vous faire la morale, elle a bien raison c'est certain, vous devez parler. Tu sais pas trop ce que tu peux leur dire mais tu te retournes et tente. Bah moi je vous déteste. Voilà, c'est ça que j'ai à dire. tu hausses les épaules, c'est la vérité, tu les détestes chacun. Parce que sans eux t'as juste été complètement perdu, t'avais perdu ton père mais ça t'a enlevé tes frères, t'en as souffert et t'as tout perdu alors pour ça, tu leur en veux. Mais je suis désolé pour ce qui t'est arrivé Eric, vraiment désolé. tu ajoutes alors, évitant de trop le regarder, t'es gêné par ce moment mais t'avais besoin de lui dire, envie de lui dire. Pour Jules en revanche, c'est une autre histoire, déjà tu sais rien et ensuite, tu t'en fiches. Et Elynn... c'est Elynn, vous avez déjà parlé. Tu l'aimes c'est certain mais tu ne reviendras pas sur ta décision.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar





in haven hills since : 01/03/2018
messages : 65
faceclaim : Chris Pratt
multinicks : Luke | Oscar | Asia | Leena | Andy
nickname : maderose.
credits : morsmordre (avatar).
uptown funk : célibataire | hétéro
picture of you :
Run this town : 0

take me to church
relationships:
available?: Aaron | Jade | Juliet | Family

MessageSujet: Re: (chapman) never be the same   Mer 11 Avr - 23:30

Eric ne voulait plus. Il ne pouvait plus entendre ses frères s'engueuler. Il avait l'impression qu'en six ans, rien n'avait évolué. Tout était rester au même point. Et ça, ça le rendait malade. Il s'était passé tellement de choses en six ans. Pour lui... il était descendu au plus profond des enfers. Et depuis peu il commençait à entrevoir la lumière d'une vie un minimum normale et peut-être même heureuse. Il ne pouvait pas laisser ses frères gâché ça ; mais il ne pouvait pas non plus faire comme si de rien n'était. C'était ses frères. Jamais il ne se pardonnerait de les abandonner. Il avait déjà tellement de pas de ne pas se reprocher ses actions d'il y a six ans...
Eric avait simplement envie de les baffer. Tous. Jules osait lui dire que cela ne le regardait pas ? Trop drôle. Il a le droit de prendre des nouvelles de son petit frère, non ? Eric a fait des conneries, il assume, il prend les devants pour tenter de les rectifier. Mais ç, ça semblait être quelque chose d'assez abstrait pour ses cadets. Eric allait lui répondre quand l'autre s'en mêla. Et puis Elynn. Eric voulait simplement aller descendre une bouteille de whisky. Il y avait un bar, à quelques pas de là...
Et puis, soudain, sans prévenir, Elynn lui mit James dans les mains. Son neveu. Tonton. Eric regarda les grands yeux du petits garçons. Les yeux gorgés de larmes, prêts à débordé. Mais il restait fort, il ne voulait pas pleurer devant ces inconnus... il fallait protéger sa maman. Un Chapman. Des yeux de Chapman. Toute la tension du corps d'Eric s'évanouit d'un seul coup. Un énorme sourire fendit son visage. Salut, James. Moi, c'tonton Eric. Eric avait juste l'impression de repartir dans le passé quand tout allait bien, de revoir son petit frère lorsqu'il avait l'habitude de s'occuper de lui. Il avait presque envie de pleurer. Sans réfléchir, il s'appuya sur un établi non loin, James dans les bras. Et tout sortit. Tout. Plus aucun filtre. Ce petit garçon, il voulait tout lui dire. Lui dire que non, son papa ne le détestait pas. Son papa avec juste peur. Que son papa et sa maman s'aimaient encore, peut-être un peu. Ils ne réussissaient juste pas à se comprendre. Que son tonton Jules, il était cool aussi ; il faisait un métier trop bien, il pouvait lui créer tous les jouets les plus merveilleux du monde. Et puis même aussi que tonton Jules, il a un petit garçon du même âge que lui, presque. Que même si tout n'a pas l'air d'aller trop bien... rien n'est perdu. On peut que remonter quand on est au fond du gouffre.

Elle s'appelait Clara. Elle était magnifique. Elle sentait la fraise tagada. J'ai jamais su comment c'était possible. C'était la plus gentille femme du monde. On avait des tas de projets... Elle a disparu le jour où tout à foutu le camp. Tu sais, James, j'aime tes parents. Mon frère et ma belle-soeur. Ils allaient bien ensemble, ils étaient amoureux. Mais... je ne sais pas ce qu'il s'est passé. Il y a eu papa, d'abord. Mon papa. Il est parti, comme ça. Sans raison. On a mis ça sur le dos de l'annonce des fiançailles mais franchement... c'est n'importe quoi. C'était une heureuse nouvelle ; un peu rapide, ouais. Mais heureuse. Je sais pas...
Enfin, c'était que le début. Ensuite, il y a eu Clara. On avait rendez-vous. J'étais en retard à cause de papa. Clara n'était pas là. Elle n'est jamais venue. Je savais pas quoi faire, tu penses bien. J'suis resté à regarder ma famille se déchirer tout en m'inquiétant pour celle que j'aimais. J'arrivais à rien. Jules, ton tonton, est parti. Ta maman et ton papa sont partis. Et puis, moi, j'ai appris qu'un horrible monsieur avait fait d'horribles choses à Clara. Et que je ne la reverrais plus jamais sourire. Je ne sentirais plus jamais son parfum de fraise tagada...
Tu penses bien que j'ai voulu le retrouver l'horrible monsieur. Alors j'ai fait comme tonton, ton papa et ta maman. Je suis parti. J'suis arrivé ici. Et puis j'ai fait des choses pas bien. Quand tu es très très triste, tu fais des choses pas bien. J'en ai fait, beaucoup. Plusieurs fois, j'ai failli aller retrouver mon papa et Clara. Jamais j'y suis arrivé. Mais c'est peut-être mieux. Ca a duré six ans. Et puis, un jour, j'ai rencontré une adorable dame. Juliet. Je suis sûre que tu la trouverais trop cool. Elle m'a aidé. J'suis parti un peu. Et depuis pas longtemps, je suis revenu. Et je fais plus de choses pas bien. C'est pas facile mais j'y arrive.
Quand j'étais parti, je pensais souvent à tonton Jules et à ton papa. A ta maman, aussi et à la mienne de maman. Ils me manquaient tous beaucoup. Surtout mes deux petits frères. T'as pas de p'tit frère, toi. Mais tu sais, les p'tits frères c'est plus important que tout. Du coup, j'ai voulu les retrouver. Savoir s'ils avaient eu des belles vies, ou s'ils avaient fait des choses pas bien comme moi. Je comprends qu'ils aiment pas, c'est normal. Mais bon, ce sont mes p'tits frères...

Eric fit une pause, regardant James. Il sourit de toutes ses dents. Tu ressembles tellement à ton papa quand il était petit !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar





in haven hills since : 14/03/2018
messages : 54
faceclaim : Iwan Rheon
multinicks : Faustine & Kate.
nickname : NIRVANA.
credits : DΛNDELION (avatar) & tumblr.
address : North Side
uptown funk : Célibataire + hétérosexuel
picture of you :
Run this town : 6

MessageSujet: Re: (chapman) never be the same   Jeu 12 Avr - 21:25


T’en veux plus de cette vie, cette famille, celle pour qui tu t’étais défoncé jeune, celle que t’avais voulu sauver à un moment donné et puis finalement, t’avais laissé tomber. Tu t’étais rendu compte que les Chapman s’étaient pas une famille mais un gouffre qui te descendait dans les enfers, qui brûlait ton cœur et brisait ton âme. Oui t’avais fait des erreurs, tu t’étais tapé ta belle-sœur, t’avais détesté ton frère, ta mère, et oui, aujourd’hui t’étais comme une coquille vide. T’avais plus rien dans ton cœur, hormis l’amour que tu pouvais porter à ton fils. Ils te jugeaient sur un moment de ta vie, une erreur, une impasse. Qu’est ce qu’ils connaissaient de ta vie ? Tu te sentais trahi par ton grand frère, il connaissait toute ta vie, toutes les sentiments infimes qui t’animaient et même si tu étais profondément touché par ce qui était arrivé à Eric, tu pouvais pas lui pardonner d’avoir cherché à savoir ce que tu étais devenu. T’étais pas là pour te plaindre, pas la pour parler de ta vie, d’Anna, t’avais pas envie que sa mémoire soit ébranlée par les Chapman.

T’as envie de partir mais Elynn commence à s’en mêler. Putain t’as envie de lui faire fermer sa gueule, mais tu croises le regard de James, les larmes sur ses joues. Ton cœur s’arrête, ta gorge se serre. T’es obligé de rester. Pour lui, pour essayer de sauver ce qui l’entoure. Sa famille. T’écoute plus ni Aaron, ni Elynn, tu vois simplement James être déposé dans les bras d’Eric. T’es incapable de le quitter des yeux. Tu restes bloqué, à peine plus de quelques secondes et le silence t’entoure. Tu vois Eric parlé à votre neveu, tu peux pas t’empêcher de te morde les doigts. Si tu quittes, c’est terminé, les repas de famille, les noël ensembles, les bouffes du dimanche. Tu sais que si tu les met dehors, tu les reverras plus jamais et le jour où Arthur te poserait des questions, qu’est ce que tu lui diras ? Que son père est un con ? Qu’il a jamais été capable de pardonner ? C’était pas ce que tu voulais léguer à ton fils. C’était pas ça que tu voulais qu’il retienne de toi, même lorsque tu seras mort.

T’as les poings serrés, et t’as bien compris qu’Aaron il voulait plus te parler. Mais c’est toi le grand frère, c’est toi qui doit faire l’effort. « Eric est désolé pour moi parce qu’il connait ma vie, tu veux savoir ça t’intéresse, tu veux vraiment savoir pourquoi j’ai couché avec Elynn ? . » C’était insupportable de devoir reparler d’Anna, surtout à Aaron. Tu craignais sa pire réaction, qu’il s’en foute, qu’il soit insensible, qu’il ne comprenne pas ta peine. « C’était pas Elynn que j’imaginais dans mes bras, c’était pas elle que j’étais attachée. Non quand j’étais avec elle, c’est à Anna, ma femme que je pensais.  » Tu sais qu’il va croire que t’as trompé ta femme, que t’es comme lui, mais il est pas du tout, il est complètement à coté de la plaque. « Avant de dire quelque chose de cynique et de con, écoute moi bien. Anna c’était ma femme. Et Anna c’est aussi la mère de mon fils, Arthur qui a sept mois. » T’as le doigt pointé sur la poitrine d’Aaron mais ton corps totalement. Tu t’es jamais aussi senti merdique, peureux et triste. T’as jamais reparlé d’Anna, tu veux pas, tu peux pas, c’est trop dur, t’as la gorge qui se serre, tu sais que c’est encore trop difficile. Ca fait que quatre mois qu’elle est partie, et t’es un âme aspirée par son cœur. Et elle est partie. Elle est partie et elle t’a amené avec toi. « Le jour où elle m’a annoncé qu’elle était enceinte, elle m’a aussi appris qu’elle allait mourir. On lui avait annoncé qu’elle avait des métastases partout et qu’elle allait jamais tenir les neufs mois de grossesse. J’allais perdre ma femme et mon bébé.. » Tu attrapes le tee-shirt d’Aaron, tu quittes plus ses yeux, tu comprends que tu peux pas t’attacher à autre chose que son regard, pour le coup c’est ta seule bouée de secours. T’as pas osé la voix pour t’expliquer, y a que lui qui peut entendre, parce que c’est ta confidence à ton frère, c’est ta façon de lui faire comprendre que, tu sais, jamais il te pardonnera et peut-être qu’il ne comprendra pas ta réaction. « Elle a été hospitalisée à cinq mois de grossesse et on a failli perdre notre bébé. Elle n’a plus jamais quitté son lit d’hopital, alors quand j’ai appris que bientôt, je pourrais plus jamais la toucher, je pourrais jamais plus la voir, et revoir son sourire, excuse moi, j’ai merdé, j’ai craqué, j’ai bu, beaucoup, j’ai pas réussi à m’arrêter, et j’ai trouvé Elynn sur mon chemin, alors excuse moi, mais j’aurais pris n’importe qui du moment que je pouvais oublier que ma femme allait mourir, mais tu peux pas comprendre ça, tu vois personne ne peut comprendre. » Ca te brûle les yeux, ça rallume les battements de ton cœur, mais tu t’arrêtes pas là, tu veux pas qu’il brise tes explications, ton moment de rédemption. Ton moment d’acceptation. « Elle, elle m’a pardonné. Elle a su la vérité dès le lendemain, et jamais elle ne m’en a voulu alors qu’elle était sur son lit de mort. Elle a accouché et Arthur est venu au monde. Putain c’était le plus beau jour de ma vie, et pourtant, quand il a poussé son premier cri, j’ai juste eu peur c’est qu’elle me laisse là, tout seul, comme un con, parce que sans elle, j’en voulais pas de ce gamin, j’arriverais pas à l’éduquer à le sauver. Elle a tenue, pour moi, pour m’aider et un matin. Quand elle a vu que tout allait bien, que je savais m’occuper de lui, elle est partie. Elle s’en est allée et elle m’a abandonnée. » T’es trop proche de lui maintenant, si il veut t’en foutre une, si il veut te tabasser il a le temps avant que les autres réagissent. C’est entre toi et lui. Entre vous deux. « Je sais très bien ce que c’est de vouloir abandonné son gamin. J’avais fais les papiers d’adoption. J’étais prêt à le laisser mais non, j’étais pas capable. C’est la seule chose qui me reste d’Anna et Anna c’était la seule chose qui faisait tourner ma vie. On avait prévu de venir vous voir, on avait prévu de renouer le contact et tout ça, ça allait se faire grâce à elle. C’est pas de notre faute, si on en pas eu le temps.  » Pas eu le temps. Tu comprenais maintenant le sens de cette phrase. Anna, elle savait depuis longtemps qu’elle allait être malade. Elle t’avait prévenue que vous manquiez de temps, que vous alliez être juste et toi tu rigolais, parce que trouvais qu’au contraire pour revoir ta famille, vous aviez tout le temps, tu voulais pas aller trop vite, tu savais pas ce que tu allais pouvoir leur dire à ta famille. Tu comprenais qu’aujourd’hui, qu’elle avait presque tout prévue, peut-être pas dans les moindres détails, mais elle avait toujours su que tu les retrouverais. Toujours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar





in haven hills since : 13/02/2018
messages : 336
faceclaim : josh hutcherson
multinicks : solal, harry, ugo, allan, noam, léandre
nickname : ranochja
credits : ranochja (avatar) ; hideaway (gif)
uptown funk : marié mais s'est enfui comme un lâche + hétérosexuel
picture of you :
Run this town : 406

take me to church
relationships:
available?: ça dépend, t'es qui ?

MessageSujet: Re: (chapman) never be the same   Lun 23 Avr - 10:00

Tu les détestes, finalement c'est le mot le plus fort mais également le plus représentatif de ce que tu peux ressentir aujourd'hui, face à eux alors que chacun se compare dans le but de voir qui va gagner le jeu des frères désespérés et toi t'es au milieu de tout ça et tu les détestes, un mélange d'amour et de haine qui te bouffe aujourd'hui plus qu'il ne l'a fait toutes ces années. Tu gardes en tête l'abandon que tu as subi de leur part et qui t'a brisé un peu plus encore que ce que tu ne pouvais l'être, suite à la mort de ton père. T'as tout perdu d'un coup et c'est pour ça que tu leur en veux, pour ça que tu te refuses à être sensible à ce qu'ils ont pu vivre, t'as pas envie de ressentir une quelconque pitié pour eux parce que t'estimes qu'ils le méritent pas, qu'ils ne méritent rien de ta part, c'est ce que tu essaies de garder en tête quand tu vois ton frère récupérer dans ses bras ce petit être que tu as vu naître. T'as les yeux rivés sur ce tableau qui, dans d'autres conditions, t'aurait certainement ému. Là, il n'en est rien, tu regardes le tout comme un étranger le ferait, tu te sens étranger à tout ça et pourtant, quand Eric ouvre la bouche pour parler au petit garçon, c'est sans faire de bruit que tu te mets à écouter ce qu'il a à confier. Bien évidemment, il parle de ce qui s'est passé y'a six, ce qui a tout gâché, tout précipité, ce qui vous a tous brisés. Toi tu baisses la tête, ce jour est trop ancré en toi, tu t'es jamais vraiment remis de la mort de ton père, de la perte de tes frères par la même occasion, un enchaînement de petites pertes qui t'ont laissé un trou béant dans la poitrine. Il parle de Clara et un frisson parcourt ton échine, tu n'as jamais su ça, tu n'as jamais su ce que Eric a vécu et tu n'as jamais pu être là pour lui comme il aurait été là pour toi si tu avais vécu ça, tu le connais suffisamment pour savoir qu'il ne t'aurait pas laissé tomber bien au contraire. Mais lui, il a vécu tout ça et tu t'en veux de ne pas t'être battu un peu pour garder tes frères à tes côtés, tu n'as rien fait, t'as laissé faire. C'est trop pour toi, tout ça, entendre ces mots, ressentir ces choses, t'as jamais demandé à ce qu'on te mette à ce point devant un mur, devant tes frères et leurs vies, tu voulais juste être seul à Haven Hills, ne plus jamais les croiser de ta vie mais visiblement, le destin en a décidé tout autrement. Tu soupires, passe ta main sur ton visage pour éviter les larmes de couler, t'es prêt à aller rejoindre ton frère, même s'il tient ton fils et que t'approcher de ce petit être t'est encore difficile, t'es prêt à aller le prendre dans tes bras parce qu'il en a sûrement besoin et que de toute façon, toi tu en as besoin. Mais t'as pas le temps de faire ça parce qu'apparemment, Eric a ouvert les vannes et Jules va se laisser porter. Il se plante devant toi, tu ressens pas la même chose que tu peux ressentir pour Eric. Là, il y a plus de rancoeur, plus de peine, plus de douleur, encore cette envie de le sentir mourir étouffé sous tes doigts, tu le détestes plus que tu n'as pu l'aimer et t'es pas prêt de lui pardonner, c'est certain. Te fatigue pas, y'a rien qui justifie ce que t'as fait, rien du tout. T'en es persuadé en tous cas, tu sais que y'a rien qui pourra changer ce que tu penses de lui. Tu fais le malin bien sûr, c'est tout ce que t'es capable de faire face à Jules, parce que sinon, t'as simplement envie de lui sauter à la gorge une nouvelle fois parce que ta femme, peu importe ce que tu peux dire ou faire, tu l'aimes au point de sentir ton coeur te remonter à la gorge à la simple idée qu'elle puisse avoir voulu poser ses mains sur un autre homme, ça te détruit de l'intérieur et pourtant, tu peux rien y faire, rien changer, t'étais parti et ça, tu peux t'en prendre qu'à toi. Alors comme sommé par le fait de te rendre compte que tu es fautif, tu dis rien. Pour une fois, tu te tais et tu écoutes ce qu'il a, à son tour, à te dire. T'apprends bien rapidement que t'es tonton, tu t'attendais pas à ça c'est certain. Tu regardes James, il a un cousin qu'il pourrait connaître si t'arrivais à supporter un minimum ton frère, et ton fils. T'es tonton, ça te paraît insensé, tu vois pas ton frère avec une femme et pourtant cette Anna, t'as pas l'impression qu'il ment. T'entends ses mots, tu le sens attraper ton t-shirt, t'as mal pour lui en fin de compte. T'as mal parce que certes tu as abandonné Elynn, c'est la stricte vérité mais tu sais pertinemment que t'aurais pas survécu à sa perte,  tu te serais foutu en l'air sans demander ton reste. Tu le laisses parler mais tu supportes de moins en moins le poids de ses mots, t'as le coeur lourd, le corps qui flanche et surtout, t'as les yeux qui picotent, les larmes qui te montent sans que tu puisses les retenir alors que tu sens toute la douleur que peut ressentir ton frère, tes frères, tu sens tous les poids qu'ils traînent sur eux et t'as mal toi aussi. Alors quand il parle d'abandon d'enfant, quand il comprendre ce que t'as pu ressentir, quand il parle de temps parti trop vite, de renouer le contact t'es plus capable de rien toi, t'es juste un gamin près de ses grands frères, un con de gamin qu'a besoin d'eux, de leur amour et de leur soutien pour avancer. Alors tu laisses doucement les larmes couler sur tes joues, attrapant le corps de ton frère pour le serrer dans tes bras, t'as besoin de ça, t'as besoin de sentir ton frère près de toi. Ta main se lève en direction d'Eric, lui intimant de vous rejoindre, comme avant, comme quand tout allait pour le mieux, que vos vies étaient encore normales. T'as les larmes qui dévalent tes joues et tu t'en fous, t'es avec tes frères, tu tends la deuxième main pour qu'Elynn vous rejoigne, c'est ça ta famille, t'as essayé de survivre sans eux mais t'as pas vraiment réussi. Je suis désolé, désolé, désolé. tu chuchotes à l'oreille de Jules, suffisamment fort pour qu'Eric et Elynn entendent aussi, t'as besoin de leur dire, t'as besoin de ça. Tu souffles un peu, il faut que tu te reprennes, tu soupires et tu recules, tendant les bras vers Eric mais surtout, vers ce petit bonhomme que t'as pas regardé attentivement depuis très longtemps. Vous êtes vraiment des cons, j'ai l'air de quoi à pleurer moi ? t'essaies d'en rire un peu, pour forcer tes yeux à arrêter de pleurer bien que ça soit difficile. Tu t'en veux d'avoir pas pu voir plus loin que le bout de ton nez. Belle brochette de cons. tu souffles, soupires avant de te tourner vers elle, t'attrapes sa main. Tu me pardonnerais ? tu demandes alors. Tu sais que ça prendra du temps, tu sais aussi que t'as pas l'intention d'être le père de James demain, que t'es quand même pas prêt pour ça mais t'as besoin de son pardon, au moins ça. Tu te tournes vers Eric. Et toi, tu me pardonnerais ? puis vers Jules et c'est sûrement là le plus difficile, parce que c'est celui pour qui tu ressens le plus de haine au fond, bien que ça soit désormais bien trop mélangé. Et toi ? tu demandes alors, soupirant, presque effrayé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar





in haven hills since : 07/03/2018
messages : 137
faceclaim : clarke
multinicks : blue
nickname : alex
credits : ranochja (av), hideaway (gif)
uptown funk : mariée à un fantôme
picture of you :
Run this town : 411

take me to church
relationships:
available?: oui

MessageSujet: Re: (chapman) never be the same   Ven 27 Avr - 15:07

T’arrives pas à comprendre ce que tu ressens. C’est trop d’informations à la fois. Que vous pouvez être cons quand même. Vous êtes une belle bande d’égoïste, avec Aaron, quand vous vous y mettez. Quand t’entends son histoire, ce qu’Éric confie à ton petit garçon, tu peux pas t’empêcher d’avoir les larmes aux yeux, qui débordent. Tu comprends même pas comment il a pu avoir la force de se relever, de s’en sortir. Toi, à peine ton mari parti, t’as été faible, tu t’es jeté dans les bras du premier mec venu, du premier qui te faisait penser à lui. Alors le perdre de cette manière… Tu sais même pas comment t’aurai réagi. Les mots de ton beau-frère te touchent profondément. Tu vois l’amour sur son visage, l’amour pour sa famille, pour ses frères. Et tu ne comprends même pas comment leur relation a pu se dégrader de cette manière. La rancune, la rancœur, la colère, ça fait faire des choses affreuses, ça fait dire des mots horribles. Ça fait qu’on se quitte sur un coup de tête, qu’on se parle plus pendant des années et qu’on refuse de s’écouter. Mais l’amour, c’est plus fort que tout ça. Ça finit toujours par triompher. La preuve en est devant toi. Tu ne peux pas croire que les deux autres frères resteront impassibles face aux mots d’Éric. Même ton fils qui ne le connaît finalement pas semble fasciné par les mots de son oncle.
Tu vois alors Jules qui s’approche d’Aaron. T’es inquiète, parce que t’as peur que ça dégénère, que l’intervention d’Éric n’ait servie à rien. Qu’ils soient butés, trop fiers pour pouvoir venir à bout de leurs conflits. Mais non, tu t’attendais à tout sauf à ça. Toi, quand tu t’es perdue dans ses bras, tu imaginais Aaron. Ses baisers, ses caresses, son corps contre le tiens. L’alcool ça aide, la ressemblance de Jules avec lui aussi, sans doute. T’avais juste besoin de l’affection de quelqu’un qui te fasse penser à lui. Et finalement, c’était la même chose de son côté. Sauf que sa situation était largement pire. Tu t’étais jamais demandé ce qui avait fait qu’il se perde dans tes bras. T’avais jamais cherché, trop occupée par ton propre chagrin. Tu sais pas ce que les Chapman ont fait au ciel, mais clairement leur karma est merdique. Tu peux pas t’empêcher de te dire qu’ils méritent pas tout ça. Qu’ils devraient pas avoir perdu leurs femmes de cette manière. Vous devriez être tous heureux, chacun de votre côté, avec l’amour de votre vie, vos enfants. Mais la vie est une belle salope, t’aurais dû le comprendre depuis bien longtemps. Tu sens même plus les larmes qui dévalent le cours de tes joues. C’est affreux. T’en reviens pas de ce qu’ils ont tous dû vivre. T’es tata. Ça, c’est sûrement le seul élément positif qui ai été révélé aujourd’hui. Mais tu t’en veux terriblement. T’as couché avec le mari d’une femme malade et enceinte. C’est horrible, et tu comprends Jules. Il s’est servi de toi de la même manière que tu t’es servie de lui. Vous avez été des façons d’oublier l’existence de tout ce qui était à côté l’un pour l’autre.
Tu respires doucement pour ne pas que les sanglots troublent l’émotion qui circule dans la pièce. Tu observes le visage d’Aaron, fermé. T’as peur qu’il ne réagisse pas bien, qu’il s’énerve. Qu’il s’en fiche parce que sa colère est trop forte, qu’elle l’emprisonne trop. Mais non. Quand tu vois les larmes qui coulent sur ses joues, t’as juste envie de le serrer contre toi. De les effacer. Parce que le voir pleurer, ça te déchire le cœur. Mais il a pas besoin de toi. Il a juste besoin de ses grands frères, de les retrouver, de pardonner et d’être pardonné.
Tu les vois se serrer dans les bras et tes larmes redoublent. C’était pas simple, ça l’est jamais avec les Chapman, c’est toujours un bordel monstre. Mais t’espère juste que cette étreinte, ça les aidera tous à avancer, du moins un peu. A effacer une infime partie de leurs démons, à les libérer du poids qui les maintient dans cette colère. A les resouder un minimum. Tu t’approches pour les serrer contre toi aussi. Ils sont ta famille, et malgré tout ce qui est arrivé, malgré tout ce qui se passera avec Aaron, tu les aimeras toujours. Et t’entends les excuses d’Aaron. Tu vois Éric s’avancer également vers vous, s’approcher d’Aaron, et James qui pose ses petites menottes potelées sur les joues de son père. Il balbutie quelque chose qui ressemble à :« Papa, pas pleurer. » Tu souris à travers tes larmes. Parce que ton petit garçon, même s’il a été abandonné par son père, le reconnaît. Il sait qui il est, et comme toi, il lui pardonnera sûrement d’être parti, parce que vous comprenez tous les deux que c’est pas facile.
« Enfin. » Que tu souffles. Parce que c’est pas trop tôt qu’ils se retrouvent, ces trois frères. T’attendais que ça de leur part. Pour qu’Aaron soit enfin heureux. Parce que même s’il n’en parlait jamais, tu savais que ses frères lui manquaient. « Je te pardonnerai toujours tout. » Bien sûr, ça n’efface pas tout, il le sait aussi bien que toi, mais t’es pas capable d’être rancunière, surtout envers lui. Mais t’es moins sûre pour ses frères. Parce qu’ils sont pareil au fond. Mais t’y crois. Ils ne peuvent pas le voir dans un état pareil sans accepter de le pardonner, sans accepter de lui donner une chance de rétablir leur relation comme elle l’était auparavant. « Moi aussi, je veux m’excuser. Éric, pour ce que tu as vécu, ce que tu as appris sur nous. Désolé que tu connaisses ton neveu dans de telles circonstances. Jules, je suis désolée pour Anna, je suis désolée pour cette nuit. Parce qu’on sait parfaitement tous les deux que ça ne signifie rien, qu’on s’est juste perdu dans nos sentiments pour d’autres, que ça aurait jamais dû arriver. Et Aaron. Je suis désolée, pour tout. Ça aurait jamais du arriver, et je suis désolée de te faire souffrir… Désolé, pour tout… »

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar





in haven hills since : 01/03/2018
messages : 65
faceclaim : Chris Pratt
multinicks : Luke | Oscar | Asia | Leena | Andy
nickname : maderose.
credits : morsmordre (avatar).
uptown funk : célibataire | hétéro
picture of you :
Run this town : 0

take me to church
relationships:
available?: Aaron | Jade | Juliet | Family

MessageSujet: Re: (chapman) never be the same   Ven 27 Avr - 19:36

Les Feux de l'Amour. C'était un peu l'impression que donnait la scène qui se déroulait en ce moment dans l'ébénisterie. C'était même complètement ça. Après qu'Eric ait vidé son sac, ce fut au tour de Jules. Eric ne put réprimer un sentiment de culpabilité en entendant à nouveau l'histoire de son petit frère. Il aurait tant aimé connaître sa femme. Il aurait aimé assisté à son mariage - comme à celui de Jules et Elynn d'ailleurs. Eric s'en voulait terriblement. Il y a six ans, il avait laissé sa peine prendre le dessus sur sa famille et sur ce qu'il avait toujours promis de faire : les protéger. Il s'en voulait terriblement.

Relevant les yeux vers ses frères et Elynn, Eric ne put réprimer un sourire triste. Aaron avait enfin réussit à comprendre. Il avait écouté, il avait compris. C'était pas trop tôt. Mais c'était douloureux, et Eric le comprenait. Gardant toujours James dans ses bras, il se rapprocha de ses deux petits frères. Qu'est-ce qu'ils lui avaient manqué ! Ces deux idiots. Eric laissa Elynn s'expliquer. C'était son tour. Une fois qu'elle eut fini, avec quelques difficultés à cause de James qui était toujours contre lui, il prit ses frères dans ses bras. Les deux en même temps. Il embrassa le crâne de Jules, puis celui d'Aaron. J'suis désolé... c'était mon job de m'occuper de vous deux... de vous protéger... j'me suis bien foiré sur c'coup-là... Je le regrette tellement... Eric resserra son étreinte sur les deux Chapman, essayant de ne pas étouffer James qui semblait obnubiler par son père. J'vous aime les frangins.
Les frangins. Il les appelait comme ça quand ils étaient petits. Toujours. Il les désignait comme ça. C'était les frangins. Ses frangins. Les siens. Ses petits frères. Eric desserra son étreinte, regardant James puis relevant les yeux vers Jules. J'veux rencontrer ton fils. Je veux être tonton. Encore. J'veux être les oncles de vos fils. J'veux être le tonton préféré. Hein que c'est moi le tonton préféré, James ? Eric sourit. Un vrai sourire. Il avait l'impression de n'avoir pas sourit depuis une éternité. Il n'oserait pas dire qu'il se sentait heureux. Il ne s'en sentait pas encore digne, de ce bonheur. Mais il était sur la bonne voie, avec ses deux frères, sa belle sœur, ses neveux. Il savait que ça ne pouvait aller que mieux, que c'était bien parti. Il voulait que ça continue. Et il n'allait pas mâcher ses mots ou retenir ses baffes si l'un ou l'autre de ses idiots de frangins faisait quoi que ce soit pour que leur bonheur s'évanouisse encore. Pas question.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: (chapman) never be the same   

Revenir en haut Aller en bas
 
(chapman) never be the same
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Haven Hills :: North Side-
Sauter vers: