AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (lennan) in the end, it's him and i.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


Douce tempête



in haven hills since : 29/01/2018
messages : 1243
faceclaim : zoella bb sugg.
multinicks : skyler, la paumée des sentiments.
nickname : b_bulle (mel).
credits : (av.) sassenach (sign.) anesidora (gifs) marie et tumblr.
address : east side.
uptown funk : célibataire quoi qu'éprise. c'est l'bordel quoi.
picture of you :
Run this town : 2567

take me to church
relationships:
available?: OPEN (02/04 - collins, lenny)

MessageSujet: (lennan) in the end, it's him and i.   Dim 18 Mar - 0:25


by marie


c'est pas dans tes habitudes d'être en retard. tu as d'ailleurs horreur de ça. t'as tendance à t'mettre dans un état de stress incontrôlable. même pour une toute petite minute de rien du tout. surtout qu't'avais rien à faire de ta journée. traîner en pyjama dans ton appartement, c'est clairement pas ce qui t'a mise en retard. du genre à soigner ta présentation, t'es encore plus méticuleuse que d'habitude. nervosité qui grandit en toi au fil du temps qui passe. confusion de ces sentiments qui s'bouscule à ta porte. jolie poupée bien trop sensible à tout ce qui t'entoure, particulièrement touchée, le cœur au bord de la cage thoracique. c'est complètement idiot, tu l'sais bien. ça ne devrait pas susciter autant d'importance chez toi. et pourtant, t'es bien trop vraie pour passer à côté de ce flot d'chose qui passent dans tes iris bleutées quand elles s'posent sur lui. message reçu, joues rosées, lippe inférieure mordue. et pourtant princesse, quand tu seras face à lui, tu rangeras tout ça tout au fond d'toi. parce que, toi, tu t'emballes. mais lui, lui il est si brouillon qu'tu vois rien. tu vois pas qu't'aurais ta place si tu la demandais. poupée bien trop polie pour s'imposer, pour quémander. toi t'attends, c'est p'tre bien ça le problème. t'as attendu trop longtemps avant d'te préparer, avant d'quitter ton appartement, avant d'aller l'retrouver. ça ne devrait pas être une mission aussi importante et déterminante que ça. à t'regarder, on pourrait croire que t'en fais une affaire d'état. c'est con, n'est-ce pas ? je suis tellement désolée pour le retard. que tu lui jettes à la figure une fois qu't'es arrivée à sa hauteur. tes lèvres déposées sur sa joue, touche de rouge colorant sa peau. tes bras qui se referment autour de son cou, étreinte indispensable et bien trop naturelle. les gestes que l'on fait par réflexe, par habitude. on y pense plus, on les oublie, on les a adopté. quand tu t'détaches, tu grimaces. ton pouce qui vient épargner sa joue d'une soirée gênante. t'as une sale gueule toi par contre. sans filtre, jamais. la retenue des premiers jours est passée à la trappe. de toute façon, t'as déjà bien dû lui montrer la quasi totalité de tes facettes. j'en conclus qu'il était temps qu'j'arrive. l'ironie d'ta voix. t'es loin de t'prendre pour le remède miracle, t'essaies simplement d'faire en sorte que les mauvais moments s'effacent pour un temps. poupée solaire qui brille pour les autres plus que pour elle. j'serai plus jamais en retard de toute ma vie, j'le jure. que tu conclus, comme si ton faux pas pouvait être la cause de son visage fermé et d'ses traits tirés, fatigués.

_________________
† like a small boat on the ocean, sending big waves into motion. like how a single word can make a heart open. i might only have one match, but i can make an explosion


les p'tits cadeaux et un grand merci :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar





in haven hills since : 27/02/2018
messages : 44
faceclaim : Aaron Johnson
multinicks : Arthur, le bébé
nickname : Marie
credits : Ordinn.
uptown funk : Célibataire, coeur brisé - Dylanophile
picture of you :
Run this town : 350

take me to church
relationships:
available?: oui

MessageSujet: Re: (lennan) in the end, it's him and i.   Dim 18 Mar - 19:32

In the end, it's him and I  
Dylan ft.Lenny

Ce cauchemar qui revient sans cesse, le visage de Sarah qui apparaît alors que tu te trouves dans les bras de Morphée. Songe inconscient qui t’empêche de passer une nuit convenable depuis plusieurs jours. Toujours les mêmes images, le liquide carmin qui s’écoule sur son visage alors que tout devient flou autour de vous. Ces grands yeux verts et sa tresse blonde qui vole au vent. Et puis cette question qui brise le silence devenu pesant « Pourquoi tu m’as tuée Lenny ? ». La nuit autour vous enveloppe de son manteau étoilé, une impression de suffoquer, des bruits trop similaires à un accident de voiture. Les secondes s’écoulent et toi aussi, tu te sens flancher.

En sueur, redressé sur ton lit avec la respiration haletante. Tu mets quelques instants avant de réaliser que tout ceci n’est qu’une invention sadique de ton cerveau traumatisé. Ton premier reflex est d’allumer la radio à tes côtés, espérant entendre la voix de Dylan. Mais il est bien trop tard, il n’y a que la voix rauque d’un homme qui remplie la pièce. Incapable de te rendormir, tu décides donc de commencer ta journée pour tenter d’oublier ces terribles images. Tu sais qu’elles vont te suivre, peut-être même durant de longues années. Et une fois le soleil levé, tu t’autorise à envoyer un SMS à ton amie pour lui demander de te rejoindre en soirée. Parce qu’elle est bien la seule à pouvoir te changer les idées. Sourire communicateur et rire cristallin. Parfois tu te demandes même si tu n’as pas un besoin plus qu’amicale lorsque tu penses à la jeune Collins. Mais la peur de tout gâcher de nouveau prend le dessus. Alors tu gardes tes idées et tu refoules les débuts de sentiments qui se bousculent quand tu croises son regard océan. Tu aimes ça t’y perdre, c’est plaisant.

Assis sur la table du bar, une bière à la main et les yeux cernés, tu ne remarques même pas le retard de Dylan. Parce que t’es encore perdu dans ton cauchemar qui te hante même éveiller. Elle s’active, s’excuse, tu tires le premier sourire de la journée. « L’important c’est qu’tu sois là ». T’as un peu perdu la notion du temps, tu ne saurais pas dire depuis combien de minutes tu te trouves là. « t'as une sale gueule toi par contre. » Sourire en coin et les yeux qui se posent sur le visage de la jeune femme. « J’me demandais pourquoi personne ne m’avait payé de verres encore ». Elle continue de parler et tu te concentres sur sa voix. Parfois même tu te surprends à fermer les yeux pour réaliser qu’elle te procure toujours le même effet. Parce qu’elle t’a sorti du gouffre sans même le savoir. « Les cauchemars reviennent. J’me demande quand ça va s’arrêter » Tu hausses les épaules et jouant avec ta bouteille presque vide. Tu bois un peu trop, t’en es conscient en plus. «  j'serai plus jamais en retard de toute ma vie, j'le jure. » Ton sourire s’agrandis alors que tu déposes tes lèvres sur sa joue.Elle est pardonnée, t’es pas vraiment rancunier de toute manière. Puis tu sais qu’elle a une vie elle aussi.   « Déstresse, tout va bien. J’ai commencé sans toi regardes, va falloir que tu rattrapes la donne » Tu arrêtes le serveur par la même occasion, attendant que ton amie commande ce qui lui ferait plaisir. Un rapide coup de main sur le visage pour tenter d’y effacer tes traits fatigués. « Tu m’as manqué, c’est bon de t’revoir ». Parce qu’il y a ce sentiment qui revient en force, celui que tu tentes de garder au fond de toi. Tu ne veux pas tomber amoureux, tu sais à quel point ça fait mal.


made by black arrow

_________________
Before I dive right into you

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Douce tempête



in haven hills since : 29/01/2018
messages : 1243
faceclaim : zoella bb sugg.
multinicks : skyler, la paumée des sentiments.
nickname : b_bulle (mel).
credits : (av.) sassenach (sign.) anesidora (gifs) marie et tumblr.
address : east side.
uptown funk : célibataire quoi qu'éprise. c'est l'bordel quoi.
picture of you :
Run this town : 2567

take me to church
relationships:
available?: OPEN (02/04 - collins, lenny)

MessageSujet: Re: (lennan) in the end, it's him and i.   Dim 25 Mar - 12:33


by marie


jolie princesse à l'enthousiasme communicatif. tu te confonds en excuses, à peine arrivée. tu cherches à t'faire pardonner un retard inhabituel qui est pourtant passé à la trappe. t'as pas remarqué qu'il était totalement à côté d'la plaque, qu'il ne devait probablement pas avoir le regard rivé sur l'heure. p'tre même qu'il avait oublié. notion du temps piétinée. l’important c’est qu’tu sois là. ça te touche plus que tu ne le montres. auto-défense ou simple esprit de contradiction, tu lui balances, pour seule réponse, qu'il a une sale gueule. tu pointes du doigts son état d'fatigue évident, tes iris captant sans difficulté la profondeur de ses cernes. j’me demandais pourquoi personne ne m’avait payé de verres encore. tu lèves les yeux au ciel, le sourire suspendu à tes lèvres, la tête qui s'balance de gauche à droite. trop facile, tu t'y attendais. et pourtant, tu continues à t'épancher. encore et toujours des excuses. tu parles trop quand t'es stressée. y a même des fois où ça t'agace. les cauchemars reviennent. j’me demande quand ça va s’arrêter. long soupir. les cauchemars, t'en es familière. les siens sont compliqués. ça ronge de l'intérieur, ça hante. tu peux aisément t'y référer bien qu'ils soient bien différents. ta mission de ce soir sera de tenter d'lui faire passer une nuit sans douleur. parce que tu as la capacité de calmer les esprits. reste à voir si tu réussiras à calmer son âme éreinté afin qu'il puisse passer une nuit moins agitée dans les bras d'morphée. tu promets de ne plus jamais être en retard de toute ta vie. surtout parce que tu as horreur de ça mais aussi parce que, pour le coup, te mettre en retard parce que tu stresses, c'est complètement insensé. baiser frôlant ta joue, sourire illuminant ton visage. lippe mordue, joues rosées. poupée trop vraie pour retenir tes émotions. déstresse, tout va bien. j’ai commencé sans toi regardes, va falloir que tu rattrapes la donne. serveur arrêté, tu commandes un verre. vin blanc. tu n'bois pas autre chose, pas très copine avec l'alcool que tu ne supportes que très peu. j'te rattraperai jamais mais je peux au moins t'accompagner. que tu réponds une fois le serveur parti en quête de ta boisson. parce que si tu l'accompagnes, p'tre bien qu'il ralentira la cadence. thérapie différente, petit coup de pouce dissimulé. ça peut fonctionner et puis, ça commence surtout par là. tu m’as manqué, c’est bon de t’revoir. tu t'affales sur la table, ta main comme soutien de ta tête bien trop lourde de tous ces soucis qui s'bousculent. tu sais que j'suis jamais bien loin, hein ? t'as toujours ce besoin de le rappeler, tout l'temps. parce que j'te manque mais y a toujours moyen de remédier à c'problème. c'est pas insurmontable. un coup d'fil et j'arrive. sourire intarissable. ok, tu m'as manqué aussi, j'avoue. qu'tu finis par lâcher, poupée devenue, une fois de plus, bien trop bavarde. on n'va pas se mentir, heureusement que le serveur revient pour déposer ton verre. grand sourire de remerciement, lippes articulant un merci muet et l'garçon qui prend congé. un léger silence, rien d'bien gênant, rien d'bien déstabilisant. bon alors, dis-moi c'que j'peux faire pour effacer ces grosses cernes absolument affreuses. que tu demandes, ton léger. tu n'voudrais pas qu'il le prenne mal, ça te ruinerait. parce que tu n'supportes pas qu'il ne soit pas dans son assiette. ami bien trop proche. poupée tombée amoureuse de son sourire, sentiment égoïste que de vouloir le retrouver, toujours, tout le temps.

_________________
† like a small boat on the ocean, sending big waves into motion. like how a single word can make a heart open. i might only have one match, but i can make an explosion


les p'tits cadeaux et un grand merci :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar





in haven hills since : 27/02/2018
messages : 44
faceclaim : Aaron Johnson
multinicks : Arthur, le bébé
nickname : Marie
credits : Ordinn.
uptown funk : Célibataire, coeur brisé - Dylanophile
picture of you :
Run this town : 350

take me to church
relationships:
available?: oui

MessageSujet: Re: (lennan) in the end, it's him and i.   Mar 27 Mar - 15:42

In the end, it's him and I  
Dylan ft.Lenny

Parfois, tu balances des choses comme ça, sans le réaliser. T’es trop perdu dans tes pensées pour te concentrer sur les mots qui passent la barrière de tes lèvres. Et c’est la pure vérité qui s’envole alors, comme un morceau de toi que tu laisses inconsciemment échapper. Et oui, tu te fiches bien que Dylan soit en retard, l’important c’est qu’elle ait répondu à l’appel. Parce que son sourire est communicatif, sa voix t’a aidé à te relever dans les moments les plus difficiles de ta vie. Tu ne penses pas pouvoir traverser une telle douleur dans le futur, la perte de tout un monde, d’un espoir et d’un avenir qui semblait si rose….finalement tourné en gris. Et les nuages, ils ont du mal à s’éclipser quand Dylan n’est pas autour, chassant la morosité avec son air toujours un peu trop joyeux. Tu te raccroches à ça, autant que tu te raccroches à ses mots le soir. Puis tu lui parles de tes cauchemars, parce qu’avec elle t’es un peu plus transparent qu’avec les autres. Elle connaît ce qui se cache sous la carapace que tu as su te forger au fil des années. Gamin t’étais du genre à faire le pitre, vouloir être remarqué. Maintenant tu es plutôt de ceux qui se fondent dans la masse pour ne pas être dérangé. «  j'te rattraperai jamais mais je peux au moins t'accompagner » Tu sais que tu bois trop pour ton propre bien, faudrait que tu te calmes. Mais c’est difficile, t’as l’impression d’oublier avec une bouteille à la main. Pourtant tu tentes toujours de te contenir en face de Dylan, encore quelque chose que tu ne fais pas avec les autres. Alors tu souris en coin à sa remarque, connaissant sa technique mais n’osant pas lui avouer. Ce n’est pas la seule chose que tu n’oses d’ailleurs pas lui dire. Cœur trop meurtri pour s’ouvrir de nouveau, peurs trop profondes pour s’autoriser à être heureux. Après le bonheur, vient toujours la chute, et t’as peur que l’atterrissage soit encore plus difficile. « tu sais que j'suis jamais bien loin, hein ? » Ouais, tu le sais. Parfois ça te ronge à l’intérieur, t’as envies de l’appeler mais tu éloignes ton téléphone. Parce que vous n’êtes qu’amis, et il vaut mieux que ça reste comme ça. « parce que j'te manque mais y a toujours moyen de remédier à c'problème. c'est pas insurmontable. un coup d'fil et j'arrive. » Elle ne réalise même pas que cette thérapie est aussi néfaste que bénéfique. T’as besoin d’elle, sûrement trop. Son sourire te touche en plein cœur et tu y réponds timidement, encore et toujours perdu dans le fil de tes pensées. « ok, tu m'as manqué aussi, j'avoue. » Tu allais répondre mais cette simple phrase te coupe l’herbe sous le pied. Peut-être bien que toi aussi t’es important pour elle ? D’une autre manière probablement, jeune femme trop optimiste pour se laisser abattre. T’aimerais avoir son courage parfois, parce que toi tu as accéléré la chute, amplifiant les dégâts. » bon alors, dis-moi c'que j'peux faire pour effacer ces grosses cernes absolument affreuses. » Tu relèves les yeux de son verre, te redressant sur ta chaise pour la regarder. Tu fais mine de réfléchir sérieusement. « Des vacances aux Bahamas aideraient » Ton sourire s’élargit et c’est un rire sincère qui vient prendre place. « Sinon…pour faire plus simple et plus immédiat… » Tu hausses les épaules « Comme tu bosses pas c’soir, tu veux passer à la maison ? Regarder un film par exemple ? Ou aller au ciné ? J'ai vu qu'il y avait des sortis sympa cette semaine» Les soirées ou Dylan ne travaillent pas sont les plus difficile, parce que t’as pas grand chose à laquelle te raccrocher. Elle ne sait d’ailleurs pas que tu écoutes chaque émission religieusement, c’est un petit secret que tu gardes pour toi. « Je sais qu’on a un peu de temps…Mais je préfère demander avant qu’un autre le fasses tu vois » Tu arques un sourcil en la regardant avant de sourire, t’es taquin, tu l’as toujours été. Puis tu t’autorises avec Dylan, parce que ça te rappelle aussi ce que tu étais avant la mort de Sara.

made by black arrow

_________________
Before I dive right into you

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Douce tempête



in haven hills since : 29/01/2018
messages : 1243
faceclaim : zoella bb sugg.
multinicks : skyler, la paumée des sentiments.
nickname : b_bulle (mel).
credits : (av.) sassenach (sign.) anesidora (gifs) marie et tumblr.
address : east side.
uptown funk : célibataire quoi qu'éprise. c'est l'bordel quoi.
picture of you :
Run this town : 2567

take me to church
relationships:
available?: OPEN (02/04 - collins, lenny)

MessageSujet: Re: (lennan) in the end, it's him and i.   Mer 28 Mar - 19:03


by marie


tu ne te rends même pas compte de l'impact de moments comme celui-ci. entre tes mots et les siens, les échanges anodins et pourtant cette facilité à ce que ce soit gravé en toi. encre indélébile que tu refuses de laisser se ternir. besoin constant de toute cette mascarade à laquelle tu n'arrives pas à mettre un terme, dans un sens comme dans un autre. cœur volé que tu ne veux pas récupérer. tu pourrais pourtant mais tu n'arrive pas à t'y résoudre, comme si t'avais l'impression qu'il est en sécurité entre ses mains. tu pourrais même te planter sur toute la ligne que ce ne serait pas étonnant mais au moins tu auras eu le plaisir de rêver à ce que ce soit le cas. mettant de côté tes pensées vagabondes, tu te confonds en excuses, parfaite tête en l'air en action qui pourtant ne se met jamais en retard. y a que pour lui que t'es capable d'une telle chose et faut bien avouer que ça t'effraie. poupée piquée à n'en pas douter, ce serait pourtant préférable que tu calmes tes ardeurs parce que la chute pourrait être terrible. en même temps, si tu passes ton temps à te cacher derrière tes sourires, tu ne risques pas non plus de découvrir que tes expectations pourraient devenir réelles. demoiselle bien trop timide sur ce plan-là, il est clair que tu emporteras tout ça dans ta tombe s'il en est ainsi. discussion qui se poursuit et t'en viens à lui demander ce que tu pourrais faire pour ensoleiller sa fin de journée. parce que tu ne comptes certainement pas le laisser se trimbaler avec son humeur morose tant que tu seras à ses côtés. poupée solaire qui ne jure que par des sourires et des attentions à ravir même le plus paumé des chatons égarés. des vacances aux bahamas aideraient. et le pire dans cette histoire c'est que malgré son rire, t'y penses sérieusement. capacité de réflexion bien supérieure à la moyenne, t'as déjà fait tous les calculs dans ta tête et malheureusement, ce ne sera pas la peine de compter là-dessus avant un bon moment. manque de moyens, bien que tu ne sois pas à plaindre, et surtout la peur de laisser tes frères plus d'une journée derrière toi. à moins que tu l'y envoies seul et dans ce cas là, y aurait certainement plus de chances pour que ça fonctionne. mais une fois encore, t'es pas capable de dire si ta présence serait requise ou non. si tu comptes te barrer tout seul, y a moyen de s'arranger ... autrement, je t'avoue que c'est tentant mais même avec la meilleure volonté du monde, j'pourrais même pas te faire ce plaisir. prendre des vacances ne te ferait pourtant pas de mal mais tu ne peux pas te le permettre. ou alors tu ne le veux pas, ce qui serait tout de même une notion plus envisageable. sinon … pour faire plus simple et plus immédiat … comme tu bosses pas c’soir, tu veux passer à la maison ? regarder un film par exemple ? ou aller au ciné ? j'ai vu qu'il y avait des sortis sympa cette semaine. retour à une possibilité plus abordable et pour laquelle tu as le choix. et égoïstement, tu ne retiens qu'une seule des options qui s'offrent à toi. je pense que l'on aurait bien besoin de calme tous les deux. que tu réponds, le soupir facile qui glisse entre tes lippes. rien à prendre de travers dans tes paroles parce que, clairement, tu ne fais que rarement attention à ce que tu dis. princesse sans filtre qui, malgré sa grande intelligence et son côté réfléchis, perd tous ses moyens  quand son palpitant s'emballe pour un rien. et puis, si c'est pour que nos voisins passent leur temps à déblatérer à voix basse plutôt qu'à se concentrer sur le film qu'ils sont censés voir et pour lequel ils ont payés ... parce qu'à ça aussi, t'y fais attention. tu ne t'empêches pourtant pas de vivre mais ça, ça te tape sur le système plus que de raison. que le monde passe à autre chose, ça ne te ferait pas de mal. malheureusement, l'histoire n'est toujours pas terminée et si c'est merlin qui en souffre le plus, tu n'es pas épargnée pour autant. je sais qu’on a un peu de temps … mais je préfère demander avant qu’un autre le fasses tu vois. tes joues qui s'empourprent, tes dents qui viennent attraper la lèvre inférieure avant que tu ne te saisisses de ton verre de vin. tu t'caches derrière, avalant une gorgée de liquide jaunâtre. tu ne sais jamais vraiment trop comment te positionner face à de telles réflexions. parce que c'est léger, parce que c'est habituel et surtout parce que c'est vous. p'tre bien qu'une part de toi voudrait que ce soit autre chose mais tu la fais taire rapidement. il ne manquerait plus que ça. un autre ? tu plaisantes ? ma cote de popularité n'est pas vraiment au top niveau ... et ça m'va bien comme ça ... tes lippes qui se pincent un instant alors que tu fais danser ton verre entre tes doigts. du coup, t'es coincé avec moi et il va falloir que tu m'supportes jusqu'au bout ... que tu termines en haussant les épaules, sourire en coin. gamine qui n'a pas conscience que ses paroles pourraient avoir bien plus d'impact que cette innocence dont tu fais preuve.

_________________
† like a small boat on the ocean, sending big waves into motion. like how a single word can make a heart open. i might only have one match, but i can make an explosion


les p'tits cadeaux et un grand merci :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar





in haven hills since : 27/02/2018
messages : 44
faceclaim : Aaron Johnson
multinicks : Arthur, le bébé
nickname : Marie
credits : Ordinn.
uptown funk : Célibataire, coeur brisé - Dylanophile
picture of you :
Run this town : 350

take me to church
relationships:
available?: oui

MessageSujet: Re: (lennan) in the end, it's him and i.   Jeu 12 Avr - 11:48

In the end, it's him and I  
Dylan ft.Lenny

Des vacances, tu en aurais bien besoin. Mais ce que tu voudrais pouvoir échapper, ce sont les pensées qui tournent en permanence dans ton cerveau un peu trop torturé. Et ça, elles te suivront jusqu’au bout du monde. Il est impossible d’échapper à ses propres démons, et tu en fais malheureusement les frais. Pourtant, Dylan elle t’accepte comme ça, avec tes haut et tes bas. Elle garde un sourire salvateur alors que tu as l’impression de plonger un peu plus profond chaque jour. Tu évites de trop lui en dire, tu ne veux pas l’inquiéter. Parce que Dylan, elle porte déjà le poids du monde entier sur ses épaules frêles. Elle a le courage de 10 hommes dans un petit bout de femme, dans un corps que tu voudrais pouvoir protéger de tes bras. Mais au final, c’est elle qui te protège, elle te protège de toi-même. Alors tu proposes des vacances aux Bahamas, bien que tu n’ai seulement besoin de sa présence a elle. « si tu comptes te barrer tout seul, y a moyen de s'arranger ... autrement, je t'avoue que c'est tentant mais même avec la meilleure volonté du monde, j'pourrais même pas te faire ce plaisir. » Tu souris en réalisant qu’elle a vraiment pensé à la possibilité de t’emmener aux Bahamas. Alors que pour toi ce n’était qu’une remarque lancée comme ça, en l’air. Tu prends une gorgée de ta boisson avant de rire doucement. « Paraît que le bonheur n’est réel que lorsqu’il est partagé, ce serait bête de ne pas vivre l’expérience à fond » Professeur de littérature, tu sors souvent des citations de livres que tu as dévoré…ou demandé à tes élèves d’étudier. T’aimes ça la douceur des mots, ça t’apaise, t’envoie dans un autre monde. Tu lui lances un sourire avant d’hausser les épaules, jeune homme un peu perdu qui ne sait même plus ce qu’il veut. Le cœur demande quelque chose que la tête refuse. T’as peur de souffrir mais t’es prêt à te jeter les deux pieds dans le vide pour voir si l’atterrissage sera aussi difficile que tu le penses. Tes pupilles bleues détaillent le visage de Dylan alors qu’elle semble dans ses pensées. « je pense que l'on aurait bien besoin de calme tous les deux. » T’as rien contre le calme, au contraire. Rester chez toi évitera les regards trop insistants et les mots chuchotés par des personnes à la vie trop ennuyeuse. « et puis, si c'est pour que nos voisins passent leur temps à déblatérer à voix basse plutôt qu'à se concentrer sur le film qu'ils sont censés voir et pour lequel ils ont payés ... » Pensées similaires, besoin de la même atmosphère. Alors tu hoches la tête, elle t’a enlevé les mots de la bouche. Ça arrive souvent, vous semblez penser de la même façon. C’est agréable de se sentir…compris. « Alors ce sera à la maison. Comme ça on peut choisir le film, mettre sur pause quand on a faim et s’endormir sur le canapé si c’est nul ». Oui, ça semble être un parfait programme. Ce ne serait pas la première fois que ça se termine ainsi, corps trop proches et pourtant trop éloignés à ton goût. Juste sa présence te rassure, tu ne fais pas de cauchemars quand elle reste dans le coin. Alors tu en profites pour la taquiner. La bonne humeur qui revient au galop alors que ses joues s’empourprent et qu’elle se cache derrière sa boisson. Tu ne peux pas t’empêcher de trouver ça mignon. «  un autre ? tu plaisantes ? ma cote de popularité n'est pas vraiment au top niveau ... et ça m'va bien comme ça ... » Ta langue caresse ta lèvre inférieure avant de rire ; secouer la tête négativement et terminer ton verre. « Et ça m’va bien comme ça aussi » Parce que tu n’aimes pas partager. On te considère comme quelqu’un de jaloux, presque possessif. Ça a toujours été ainsi, tu as du mal à changer ce point. Tu t’accroches et ne veut plus laisser les personnes importantes partir. « du coup, t'es coincé avec moi et il va falloir que tu m'supportes jusqu'au bout ... » Il y a pire comme sentence, celle la tu l’acceptes à vie. C’est comme une promesse secrète que vous deux, c’est fait pour durer. Quelque soit la relation que vous entretenez. « La question est de savoir lequel supporte l’autre » Tu reposes ton verre avant de regarder les gans passer, les vas et viens alors que vous restez sagement assit sur votre siège à discuter. « Tu sais, parfois, j’ai envie de tout plaquer, de prendre la voiture et partir » Tu hausses les épaules, tu n’aimes pas conduire pourtant, prendre un passager est une torture pour toi. « Mais j’crois que ce qui me retient c’est toi. D’une bonne façon hein, le prend pas mal. Tu vois, c’est un peu comme si … C’était plus simple ici » Cœur écorché qui cherche ses mots pour ne pas trop en dévoiler. T’es à peine capable de mettre des termes précis sur tes sentiments. Ça se bouscule dans ta tête et dans ton cœur. Alors tu avances d’un pas pour ensuite reculer de trois. Tu veux juste qu’elle réalise que sans elle, t’aurais jamais survécu à la tragédie que la vie a mit sur ton chemin, que t’es reconnaissant aussi.

made by black arrow

_________________
Before I dive right into you

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Douce tempête



in haven hills since : 29/01/2018
messages : 1243
faceclaim : zoella bb sugg.
multinicks : skyler, la paumée des sentiments.
nickname : b_bulle (mel).
credits : (av.) sassenach (sign.) anesidora (gifs) marie et tumblr.
address : east side.
uptown funk : célibataire quoi qu'éprise. c'est l'bordel quoi.
picture of you :
Run this town : 2567

take me to church
relationships:
available?: OPEN (02/04 - collins, lenny)

MessageSujet: Re: (lennan) in the end, it's him and i.   Ven 13 Avr - 23:53


by marie


prendre des vacances. prendre du recul. faire un pas en arrière, s'arrêter. faire pause et attendre que ça s'calme avant de reprendre la route. ce serait reposant, ce serait bien. malheureusement, tu es persuadée de ne pas te pouvoir te permettre de prendre du repos. les bahamas, le soleil, le calme de l'océan. tes pensées s'y envolent presque instantanément. et dans ton tableau, y a lui. image omniprésente d'un être qui reste dans les parages, quoi qu'il arrive. paraît que le bonheur n’est réel que lorsqu’il est partagé, ce serait bête de ne pas vivre l’expérience à fond. tu t'mords la lippe inférieure princesse, les joues légèrement rosées. parce que ça t'atteint toujours. les jolis mots qu'il te balance à la figure. impact bien trop important mais dont tu minimises toujours les dommages. éternelle pudeur, désir de ne pas te dévoiler entièrement bien que l'on puisse lire en toi comme dans un livre ouvert. poupée aux émotions immenses et incontrôlables. tu ne répondras rien de plus à ça, tu ne voudrais pas que tes pensées soient mal interprétées. quoi que tu ne sois pas certaine de le froisser, ni même de le gêner. tu te refuses pourtant à toute tentative qui puisse sembler déplacée. la question maintenant est de savoir quel programme choisir pour la suite de la soirée. parce que, pour une fois que tu es disponible sur une soirée de weekend, hors de question que tu t'éclipses à peine arrivée. d'autant plus que ta présence est requise alors tu ne vas certainement pas trouver une raison à la con pour prendre les jambes à ton cou. d'ailleurs, tu pries pour que ton téléphone ne sonne pas de la soirée. tu pries pour que merlin ait retrouvé un semblant de sérénité, quoi qu'ce soit loin d'être un exercice facile. tu pries pour que mike n'ait pas un envie exubérante quelconque, parce que c'est comme si tu l'connaissais plus vraiment maintenant, alors faut qu'tu te réhabitues. bref. tu suggères le calme de son appartement. t'as pas envie de tous ces regards remplis d'jugements. t'as juste envie de rattraper l'temps qu't'as perdu à courir à droite et à gauche, le temps qu't'as pas pris pour lui ces derniers temps. alors ce sera à la maison. comme ça on peut choisir le film, mettre sur pause quand on a faim et s’endormir sur le canapé si c’est nul. sourire qui étincelle, tu tapes dans tes mains comme une gamine excitée par l'idée. poupée bien trop expressive. ça n'changera probablement jamais. ça, ça m'semble parfait. qu'tu annonces, toute enjouée. parce que t'aimes beaucoup la simplicité de ces moments partagés en sa compagnie. même si c'est pas toujours le cas. le simple fait qu'il soit là, ça t'suffit. toujours. il a pris trop d'importance pour toi, tu l'sais bien. tu t'mens, tu t'le caches mais tu l'sais pertinemment. tu fais taire la p'tite voix dans ta caboche. pas l'moment qu'elle vienne foutre le bordel. pas tant qu'tes joues s'empourprent et qu'tu t'sens toute intimidé par le fait qu'il veuille savoir s'il y a quelqu'un dans ta vie depuis la dernière fois. mais y a personne. mis à part tes frères, omniprésence nécessaire. et puis lui. parce que t'y penses bien plus souvent que tu ne devrais. âme vagabondant dans tes songes et parfois même au cœur de tes rétines lorsque tu t'endors. et ça m’va bien comme ça aussi. tu bloques quelques secondes, pas bien certaine d'avoir compris. tu t'dis qu't'as peut-être mal entendu. alors tu poursuis comme si tout était normal. va falloir qu'il te supporte. toi. ta connerie. tes blagues de merde. tes joues facilement rosées. ton rire envahissant. la question est de savoir lequel supporte l’autre. tu secoues légèrement la tête. t'es bête. que tu souffles, nouvelle gorgée de vin s'invitant dans ta gorge. silence qui s'laisse dévorer, probablement le bienvenu mais pourtant pas étouffant. tu réfléchis trop princesse, comme d'habitude. tu calcules tes moindres mouvements. tu devrais lâcher prise, ça t'ferait le plus grand bien. et pourtant, tu passes ton temps à envisager toutes les options, tous les scénarios possibles et envisageables. cerveau en ébullition constante, jamais d'repos. tu sais, parfois, j’ai envie de tout plaquer, de prendre la voiture et partir. mais j’crois que ce qui me retient c’est toi. d’une bonne façon hein, le prend pas mal. tu vois, c’est un peu comme si … c’était plus simple ici. poupée accoudée à la table, la tête posée sur ta main. tes prunelles azures qui le scrute. regard tendre, p'tre bien un peu trop d'ailleurs. j'suis pas très fan de retenir les gens contre leur gré. qu'tu commences. t'as cessé d'le regarder, t'as préférer te perdre dans la fin d'ton verre de vin blanc. c'est plus simple, comme si ça allait t'aider. mais en même temps, j'crois que j'pourrais pas t'laisser partir. haussement d'épaules. parce que c'est la vérité. même si tu ne dis pas tout, il faut qu'il sache qu'tu le laisseras pas. genre jamais. ce besoin qu'est devenu comme vital au fil du temps. faut pas qu'tu m'empêches de te retenir. genre jamais. y a bien cette promesse tacite de ne jamais s'quitter, peu importe ce qui se passe. mais ça, t'as besoin de l'entendre. comme t'aurais eu besoin de l'entendre de la part de ton petit frère, juste avant qu'il ne se tire pour ses études et qu'il ne revienne que bien trop tard. t'as cherché son regard, assurance d'aucune trahison possible. t'as besoin de l'entendre. comme une urgence qui résonne dans tout ton corps. sinon, moi, j'suis foutue. et ouais, c'est totalement égoïste de ta part, et tu l'sais. tu ne cherches même pas à le cacher d'ailleurs. ça s'lit dans tes yeux aisément. comme tout d'ailleurs. parce que la vie t'en as trop fait bavé et continue à s'acharner et qu'toi, tu sais déjà qu'tu surmonteras plus rien s'il s'en va. lui aussi.

_________________
† like a small boat on the ocean, sending big waves into motion. like how a single word can make a heart open. i might only have one match, but i can make an explosion


les p'tits cadeaux et un grand merci :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar





in haven hills since : 27/02/2018
messages : 44
faceclaim : Aaron Johnson
multinicks : Arthur, le bébé
nickname : Marie
credits : Ordinn.
uptown funk : Célibataire, coeur brisé - Dylanophile
picture of you :
Run this town : 350

take me to church
relationships:
available?: oui

MessageSujet: Re: (lennan) in the end, it's him and i.   Lun 16 Avr - 15:17

In the end, it's him and I  
Dylan ft.Lenny

Le bonheur n’est réel que lorsqu’il est partagé, voilà une phrase que tu trouves véridique. Et pourtant tu te retiens de rajouter une explication supplémentaire. Tu voudrais dire que ta part de bonheur à toi, c’est Dylan. Son sourire qui arrive à mettre un rictus sur tes propres lèvres. Sa présence qui t’affirme qu’un jour, tout ira bien de nouveau. Alors évidemment tu détournes les propos, tu sors une citation des plus banales pour cacher la vérité. La solitude te fait peur, elle te permet de trop penser et te replonger dans un passé qui devient de plus en plus flou. Ce qui est difficile à encaisser dernièrement, c’est que le visage de Sarah s’efface petit à petit de ton cerveau. Tu devrais être content et pourtant il y a cette part de culpabilité qui ne veut pas te lâcher. Jeune homme qui s’accroche à un passé un peu trop rose pour ne pas couler dans un présent teinté de gris. Mais ce qui te fait réellement sourire, c’est la réaction minimisée de la jeune femme. Elle a beau tenter de le cacher, tu peux voir au fond de ses yeux que tes mots la touche. Peut-être qu’au fond tu sais qu’elle serait ouverte à une relation plus intime avec toi ? C’est pour ça que tu te permets ce genre de paroles lancées au gré du vent. Mais tu t’empêche d’y penser trop longtemps. Parce que se lancer dans quelque chose avec Dylan, c’est également prendre le risque de tout perdre. T’es pas prêt à prendre le risque. Et pourtant tu ne veux pas qu’un autre profite de l’occasion. C’est égoïste oui. « . ça, ça m'semble parfait »  Ses mains qui tapent l’unes contre l’autre, son air enjoué. Tu ne peux pas t’empêcher de rire devant son air de petite fille à qui ont a accordé un cadeau. «Tant que tu ne m’obliges pas à regarder un film à l’eau de rose…Parce que Jack qui meurt à la fin du film... J'en peux plus » Parce que tu es loin d’aimer ce genre de cinéma. Avec tes sœurs tu aurais dû t’y faire pourtant, Titanic par ci et The Notebook par là. Mais si vous en venez à choisir un film romantique, tu sais au moins que tu seras endormi en moins de 20 minutes. En parlant de sentiments et de film ennuyeux, tu en viens à lui demander si personne ne lui tourne autour. Parce que tu n’es pas à l’abris de la croiser un jour avec un autre jeune homme, à la terrasse d’un café. Et tu sais que ce moment sera plus difficile à encaisser que tu ne le pense pour le moment. Mais elle te rassure, parle de sa côte de popularité quasi-inexistante. A savoir qui supportera l’autre le plus longtemps, t’es incapable d’imaginer un futur solitaire. Trop de cauchemars qui s’acharnent à te réveiller en pleine nuit, sueur au front et cœur palpitant comme jamais. T’aurais bien besoin d’une présence pour calmer tes insomnies. Et pourtant tu rêves parfois d’évasion. Comme si un air nouveau pouvait apaiser ton âme en peine. Tu rêves de paysages idylliques que même les pires souvenirs ne peuvent pas ternir. «  j'suis pas très fan de retenir les gens contre leur gré. mais en même temps, j'crois que j'pourrais pas t'laisser partir. » Elle ne comprend décidément pas qu’elle t’aide à avancer. Qu’elle est loin de te retenir. Parce que sans elle, ces envies de paysages tu ne les aurais même pas. Tu serais probablement toujours collé sur ton canapé, les volets fermés et ta bière pour seule compagnie. T’as vécu comme ça trop longtemps, sans laisser une chance à la vie de te guider vers un autre chemin. Quand on perd tout d’un coup, on pense que le bonheur ne frappera plus à notre porte. Parce que t’as déjà été trop chanceux, t’as eu ta part de bonheur, il en faut pour tout le monde. « . faut pas qu'tu m'empêches de te retenir. genre jamais. » Sourire au coin, épaules haussées comme une évidence. « sinon, moi, j'suis foutue. » Tes pupilles se tournent vers la demoiselle et tu t’approches pour lui embrasser le front. C’est doux, protecteur. Il n’y a rien de plus, rien de moins. « T’es bien trop précieuse pour un jour être foutue » Tu chuchotes ça, rien que pour elle. Une main qui replace une mèche de ses cheveux derrière son oreille, geste probablement ambigu pour les spectateurs du bar. « Je te kidnapperais. Tu feras une émission sur la route, passera des musiques dignes des plus grand road trip et… » Tu perds un peu ton sourire, te remémorant surtout de pourquoi ce rêve ne sera jamais réalisable. Tu n’es pas assez fou pour prendre Dylan sur le siège passager. T’as toujours cette peur qui te traverse les entrailles.Le serveur passe et tu t’apprêtes à commander un autre verre mais décides que non, pas cette fois. Pour Dylan tu te contenteras de ceux que tu as déjà ingurgité. Un effort qui ne passera sûrement pas inaperçu. « Comment vont tes frères ... ? » Tu risques la question, car tu n’écoutes jamais les commérages. Les gens sont toujours bons pour amplifier et déformer les informations.

made by black arrow

_________________
Before I dive right into you

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Douce tempête



in haven hills since : 29/01/2018
messages : 1243
faceclaim : zoella bb sugg.
multinicks : skyler, la paumée des sentiments.
nickname : b_bulle (mel).
credits : (av.) sassenach (sign.) anesidora (gifs) marie et tumblr.
address : east side.
uptown funk : célibataire quoi qu'éprise. c'est l'bordel quoi.
picture of you :
Run this town : 2567

take me to church
relationships:
available?: OPEN (02/04 - collins, lenny)

MessageSujet: Re: (lennan) in the end, it's him and i.   Mar 17 Avr - 19:09


by marie


programme de la soirée établi, tu te dis que ça ne peut pas vous faire de mal. passer un peu de temps ensemble, loin du monde, loin des gens. autant lui que toi, vous subissez la pression des autres, à des niveaux bien différents, mais ça reste ingérable. petit cocon de sécurité où rien d'autre ne compte mis à part vous deux. ton enthousiasme provoque son rire, ton air de gamine heureuse qui ne se défait pourtant pas. parce que ça t'fais du bien, à toi, de retomber dans cette espèce de spirale de sérénité enfantine. tant que tu ne m’obliges pas à regarder un film à l’eau de rose … parce que jack qui meurt à la fin du film ... j'en peux plus. c'est à ton tour de rire. le film pour midinettes par excellence. celui que tu as déjà vu une bonne dizaine de fois mais qui ne t'a pourtant jamais transcendé. c'est une jolie histoire, tu ne peux pas le nier. sûr que si cette cruche s'était décalée ne serait-ce qu'un peu, il serait encore en vie. que tu balances. référence à cette polémique qui a vu le jour par des fans qui trouvaient injuste le sort du héros. mais promis, je t'épargnerais le décès de jack. que tu conclus, sourire en coin à l'appui. t'es pas bien difficile en matière de cinéma, t'es assez polyvalente. tu ne te complais pas dans un seul style particulier, princesse toujours curieuse de découvrir des choses qu'elle ne connait pas afin de se faire une opinion qui lui sera propre. tant que tu ne me forces pas à regarder des gens se faire découper en petits morceaux. parce que tu as beau être assez ouverte, tu as bien du mal à supporter les films d'épouvantes. et ce n'est pas spécialement parce que c'est sanglant et qu'ça fait peur. pour certain, c'est le cas. pour d'autres, tu passes ton temps à râler après les personnages qui ne voient même pas le danger venir. bref. ça passe du coq à l'âne. cette envie de savoir s'il y a quelqu'un dans ta vie. ta côte de popularité qui ne décolle pas. le fait que ça lui convienne ainsi. ce battement que rate ton palpitant rouillé. et cette promesse que tu souhaites entendre. ces mots qui sont importants pour toi. ça paraît totalement stupide, et tu t'en rends bien compte à mesure que tes paroles se font une place au beau milieu du brouhaha environnant. comme un appel au secours d'une enfant en détresse. tu te trouves égoïste aussi, sur le coup. parce que tu lui demandes, non, tu le supplies même, de ne pas être laissée sur le bord de la route de vos vies. parce que t'as vite fait le calcul que si, lui aussi, en venait à se séparer de toi, t'aurais plus qu'à faire du sur-place. celle qui veut faire avancer sa barque mais qu'a pas de rames. ses iris s'accrochent aux tiennent, ses lèvres viennent se poser sur ton front. paupières closes pendant quelques secondes, lippes pincées. tu prends une grande inspiration parce que tu sais qu'ça n'arrivera pas. tu le comprends sans qu'il n'ait besoin d'ajouter quoi que ce soit. c'est clair comme de l'eau d'roche et tu t'accroches à ce ridicule silence, comme si toute la suite de ton existence en dépendait. t’es bien trop précieuse pour un jour être foutue. les joues qui se teintent de rouge, chaleur évidente causée parce simple murmure. l'impact de ses mots au cœur de ta cage thoracique. le frisson provoqué par cette mèche replacée derrière ton oreille. tendresse qui n'a de cesse de te faire sombrer un peu plus à chaque fois. tu coules princesse, dans les méandres de ces sentiments bien trop violents que tu cherches par tous les moyens à dissimuler. mais tu ne peux pas le faire autant que tu le souhaiterais. poupée bien trop réceptive, bien trop sensible, bien trop honnête pour cacher les petits détails des effets qu'il provoque. tu dis n'importe quoi ... que tu souffles à demi-mots, pas capable de voir tout le bien que tu lui apportes. tu ne te rends pas compte que t'es pas juste une épaule sur laquelle se reposer quand les journées sont trop difficiles et les nuits trop longues. tu ne te rends pas compte de toute l'aide que tu lui apportes, rien qu'en étant là, à ses côtés. je te kidnapperais. tu feras une émission sur la route, passera des musiques dignes des plus grand road trip et … voix qui s'éteint, sourire envolé. ton cœur se sert, ta gorge se noue. parce que tu sais pourquoi la suite ne viendra pas. tu sais pourquoi tout ça ne ressemble qu'à une vaste utopie, un rêve qui ne se réalisera probablement jamais. parce qu'il y a les démons du passé, ce fantôme qui le hante. tu ne veux pas qu'il s'en défasse, c'est trop précieux, trop important pour lui. tu ne veux pas que les souvenirs s'estompent. t'aimerais simplement que ce soit un peu plus vivable. parce qu'il se terre, il se cloître dans cette peur panique du lâcher prise. et tu ne t'arrêteras de conduire que lorsque tu seras assez fatigué pour que tes yeux ne puissent rester ouverts. et puis, on s'arrêtera dans tous les dîners qu'on trouvera parce que tu sais qu'la bouffe, c'est une grande passion pour moi. et puis, après, on finira p'tre par rentrer à la maison, ou p'tre pas d'ailleurs ... tu poursuis dans son idée, la voix douce et l'ton calme. parce que ça ne se fera probablement jamais mais qu'c'est toujours bien de s'y visualiser, à deux. un jour peut-être ... mais je tiens à préciser que ça peut très bien fonctionner le cul vissé dans un canapé aussi. léger sourire qui étire tes lippes. parce que tu ne veux pas rester sur cette note de nostalgie, bien que tu la comprennes parfaitement. le but de ta présence n'est pas de le regarder sombrer mais plutôt de l'aider à se relever. et toi, battante que tu es, tu ne comptes pas faillir à ta tâche. tu remarques d'ailleurs la retenue dont il fait preuve alors que le serveur effectue son tour et passe devant vous. tu ne relèves pas pour autant, gardant son effort sous silence pour le moment. comment vont tes frères ... ? la question qui fâche. t'as tendance à être agressive quand on aborde le sujet. tu t'racles la gorge, termines ton verre. tu cogites un instants parce que tu n'as pas le droit de t'emporter avec lui. parce que la question est sincère et qu'tu le sais. mike, j'en sais trop rien ... distante avec ton frère depuis son retour, tu n'as pas encore explosé à son sujet. faut dire que t'es pas vraiment impatiente que ça arrive non plus. merlin ... c'est compliqué ... et puis, avec cette application à la con, c'est encore plus difficile à gérer ... ton petit-frère t'inquiète de plus en plus et toi, tu restes à nouveau impuissante face à la situation. plus ça va et moins j'arrive à l'atteindre. il est persuadé qu'ils ont raison, tous autant qu'ils sont. j'fais plus l'poids à force ... ce qui a le don de t'accabler à chaque fois. parce que t'as l'impression qu'ton frère ne veut plus de toi. il dit qu'c'est pour pas que tu souffres mais il ne se rend pas compte que l'éloignement est ce qui te ronge le plus. le gamin est au plus bas et les gens ne l'aident pas à remonter la pente. leur méchanceté est injustifié. les médias se chargent très bien de laver le cerveau du genre en humain. aucune pitié pour le gamin et ça, ça t'fout la gerbe.

_________________
† like a small boat on the ocean, sending big waves into motion. like how a single word can make a heart open. i might only have one match, but i can make an explosion


les p'tits cadeaux et un grand merci :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: (lennan) in the end, it's him and i.   

Revenir en haut Aller en bas
 
(lennan) in the end, it's him and i.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Haven Hills :: East Side-
Sauter vers: