AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 At some level, everyone fears death ▬ Ugo Rossi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar





in haven hills since : 07/01/2018
messages : 86
faceclaim : Freddie Highmore
multinicks : Njord Keroge & Perseus O'Neil
nickname : Schizoman
address : Loft du East Side
uptown funk : Il se pourrait que les choses changent...
picture of you :
Run this town : 76

MessageSujet: At some level, everyone fears death ▬ Ugo Rossi   Dim 4 Mar - 16:04

Il était dans une merde noire. Ce matin, il avait voulu allumer son pc pour aller vérifier ses mails et surtout son carnet de rendez-vous quand d'un coup, l'écran était devenu bleu, puis noir avant de siffler au point de lui vriller les tympans. Il avait d'ailleurs fait un bon sur sa chaise avant de comprendre que de toute évidence, son meilleur ami et outil de travail était apparemment bien mort. Il devrait le réparer rapidement, voir demander au boss de lui en prêter un autre et donc il composait rapidement le numéro de son patron pour savoir s'il pouvait avoir un ordinateur de remplacement, au moins le temps de faire réparer le sien. Bien entendu, la conversation était toujours sur le même ton que d'habitude. Une voix sure d'un côté de l'appareil et de l'autre, lui qui était craintif, incertain.

"J'espère que tu n'as rien laissé de compromettant dessus. Tu sais que si nos affaires venaient à s'ébruiter, nous n'aurions qu'à lever le petit doigt pour renvoyer à ta famille ce qu'il reste de toi, dans une boîte d'allumettes."
"B... Bien sûr que non. J'efface mon historique tous les soirs, et les dossiers importants sont protégés comme vous me l'avez appris."

Ils étaient au top de la sécurité dans cette entreprise, en même temps, il ne fallait pas que le premier hacker venu puisse trouver ce qui se tramait en ville. Chaque ordinateur était acheté et programmé pour la personne qui le recevait... ce qui faisait que si un truc fuitait, si quelque chose ne plaisait pas au patron qui avait droit de regard sur chacun d'eux, qui pouvait surveiller tous leurs sites, tous leurs contacts, c'était directement la balle dans la tête sans passer par la case départ.

"Passe chercher ton ordinateur de remplacement à 12h42 précise. Nous prendrons les rendez-vous pour toi en attendant, et l'argent que coutera la réparation de ton outil de travail sera retiré de ton salaire."

De justesse, le jeune homme se retenait de faire remarquer qu'il ne voyait pas beaucoup de son argent de toute manière et raccrochait, se dirigeant vers le domicile d'une personne qui serait en mesure de l'aider. Quelqu'un de son passé, il avait retrouvé le nom sur l'annuaire en cherchant un réparateur et ce nom avait réveillé le souvenir d'une personne qui avait été sympa dans son passé ici, quand il n'était qu'un enfant qui ne savait pas trop comment se débarrasser des brutes de l'école. Mieux valait y aller maintenant en plus, le Fantôme n'était pas là pour l'embêter et il avait les idées assez claires pour tenir une conversation normale avec les gens, sans avoir l'air d'un type sortit tout droit de l'asile. C'est donc ainsi qu'il arrivait devant la porte d'un logement et qu'après une hésitation, il frappait à cette porte étrangère, espérant ne pas s'être trompé d'adresse. Ce serait bien sa veine quand même... d'aller au mauvais endroit... et depuis le temps qu'il n'avait pas vu Ugo Rossi, il ne se souvenait plus de son visage pour tenter de se dire que tout se passerait bien. Si c'était un ancien client et qu'il n'avait pas capté? Oh grand dieu... pitié... non. Heureusement, la porte s'ouvrait et ce visage ne lui disait rien... ce qui ne voulait en fait rien dire vu son boulot et le brassage de gens qu'il rencontrait.

"Euh b... bonjour. Vous êtes bien Ugo Rossi, le mec des ordinateurs?"

Mic et le talent de parler aux gens et dire les choses...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


I wish I could have saved you



in haven hills since : 02/03/2018
messages : 442
faceclaim : diego barrueco
multinicks : solal le peintre, aaron le pianiste, harry le riche
nickname : ranochja
credits : DΛNDELION (avatar) ; ASTRA (signature)
address : North Side
uptown funk : Célibataire + hétérosexuel
picture of you :
Run this town : 200

take me to church
relationships:
available?: si tu veux pas me tuer, oui

MessageSujet: Re: At some level, everyone fears death ▬ Ugo Rossi   Lun 5 Mar - 15:46

C'est grâce à Dylan, ton défunt meilleur ami, que tu as commencé à l'intéresser à l'informatique. Il t'a tout appris, toutes les bases qui t'ont permis aujourd'hui d'être le professionnel en informatique que tu es aujourd'hui. Il a pris le temps de t'apprendre, de te montrer, que ce soit en positif ou en négatif tout ce qu'il savait du web, des ordinateurs et du fonctionnement de tout ce système. T'as rapidement développé une passion dévorante pour ce qui est devenu ton travail. T'as commencé à apprendre plus que ce que lui ne savait, et après sa mort, tu t'es enfermé dans le travail pour développer tes compétences. Aujourd'hui, t'es carrément responsable d'un pôle informatique dans une entreprise célèbre qui a très bien fonctionné et qui brasse tellement d'argent que t'es surpris qu'ils aient embauché un pauvre gars comme toi. Fort heureusement, ils ne connaissent ni ta vie ni ton histoire et tu peux exercer ta passion sans que personne ne sache rien de toi, t'es le geek de la boîte, celui qui parle peu, celui qui se fait pas beaucoup d'amis et ça te va complètement. Après la mort de Dylan, tu t'es complètement renfermé sur toi-même, alors que tes folies ont commencé à te dévorer : hallucinations, voix dans la tête, t'es plus le même qu'avant.

Quand tu étais à l'école, encore gamin, t'avais beau avoir une vie difficile, tu la laissais pas prendre le dessus. Tu te battais pour survivre dans ce monde de brutes et surtout, t'essayais de faire le bien, de faire ton superman des temps modernes. Tu voulais punir les méchants et protéger les gentils, t'étais même persuadé qu'un jour, tu réussirais à sauver ta mère. Ça n'est pas arrivé mais t'as quand même décidé d'être le gentil. A l'école élémentaire, certains gamins de ton âge s'amusaient à brutaliser et effrayer les plus jeunes. Certainement un élan de surpuissance qui leur permettait de penser qu'ils étaient au-dessus de tout le monde. Alors, en bon superman que t’avais décidé de devenir, tu as décidé de t’interposer entre les deux camps, empêchant ainsi les plus grand de continuer à traumatiser les plus petits. T’en as pris trois sous ton aile, t’as décidé de les accompagner comme un grand frère et tu les as jamais oubliés, tu t’es attaché à eux en fait. Ça peut paraître bête mais toi qui a toujours rêvé de connaître ta petite soeur, malheureusement adoptée avant que tu ne puisses la rencontrer, t’as eu enfin l’impression de pouvoir être un grand et t’as rempli ce rôle du mieux que tu le pouvais.

T’as tout de suite fait le rapprochement quand t’as reçu un appel d’un certain Mic Thaed. Impossible d’oublier un tel prénom de toute façon, tu n’as jamais réussi à le connaître vraiment, te trompant toujours dans une lettre malgré tes multiples tentatives. Tu peux pas t’empêcher d’être content de le revoir, tu te souviens l’avoir beaucoup apprécié quand vous étiez enfant et cela ne peut pas te faire de mal de te replonger dans ta petite enfance, oubliant les problèmes si nombreux que tu te traînes aujourd’hui. Quand la porte sonne, tu es déjà prêt, tu as déjà sorti les pièces dont tu pourrais avoir besoin pour réparer l’ordinateur. Tu t’y connais tellement qu’aujourd’hui, t’es capable de diagnostiquer une panne sans voir l’ordinateur, même s’il t’arrive de te tromper, tu n’es pas non plus un dieu. Tu t’empresses d’aller ouvrir, un petit sourire aux lèvres. Tu le reconnais plutôt bien, en soi, il n’a pas tant changé depuis l’enfance et t’as un net souvenir du visage qu’il avait à l’époque, qui l’a suivi jusqu’aujourd’hui. Mic. C’est moi, oui, bien sûr. Entre. Je suis content de te voir, c’est dingue après tant d’années, qui l’aurait cru ? Tu demandes alors en te décalant pour le laisser entrer. Tu fermes rapidement la porte et te tourne vers lui, cette histoire est incroyable, c’est certain. Tu n’as pas changé, tu veux boire quelque chose peut-être ? T’es agréable, t’es même pas aussi renfermé et geek que tu peux l’être d’habitude. C’est comme si t ‘étais redevenu le gamin que t’étais quand tu as décidé de le protéger au mieux contre les brutes de l’école.

_________________

soulmates never die.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar





in haven hills since : 07/01/2018
messages : 86
faceclaim : Freddie Highmore
multinicks : Njord Keroge & Perseus O'Neil
nickname : Schizoman
address : Loft du East Side
uptown funk : Il se pourrait que les choses changent...
picture of you :
Run this town : 76

MessageSujet: Re: At some level, everyone fears death ▬ Ugo Rossi   Jeu 8 Mar - 12:54

Mic se disait qu'il n'était pas un grand fan de l'idée de retrouver des personnes de son enfance. Le temps passait, les gens changeaient et si on venait lui demander ce qu'il faisait de sa vie, il était certain de se retrouver un instant gêné car si son ancien camarade semblait avoir réussi sa vie (réparer des ordinateurs, c'était quelque chose de bien, bien mieux que ce que lui faisait en tout cas) et il ne voulait pas lui dire le vérité le concernant. Pas qu'il puisse le dire en fait, à moins d'avoir envie d'avoir des problèmes avec ses employeurs et si Ugo semblait ravi de le revoir, Mic restait plus sur ses gardes, n'osant qu'un sourire discret aux propos de l'homme le plus âgé.

"Ouais, faut croire que le monde est petit..." soufflait Mic, qui entrait avec son ordinateur sous le bras, ce dernier bien rangé dans un sac bien entendu, alors qu'il étudiait l'endroit dans les moindres détails. L'appartement était clairement plus petit que l'endroit où il vivait, mais ce n'était pas désagréable pour autant, on sentait que l'endroit appartenait totalement à son habitant, au contraire de la décoration de Mic qui respirait certes l'argent, mais aussi le manque d’investissement de Mic dans son propre logement. Il n'avait pas changé? Il n'en était pas certain, il n'était plus du tout la même personne et si physiquement il ressemblait toujours au gamin d'autrefois, l'intérieur n'était plus le même du tout. Il ne se souvenait que vaguement de ce qu'il était en tant qu'enfant, mais clairement la mélancolie n'était pas la majeure de sa personne, plutôt la mineure en fait... "Est-ce que tu aurais une bière, peut-être? Ou un bon verre de whisky?" il aimait ce breuvage en particulier, qui lui donnait souvent le courage dont il avait besoin, et calmait ses crises quand elles arrivaient et se manifestaient soit par des tremblements, soit par l'apparition du Fantôme, ou les deux à la fois.

Un instant hésitant, le jeune callboy s'installait sur une chaise qui passait par-là (ou trainait là plutôt, car une chaise ne marchait pas, et ne pouvait donc pas passer comme si de rien n'était).

"Donc avant tu aidais les gamins à survivre à l'école, et maintenant tu aides la ville à survivre en sauvant leurs ordinateurs, qui contiennent toutes nos vies? Ca semble assez logique en fait..." soufflait-il, amusé par le parallèle. "Ca m'étonne pas de toi en fait."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


I wish I could have saved you



in haven hills since : 02/03/2018
messages : 442
faceclaim : diego barrueco
multinicks : solal le peintre, aaron le pianiste, harry le riche
nickname : ranochja
credits : DΛNDELION (avatar) ; ASTRA (signature)
address : North Side
uptown funk : Célibataire + hétérosexuel
picture of you :
Run this town : 200

take me to church
relationships:
available?: si tu veux pas me tuer, oui

MessageSujet: Re: At some level, everyone fears death ▬ Ugo Rossi   Jeu 8 Mar - 14:16

Si on t'avait dit qu'un jour tu reverrais Mic, tu ne l'aurais sûrement pas cru. En même temps, comment tu aurais pu prédire que tu allais retrouver un camarade d'école, sachant que votre amitié remonte à probablement plus de quinze ans ? Alors oui, tu ne peux t'empêcher d'être content de le revoir, c'est comme si ta petite enfance revenait d'un coup, ne comprenant que les bons moments de celle-ci. Et ça te fait du bien, de te souvenir qu'un jour tu as été suffisamment normal pour te faire apprécier par certaines personnes. Aujourd'hui, ça n'est plus vraiment le cas, c'est comme si tu faisais fuir les gens en réalité. T'inspires pas confiance, t'es peut-être un peu trop refermé sur toi-même, un peu trop geek, toujours est-il que les gens évitent de t'approcher trop longtemps et t'as commencé à prendre l'habitude, t'acceptes maintenant, même si ça a pris du temps.

Ouais, faut croire que le monde est petit... il a pas tort, le monde est petit et surtout cette ville, il faut l'avouer. Tu devrais pas être aussi surpris tant que ça finalement mais c'est le cas. Tu le détailles un peu, essayant de voir un quelconque changement chez le jeune homme. Il te semble plus distant mais tu ne peux pas lui en vouloir, pas toi qui te comporte ainsi la plupart du temps. Vous ne vous êtes pas vus depuis si longtemps, vous n'êtes plus que des étrangers l'un pour l'autre, rien de plus. Tu lui proposes néanmoins de se mettre à l'aise, de boire quelque chose, tu vas t'occuper de son ordinateur tout de suite alors mieux vaut qu'il s'installe. Je vais te chercher ça, une bière, j'ai que ça. Tu peux me laisser ton ordi sur le bureau, je vais regarder tout de suite. Tu lui proposes alors avant de disparaître vers la cuisine, sortant une bière du frigo pour la lui amener. T'es pas le genre à boire en réalité, encore moins avec des copains alors tu as peu de choix dans ton frigo, seulement ce que toi tu consommes. Tu vis ainsi, seul au monde. Quand tu reviens, tu lui donnes directement sa boisson et t'installe derrière le bureau pour regarder l'ordinateur. Tu commences tout d'abord par le regarder, encore éteint, sous toutes les coutures pour voir si quelque chose est cassé. Il démarre quand même ? Il a pris un coup ou quelque chose ? tu demandes alors avant de continuer à regarder, cherchant une trace de brulure ou de choc. Tu l'écoutes en même temps, tu peux très bien faire les deux choses en même temps. Tu ris un peu, c'est vrai que c'est assez drôle en soi. Mais l'informatique est plus arrivé par hasard dans ta vie, grâce à Dylan. C'est mon côté super-héros, sauver des gens et sauver des ordinateurs. tu ris un peu, relève le regard et demande finalement. Et toi ? Qu'est-ce que tu fais de beau dans la vie ?

_________________

soulmates never die.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar





in haven hills since : 07/01/2018
messages : 86
faceclaim : Freddie Highmore
multinicks : Njord Keroge & Perseus O'Neil
nickname : Schizoman
address : Loft du East Side
uptown funk : Il se pourrait que les choses changent...
picture of you :
Run this town : 76

MessageSujet: Re: At some level, everyone fears death ▬ Ugo Rossi   Lun 19 Mar - 11:51

Discuter avec quelqu'un de réel, c'était assez bizarre... il parlait avec le fantôme parfois, pour lui dire de foutre le camp, d'aller jouer aux billes ailleurs, ce genre de chose... mais là c'était une vraie personne... une personne qui voulait savoir des choses sur lui, pas un client pressé de jouer aux petits chevaux et qui aboyaient des ordres comme s'il n'était rien qu'une chose informe placée là et qui, de toute manière, n'avait pas d'âme ou de conscience pour se rendre compte de l'état dégradant de la chose. Ces gens, ils oubliaient qu'il était humain et que 90% du temps en rentrant chez lui, il restait plus d'une heure sous la douche brûlante, à se demander si remplacer le réservoir d'eau par de l'acide l'aiderait à se sentir plus propre ensuite.

Pendant que Ugo se charge de sa bière, Mic déposait son précieux chargement sur la table, le sortant de son étui avec précaution pour s'assurer de ne pas causer plus de dégâts. Il ne manquerait plus que ça, qu'il empire les choses... il devrait le prix de l'ordinateur à ses patrons, ce serait une chose de plus retenue sur son salaire et de fait, des années en plus à bosser pour eux afin de pouvoir tout rembourser avec les intérêts. Il ne comptait même plus ce qu'il leur devait en fait, le chiffre dansait parfois derrière ses paupières quand il tentait de dormir, mais jamais assez pour qu'il agite une petite alarme dans sa tête ou ce genre de connerie et, avant d'avoir eu le temps de faire le tour de sa pensée, la bière arrivait dans son champ de vision et l'empêchait de partir dans une nouvelle introspection où il se serait sans doute interrogé sur l'utilité de tuer des éponges de mer pour se laver, alors qu'un gant de toilette faisait parfaitement l'affaire... c'est vrai quoi, elles avaient le droit de vivre les éponges de mer!

"M.. Merci Ugo..." soufflait-il, presque rassuré en sentant les effluves d'alcool et les premières gorgées se déverser et le rafraîchir au moins un peu. Il avait chaud, pas que ce soit l'été avec des températures immenses, mais les interractions humaines le paralysait quand le but n'était pas simplement de faire son taf et de rentrer... on de parler avec son coloc', le seul sans doute assez barré pour vivre avec quelqu'un comme lui. C'était Arlo quoi... con comme une chaise sans le bon sens du terme. Lui? Il était à un tout autre niveau, le genre qui répondait trois ans après aux questions, comme savoir si son ordinateur démarrait toujours ou pas. "Euh... ouais, mais l'écran devient bleu et... enfin... ça fait un bruit que tu ferais écouter à ton pire ennemi pour lui exploser les tympans." et encore, il aurait aussi de la compassion pour son ennemi, personne ne méritait d'entendre ce bruit... cette fréquence, il supposait que ça devait être celle des ultrasons ou approchant. "Non il n'y a rien eu de spécial, il fonctionnait très bien hier et d'un coup, je vérifié mon planning ce matin et PAF! J'ai vraiment pas compris..."

Vérifier son planning... ça faisait tellement adulte et sérieux dit comme ça, qu'il pourrait sans doute éclater de rire face au comique de la situation. On pourrait sans doute l'imaginer bossant dans une boîte super importante ou quoi, et pourtant le tout se résumait à : Open-Bar, pour être classe quand même. Heureusement, il avait maintenant la parade quand on lui demandait ce qu'il faisait dans la vie, le même mensonge qu'il servait à ses parents, sans savoir s'ils le croyaient ou s'ils faisaient juste semblant pour ne pas souffrir de voir leur fils unique sombrer de plus en plus, comme le Titanic.

"Je suis dans le service à la personne. En gros, on a un listing clients et s'ils ont besoin d'aider pour astiquer le mobilier ou ce genre de conneries, on envoie quelqu'un."

Non... il ne devait pas rire de sa propre connerie... il devait rester sérieux même si l'ombre d'un sourire faisait nerveusement trembler sa lèvre pour une fois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


I wish I could have saved you



in haven hills since : 02/03/2018
messages : 442
faceclaim : diego barrueco
multinicks : solal le peintre, aaron le pianiste, harry le riche
nickname : ranochja
credits : DΛNDELION (avatar) ; ASTRA (signature)
address : North Side
uptown funk : Célibataire + hétérosexuel
picture of you :
Run this town : 200

take me to church
relationships:
available?: si tu veux pas me tuer, oui

MessageSujet: Re: At some level, everyone fears death ▬ Ugo Rossi   Ven 23 Mar - 9:22

En règle générale, tu n'aimes pas que ton passé refasse surface d'un coup sans que tu ne t'y attendes réellement et pourtant, face à Mic, tu ne vois pas les choses de la même façon. Tu es même plutôt content de le retrouver, comme si la vie te rappelait le toi d'avant sans que cela ne soit une souffrance. Tu te rappelles cette insouciance que tu avais à l'école, malgré les nombreuses difficultés qui t'attendaient toujours à la maison, plus grandes et plus difficiles à supporter chaque jour. L'école était ta bouffée d'air frais, ces quelques amis, ces quelques protégés te permettaient de garder l'envie de te lever chaque matin, de garder l'envie de vivre alors qu'à ce si jeune âge déjà, tu avais eu des pensées glauques, trop adultes pour qu'un enfant de ton âge ne puisse y penser. Et pourtant, ça avait été le cas et l'école ainsi que ses écoliers t'avaient finalement sauvé, sans le savoir, t'offrant un but à atteindre, une raison pour rester. Ça avait été le cas de Mic, tu ne pouvais pas le laisser seul dans cette cage aux lions, tu ne te le serais jamais pardonné. Alors tu étais resté et tu l'avais aidé, du mieux que tu le pouvais en tous cas. Et aujourd'hui tu en es tout aussi fier que tu en es reconnaissant, quand tu vois le beau homme devant toi.

Tu t'occupes de lui apporter sa boisson, tu veux qu'il soit le plus à l'aise possible, gardant ces vieilles habitudes de votre enfance, la boisson étant simplement différente. Tu souris à ses mots, n'osant pas trop répondre. Tu es certainement aussi gêné et mal à l'aise que lui, sûrement ce trait de caractère que vous avez en commun, de ce que tu peux voir en tous cas. Alors pour éviter tout ça et bien que tu aies des milliers de questions à lui poser sur sa vie d'aujourd'hui, tu en viens à parler de l'ordinateur, un sujet de discussion simple pour toi et qui pourrait tout de même durer des heures, si tu n'avais pas trop peur d'embêter le reste du monde avec tes passions parfois non partagées. Hm.. là comme ça je sais pas trop mais je vais regarder t'en fais pas, on va trouver le problème et le réparer. Tu es assez perturbé de te retrouver face à un adulte certainement actif, de par ses mots en tous cas, alors que tu l'as quitté quand il n'était encore qu'un enfant. Le contraste est grand. Tu te permets alors de t'installer, comme si tu étais plus à l'aise caché derrière un ordinateur, comme si cet appareil était en réalité ton armure.

Tu pianotes bien rapidement dessus, trouvant des solutions, cherchant les problèmes. Tu pourrais presque faire ça les yeux fermés aujourd'hui mais tout de même, tu évites, un faux pas et tu aggraves le problème. Tu l'écoutes attentivement alors que l'écran se rallume sous tes yeux, tu accèdes bien rapidement aux derniers fichiers ouverts, vérifiant par la même occasion qu'aucun virus n'a été envoyé par le biais d'un de ces fichiers. Le fichier qui s'ouvre sous tes yeux est tout sauf anodin alors que tu te retrouves face à un site pour... commander des services de Mic, des services plutôt gênants à tes yeux. Tu l'écoutes encore, beaucoup moins cela dit. Le service à la personne dont il parle n'est pas vraiment ce à quoi tu t'attendais et tu ne te gênes pas pour lui faire remarquer. Ce n'est pas une envie de lui rappeler son métier ou quoique ce soit, c'est juste que tu ne sais pas comment parler sans gêner, comment parler avec savoir-vivre, tu n'as pas appris tout ça. Tu vends ton corps en fait ? tu demandes, les yeux rivés sur l'écran pour vérifier que tu ne te trompes pas. Ça paye bien ça ? Plusieurs fois, tu as eu l'idée de te tourner faire ce genre de services, pas en tant que professionnel mais en tant que client parce que justement, t'es encore loin d'être expérimenté en la matière et ça te gêne au plus haut point la plupart du temps. D'un coup, t'as des milliers de questions qui te traversent l'esprit mais aucune ne se veut méchant ou n'est là pour juger, t'es juste curieux en fait, comme tu l'as toujours été. T'es toujours cet enfant que t'étais à l'époque où tu as rencontré Mic.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar





in haven hills since : 07/01/2018
messages : 86
faceclaim : Freddie Highmore
multinicks : Njord Keroge & Perseus O'Neil
nickname : Schizoman
address : Loft du East Side
uptown funk : Il se pourrait que les choses changent...
picture of you :
Run this town : 76

MessageSujet: Re: At some level, everyone fears death ▬ Ugo Rossi   Mar 10 Avr - 12:08

Avait-il peur de ce que son ancien camarade d'école pourrait trouver dans son ordinateur. L'engin étant strictement réservé à son usage professionnel, ses mains se tordaient nerveusement et il se disait qu'avec de la chance, Ugo n'irait pas fouiller dans ses fichiers pour une raison ou une autre... mais bien entendu, ce n'était pas la peine d'y penser et après ce qui lui semblait être une minute comme une éternité, le jeune homme se tendait en entendant la question qui lui fut posée. Celle qu'il aurait aimé ne pas entendre de la bouche d'une personne qu'il connaissait... si Allan était encore vivant, il aurait sans doute honte de lui. Il le renierait, le jetterait à la rue... mais en même temps, si son amant était encore de ce monde, jamais cela ne serait arrivé. Il ne blâmait pas Allan, il ne le ferait jamais... mais tout venait de ce jour. De cette époque maudite où une soirée avait fait basculé sa vie de l'Eden à l'Edom. Puis il y avait eu ses techniques pour oublier. L'alcool. La drogue. La douleur. Encore et toujours plus de douleurs pour tenter d'oublier. L'isolement. Ainsi personne ne savait ni ne devinait ce qu'il se passait le concernant.

Foutu. Maintenant une personne de son passé savait et tout son corps se tendait. Même la question du 'ça paye bien?' le fit déglutir. Pensait-on qu'il faisait cela pour l'argent? En un sens, mieux valait être la catin en mal de fric que la vérité. Si quelqu'un suspectait seulement qu'on le forçait, c'était foutu. Sa tombe serait remplie et ses parents n'auraient alors que leurs yeux pour pleurer leur seul enfant. D'ailleurs, son cercueil l'attendait déjà... le boss lui avait montré une fois. Du chêne, avec une plaque en cuivre dessus gravée à son nom. C'était à ses débuts il y a quelques années, pour lui faire comprendre que pour lui, c'était la seule issue.

"Si tu as du succès et beaucoup de clients, tu t'en sort pas trop mal." finissait-il par dire, un sourire fier sur le visage pour masquer ses réelles émotions. La honte. Le dégoût. "Et si tu n'as rien contre les gens aux envies particulières, ta réputation fait vite le tour des personnes assez friquées pour t'entretenir."

Merde. Il en venait à parler comme ces personnes ne vivant que grâce à leur sugar daddy... ilm n'osait pas imaginer ce que Ugo allait penser en l'entendant affirmer cela avec désinvolture et un large sourire aux lèvres. Il était loin, le gamin si timide qu'il se cachait derrière son seul ami dans la cours d'école dès qu'un autre gosse l'emmerdait.

"Tu sais si ça t'intéresse, je peux te faire un prix. Ou alors je peux te remercier pour le pc de cette manière?"

Mais... Mais ta gueule Mic! Que quelqu'un l’assomme donc avec un mur en titane!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


I wish I could have saved you



in haven hills since : 02/03/2018
messages : 442
faceclaim : diego barrueco
multinicks : solal le peintre, aaron le pianiste, harry le riche
nickname : ranochja
credits : DΛNDELION (avatar) ; ASTRA (signature)
address : North Side
uptown funk : Célibataire + hétérosexuel
picture of you :
Run this town : 200

take me to church
relationships:
available?: si tu veux pas me tuer, oui

MessageSujet: Re: At some level, everyone fears death ▬ Ugo Rossi   Mar 10 Avr - 12:20

Tu le juges pas, tu sais même pas pourquoi à l'extérieur, son métier est pas bien vu, tu vois pas trop ce qu'il y a de mal à ça, toi ça te plairait peut-être de vendre ton corps comme travail, ça te permettrait d'avoir un peu plus d'expérience, peut-être que tu pourrais apprendre à faire fonctionner ce corps qui n'y connaît presque rien, tu sais pas trop. Maintenant t'as un métier, l'informatique, alors tu ne te vois pas arrêter pour vendre ton corps, tu sais même pas si c'est aussi bien payé d'ailleurs, et c'est pourquoi tu en viens à poser la question, tu le juges pas en fait, ça t'intéresse pour de vrai, t'as des milliers de questions sur le sujet pour comprendre, pour apprendre. Et du coup, tu gagnes combien par mois ? ça te plaît alors ? je connais pas du tout moi mais c'est vrai que ça peut être intéressant, enfin je sais pas. t'es curieux, tu t'en poses des questions même si tu sais pas du tout comment ce métier fonctionne, tu t'attendais pas à ce que Mic fasse ce travail mais en même temps, tu sais pas ce que c'est et vu la façon dont il en parle, il n'a pas l'air malheureux bien au contraire. Mais du coup, tu fais avec des femmes ? Parce que toi, les rares fois où tu as eu de tels rapport, c'était avec une femme, enfin deux d'ailleurs. T'as jamais ne serait-ce qu'embrassé un homme et tu ne sais pas du tout si cela te plairait, tu sais même pas si les femmes te plaisent de toute façon, t'as tellement peu vécu à ce niveau-là que t'es pas capable de savoir qui tu es et ce que tu fais.

Tu t'attends pas à sa proposition tout de même, tu la comprends même pas en réalité. T'es trop naïf, trop enfantin dans ta tête pour comprendre ce genre de choses, pour comprendre la vie qu'il mène et pourtant, c'est toi qui le protégeais quand vous étiez plus jeunes, c'est toi qui tenais ce rôle d'adulte. Aujourd'hui, c'est comme si les rôles avaient été inversés. Comment ça ? C'est cadeau pour l'ordi tu sais, ça me fait plaisir, surtout de te revoir ! T'as pas envie qu'il te paye, même s'il gagne beaucoup d'argent avec son métier, toi t'es simplement content d'avoir aidé un vieil ami.

_________________

soulmates never die.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: At some level, everyone fears death ▬ Ugo Rossi   

Revenir en haut Aller en bas
 
At some level, everyone fears death ▬ Ugo Rossi
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Haven Hills :: North Side :: Habitations-
Sauter vers: